Le projet étonnant de Pierre et Vacances Une cité lacustre dans la Brie

Posté par admin le 4 juin 2009

Le projet étonnant de Pierre et Vacances
Une cité lacustre dans la Brie

Allié à Euro Disney, le PDG Gérard Brémond veut construire des « villages nature »

L’eau, naturellement chaude, vient des profondeurs de la terre… D’un bleu profond, on s’y plonge avec délices. Dehors, la température est tombée sous les 3 °C. Une colonne de vapeur monte vers le ciel… Blue Lagoon de Reykjavik ? Non, plaines de la Brie, Marne-la-Vallée ! Pour l’instant, ce projet fou est encore dans les cartons. Mais Gérard Brémond, patron du groupe de loisirs Pierre et Vacances, et Dominique Coquet, directeur général adjoint d’Euro Disney, s’y voient déjà. Après trois ans d’études, le concept, qui a reçu la bénédiction des pouvoirs publics, est ambitieux. A trente minutes de RER de Paris, imaginez, sur 580 hectares de terrain, une succession de « villages nature », comme disent les concepteurs, articulés autour des thèmes de la forêt, de la terre et de l’eau… Au coeur du dispositif, une « cité lacustre » qui sera déployée autour du fameux futur lagon. «On a eu la chance de découvrir de formidables ressources géothermiques dans le sous-sol», s’enthousiasme Gérard Brémond. En projet, un parc de 7 000 logements, des appartements, des petites maisons, adossés à plusieurs centaines d’hectares de forêt domaniale, qui offriront une palette de divers loisirs, tendance écolo. Objectif : créer à 6 kilomètres du parc Disney une destination touristique, familiale, complémentaire. Surfant sur la vague du développement durable, le projet élaboré avec l’imprimatur de WWF et de l’association Bioregional vous promet des vacances «zéro carbone», «zéro déchet», un système d’eau recyclée et même de «l’alimentation durable» (sic) !
Ni tout à fait village de vacances classique ni parc d’attractions, le projet est une combinaison du talent marketing de Disney et du génie financier de Brémond. Le groupe américain valorise la gigantesque réserve foncière autour de son parc d’attractions, obtenue pour son arrivée en France. C’est aussi un moyen de renforcer la durée des séjours et la fréquentation des parcs à thèmes, qui reste son point faible. Pour Pierre et Vacances, c’est un nouveau levier de développement et une déclinaison de son business model. Cette martingale, qui consiste à faire financer la promotion immobilière de ses projets par des investisseurs, institutionnels ou privés, a littéralement emballé l’Oncle Picsou. Le projet, cependant, ne verra pas le jour demain : avec un investissement direct estimé à 1,9 milliard d’euros et au moins 9 000 emplois à la clé, il nécessite des besoins importants en infrastructures. Qui va payer ? Comment ? Rien n’est réglé. Pour l’instant, les partenaires n’en sont qu’à la lettre d’intention. «Vous allez me trouver inconscient, mais on en a au moins pour vingt ans pour mener le projet à terme», souligne Brémond. Inconscient, non. Mais optimiste, sûrement. Si tout va bien, démarrage des travaux en 2008.

Natacha Tatu
Le Nouvel Observateur
Source:

http://hebdo.nouvelobs.com/p2206/articles/a333337-une_cité_lacustre_dans_la_brie.html

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly