- Feu vert pour l’éco-village en Haute Alsace

Posté par admin le 8 novembre 2008

Feu vert pour l’éco-village en Haute AlsaceSamedi 8 novembre 2008

Après deux ans de gestation, neuf mois de discussions tumultueuses pour ajuster le projet à l’environnement, les partenaires publics et privés de « l’éco-village » de Pierre & Vacances ont signé hier le protocole d’accord d’une implantation qui devrait sauver l’Écomusée et le Bioscope et jeter les bases d’un grand pôle touristique en Haute Alsace.

« Mieux vaut passer plus de temps en amont pour aboutir à un consensus plutôt que d’être confronté à une opposition par la suite », a commenté GérardBrémond, président fondateur du groupe Pierre & Vacances, hier, dans la salle des cigognes de l’Écomusée, avant la signature du protocole d’accord sur l’implantation d’un éco-village touristique à côté de l’Écomusée et à proximité du Bioscope. La négociation n’a « pas été facile », a-t-il reconnu, en évoquant la « forte sensibilité écologique » et le « profond enracinement » des Alsaciens qui se sont exprimés par le combat mené notamment par le maire d’Ungersheim, Jean-Claude Mensch, pour « ajuster » le projet au schéma de cohésion territoriale, ce qui a permis de sauver la forêt alluviale prévue comme site initial et préserver le carreau Rodolphe, témoin du passé minier. « C’était finalement un exercice de démocratie participative intéressant », a confié Gérard Brémont.

L’« or vert » de l’Alsace

Il n’existe pas encore de plan de masse ni d’images de synthèse du futur village de vacances. « Ce sera un éco-village qui s’intégrera dans son environnement », assure le patron de Pierre & Vacances. « Nous appliquerons les normes du développement durable dans la construction et l’aménagement du site ». Les maisonnettes ne dépasseront pas la hauteur des arbres. Pas question de construire des maisons à colombages comme à Eguisheim où Pierre & Vacances a ouvert, en 2007, une résidence hôtelière comprenant une centaine de logements. « Copier l’ancien serait manquer de créativité », dit-il. «Il faut faire preuve d’une certaine modestie par rapport au village existant » (N.D.L.R. l’Écomusée), estime-t-il. Donc pas d’architecture hyper contemporaine non plus.
Gérard Brémond souhaite donner « la prééminence à l’ouverture sur la nature» par de grandes baies vitrées. « L’identité du village se construira autour de l’eau ». L’eau naturelle par le biais des canaux existants et de la voie navigable qui reliera l’Écomusée et le Bioscope. Et l’eau artificielle du centre aqualudique. Un des quatre quartiers du village sera une cité lacustre.
Gérard Brémond est issu d’une famille de « constructeurs » ayant des racines en Alsace. Son grand-père avait construit des immeubles de rapport à Strasbourg et son père des logements pour étudiants à Illkirch. Lui veut poursuivre, à 71 ans, le développement de son empire touristique en misant sur « l’or vert » du développement durable. Un filon dont il entend être un pionnier en Alsace. Avec une clientèle composée à 50 % par des Français et à 50 % par des Allemands et des Suisses.

 

Adrien Dentz

Source:

http://www.dorffer-patrick.com/article-24547992.html 

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly