• Accueil
  • > Actualités
  • > La FRAPNA à nouveau remerciée pour son soutien à Center Parcs dans le journal municipal de Roybon

La FRAPNA à nouveau remerciée pour son soutien à Center Parcs dans le journal municipal de Roybon

Posté par admin le 1 novembre 2009

Décidément, c’est récurent depuis quelques temps:

Dans le compte rendu, paru dans le journal municipal « vivre à Roybon » d’octobre 2009, la FRAPNA est à nouveau vivement remerciée en ces termes: « On notait l’intervention du représentant de la FRAPNA qui attestait de l’excellente concertation entre sa fédération et les promoteurs du projet tout au long de l’élaboration de celui-ci. » Pour mémoire Monsieur Vallini, en réponse aux critiques des Verts, lors de la session du conseil général de l’isère du 16 octobre 2009 déclarait avec emphase: « la FRAPNA, en réunion publique, donc c’est vérifiable, à Roybon, a relevé, Serge Revel y était, je crois, a relevé la qualité du projet et le souci de prise en compte des impératifs environementaux.. la FRAPNA … bon, on peut toujours faire plus vert que vert, enfin quand la FRAPNA donne, son président, monsieur Meneu, Quand la FRAPNA donne son satisfecit à un projet moi je ne vois pas bien comment on peut faire mieux et plus .. ». Lors de la réunion en question, le 14/09/2009, Monsieur Riboud, représentant sur place du conseil général avait publiquement remercié ce représentant de la FRAPNA sur le “travail qui a été engagé dans un partenariat dont on ne peut que se féliciter ..avec..la FRAPNA qui a apporté sa pierre à cette construction et je tiens à vous remercier du travail que vous avez effectué la dessus”

 

Sur la réunion du 14/09/2009 voir  ici

Sur la session du CGI du 16/10/2009 voir ici

Article complet du journal « Vivre à Roybon » d’octobre 2009:

« Révision du Plan Local d’Urbanisme
Réunion de concertation à Roybon
Le 14 septembre, s’est tenue à la salle des fêtes la seconde réunion de concertation motivée par la révision du plan Local d’Urbanisme liée au projet de construction d’un Center Parcs au bois des Avenières.
Près d’une centaine de personnes étaient présentes pour écouter les explications sur le projet et pour poser des questions.
De l’autre côté de la table, on notait la présence de responsables de la Société Pierre & Vacances, porteur du projet Center Parcs, la représentante du Cabinet Confluence, chargée des études d’impact, de l’Urbaniste, chargé par la Commune de la préparation du dossier de modification du PLU, de Christian Pichoud, Vice-Président du Conseil Général chargé du Tourisme, de responsables chargés de l’accompagnement du projet au Conseil Général, de Jean-Pierre Revol, Conseiller Général du canton de Saint-Marcellin, et de Marcel Bachasson, maire de
Roybon, qui présidait la soirée.

La réunion débuta par une présentation du projet faite par les responsables de Pierre & Vacances, projet maintenant définitif puisque le permis de construire avait été déposé la veille en mairie de Roybon. L’accent était mis sur la parfaite intégration des constructions au site et sur la volonté de minimiser l’impact du projet sur le milieu naturel.
De la salle furent posées des questions touchant aux thèmes suivants : l’impact sur la circulation routière pendant les travaux et pendant l’exploitation du parc, l’alimentation en eau et l’épuration, le contrôle des eaux de ruissellement et de leur rendu au milieu, l’impact sur la faune, la gestion des déchets, les emplois et la reconstitution de l’espace forestier communal.
Toutes ces questions appelaient des réponses et les élus ou les techniciens s’attachèrent à démontrer que tout serait mis en œuvre pour limiter et contrôler les impacts et que la volonté était de réaliser un équipement exemplaire. On notait l’intervention du représentant de la FRAPNA qui attestait de l’excellente concertation entre sa fédération et les promoteurs du projet tout au long de l’élaboration de celui-ci.

Restaient un ensemble de questions mettant en cause la légitimité même d’un projet d’équipement de loisirs tel que Center Parcs dans les Chambaran. A ces interrogations, il fut répondu qu’il valait mieux capter et retenir une clientèle touristique dans notre région plutôt que de la laisser s’envoler vers de lointains pays, ceci sur un plan économique et social, bien sûr, mais également sur un plan écologique ! »

Laisser un commentaire