Posté par admin le 10 septembre 2008


 

Pierre & Vacances : Gérard Brémond négocie un nouveau virage

LES DÉCIDEURS par Carole Bellemare avec Caroline Beyer Mis à jour le 10/09/2008 à 08:50 | publié le 09/09/2008 à 08:49

 dans Archivage brut 82d72ea4-7f01-11dd-8b74-361ac5096025
Crédits photo : Le Figaro

À 70 ans, le créateur d’Avoriaz n’est pas prêt à passer le relais.

coeur- Brémond dans Communication Pierre et VacancesPasser le relais ? Gérard Brémond, créateur de la station Avoriaz, première pierre du groupe Pierre & Vacances, n’y songe pas une seconde. À 70 ans, le président fondateur, qui se dit « presque immortel », redessine son management. Alors qu’Éric Debry, son directeur général depuis deux ans, a quitté l’entreprise, Gérard Brémond reprend la main et négocie un nouveau virage. Il vient de mettre en place un pôle tourisme regroupant Pierre & Vacances Europe  marques P & V, Maeva, MGM et Hôtel Latitudes, et Center Parcs Europe, groupe aux origines hollandaises acquis à 100 % il y a cinq ans. Ce pôle, qui lui est directement rattaché, est confié à Christophe Jeannest, patron jusqu’alors de Center Parcs Europe. Objectif : « développer les synergies entre ces deux composantes. Sur le modèle Air France-KLM ».Quant à son grand projet au Maroc  10 000 lits d’ici à 2013  , il en a confié les rênes à Martine Balouka qui, pendant six ans, a piloté Pierre & Vacances tourisme Europe. Au sein du groupe leader de la résidence de loisirs en Europe, le parc marocain présente une particularité : il sera financé par des institutionnels locaux et non par des particuliers. « Les mécanismes financiers et fiscaux ne sont pas encore en place dans le pays. » Trop tôt donc pour transposer le business model qui a fait le succès du groupe, celui de « la nouvelle propriété » (investissement locatif assorti d’avantages fiscaux), lancé par Gérard Brémond en 1979. Quelques années auparavant, en 1967, ce fils de promoteur immobilier, licencié en économie et mordu d’urbanisme, avait lancé la station Avoriaz. Passionné de jazz, il avait auparavant caressé le rêve de devenir musicien. « Une blessure refermée depuis longtemps, depuis Avoriaz », glisse celui qui s’est offert l’an dernier le Duc des Lombards, haut lieu du jazz, et est, par ailleurs, actionnaire de TSF, la radio du jazz. C’est également à lui que l’on doit le lancement, en 1973, du Festival du film fantastique d’Avoriaz. Pour promouvoir la station, mais aussi parce qu’il est fan de Spielberg, Lynch et Cronenberg.

Source:

http://www.lefigaro.fr/societes/2008/09/09/04015-20080909ARTFIG00654-pierre-ampvacances-gerard-bremond-negocie-un-nouveau-virage-.php

 

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly