Retombées de Center Parcs Aisne

Posté par admin le 26 juillet 2009

L’exemple du Center parcs Aisne
ajouté le 6 février 2009  – Réagir

Stéphane Hertzog dirige le Center parcs de l’Aisne.Après un an d’activité, le Center parcs de l’Aisne, de taille similaire à celui de Moselle, livre ses premiers résultats. Encourageant pour le tissu local.Avec un nombre quasi similaire de cottages (850) et une installation semblable dans une région peu connue pour son tourisme, le Center parcs axonais a connu pour sa première année d’exploitation un taux d’occupation de 86%, contre 75% attendu. Il a généré un chiffre d’affaires de 50M€, dont 31,5M€ provenant de la location des cottages, 11M€ de la restauration, 5M€ des ventes loisir et 2,5M€ des ventes de détail (boutiques, supermarché…) Retombées: 16,5M€

Évaluées par le Conseil général de l’Aisne (CG 02), les retombées économiques sur le tissu local se monteraient à 16,5M€. Le Center parcs du domaine du lac d’Ailette annonce un budget de fonctionnement de 22M€. Sont externalisées la propreté du site (contrat de 2,5M€ par an), la sécurité (500.000€ par an) et l’animation loisir (contrat avec taux de commissionnement dépendant de l’activité). Si la maintenance des équipements au quotidien est interne, les gros travaux et l’entretien des chaudières sont également réalisés par des sociétés extérieures, le plus souvent locales. «Le fichier fournisseur a bien évolué après la fin de la première année de garantie nous liant aux vainqueurs des marchés de construction, explique Stéphane Hertzog, le responsable d’origine alsacienne du site. Nous faisons appel désormais à des entreprises beaucoup plus locales, les plus proches pour limiter les coûts de déplacement. Pour le site de Moselle, ce seront sans doute des sociétés de Sarrebourg, Lunéville ou Nancy.» L’installation du Center parcs de l’Aisne a fait exploser l’activité du vitrier et du dépanneur automobile les plus proches des lieux, par exemple. 65% d’anciens chômeurs Parmi les autres bénéficiaires, figurent les producteurs de fruits et légumes locaux. «Nous nous approvisionnons dans un rayon de 30 à 40kilomètres autour, pour un budget annuel de 2,5M€.» Les collectivités ne sont pas en reste, avec, toujours selon les chiffres du CG 02, une taxe de permis de construire annuelle de 433.000€, une taxe foncière de 250.000€ (le site s’étend sur une trentaine d’hectares), une taxe professionnelle de 713.000€ et des taxes de séjour pour 635.000€.Le financement public (Département, Région, Europe) s’était élevé à 25,9M€, pour un budget total de 250M€. À noter que 85% des 690salariés (450 Équivalent temps plein) habitaient le département et 65% d’entre eux étaient au chômage. Enfin, les hôtels et restaurants du département, qui avaient profité de la phase de construction (420.000heures de travail), ont vu leur activité s’apprécier de 4,5% entre septembre2007 et 2008. Tandis que 30% des visiteurs de l’office de tourisme de la ville voisine de Laon étaient des clients de Center parcs.
Quels marchés pour les entreprises lorraines?
Succès mitigé pour les entreprises de la région lors des appels d’offres pour la construction du Center parcs lorrain.

Les entreprises lorraines ont-elles profité des marchés de la construction du Center parcs? La réponse est variable suivant les appels d’offres. Commençons par les succès. Pour la partie paysage, les Lorrains ont raflé la moitié des six lots. Le défrichement a été confié à la SARL Bottin père et fils, situé à Saint-Firmin (54). Un contrat de plus de 100.000€, pour une entreprise qui a réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 1,4M€. «C’est un bon contrat, confirme Jean-Marie Bottin, gérant de la société. Le chantier, s’est terminé en août après 8mois de travail. Il a mobilisé six salariés: il fallait aller très vite.» Première à oeuvrer sur le site, l’entreprise a abattu 7.000arbres. Le paiement des prestations a été «régulier». Autres bénéficiaires, DHR (57) et VPA (57) ont obtenu des marchés de l’aménagement paysager. Dans le domaine de la Voirie et réseaux divers (VRD, 5lots), Ineo infracom Gondreville (54) s’occupera de la fibre optique, tandis que Lingenheld (57) a décroché les équipements centraux. L’entreprise mosellane a également obtenu le terrassement VRD, au sein d’un appel d’offres Equipements centraux qui n’a débouché que sur une seule victoire lorraine sur un ensemble de 10lots.

Les Vosgiens en force
La construction des cottages a profité aux Vosgiennes, qui sont quatre à avoir obtenu un lot, sur les 16proposés, dont Bluntzer SNC (menuiserie extérieure), Cunin (plomberie chauffage) et Suède sauna (sauna). «C’est un chantier d’un an et demi qui nous permet d’aborder plus sereinement l’avenir et qui nous rapporte plus de 10M€. Sans compter qu’en terme d’image, ce type de chantier est toujours bénéfique», indique Philippe Pierrel, dirigeant de Bluntzer SNC. Sasso (57) groupé avec Clemessy (qui possède un bureau à Forbach) a obtenu l’électricité, Mascy (57) et Peintures réunies (57) les peintures. «Etant donné l’ampleur du chantier, nous avons constitué un groupement avec Clemessy pour répondre à l’appel d’offres. Pour nous, c’est un vrai challenge», précise Eric Sasso, l’un des membres de la direction de Sasso. En comptant l’appel d’offres des cottages témoins (neuf Lorrains sur quinzelots), les entreprises de la région ont décroché 23 des 47lots.

Soiurce :

http://www.lejournaldesentreprises.com/editions/54/actualite/fait-du-mois/l-exemple-du-center-parcs-aisne-06-02-2009-61244.php

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly