• Accueil
  • > Autres structures de Pierre et Vacances
  • > « Center Parcs, L’activité devient un produit, l’usager un client, le temps de l’argent, la nature une ressource de base, La symbolique de la nature n’a de sens que dans une perspective markéting »

« Center Parcs, L’activité devient un produit, l’usager un client, le temps de l’argent, la nature une ressource de base, La symbolique de la nature n’a de sens que dans une perspective markéting »

Posté par admin le 30 mai 2010

Ce modèle fait référence à la cité marchande de Boltanski et Thévenot(1991) et à l’utilité marchande devient un discours de circonstance pour valoriser les espaces touristiques en milieu naturel. L’important consiste à récolter des devises, faire de l’argent et satisfaire la clientèle citadine. On embellit la nature, on rénove les refuges et les gîtes de montagne, on développe une signalisation « design. Dans cette optique, l’apparence de la nature, sa mise en spectacle et le service au client roi prennent le dessus sur d’autres considérations culturelles. La relation « authentique » avec la nature – celle qui sent la vache, les miasmes putrides des sous-bois, l’odeur du feu de bois qui s’imprègne dans les vêtements, l’eau froide des gîtes d’antan ou le bruit des mulots dans le grenier… – n’a de sens dans cette perspective Un zeste de nature est accepté, juste ce qu’il faut pour satisfaire les nouvelles logiques culturelles des citadins à fort pouvoir d’achat. Cette démarche fondée sur le principe du markéting management (Marion, 1999) devient la règle et la nouvelle norme dans le management du loisir de nature, ainsi que pour créer des emplois dans ce secteur. La culture du privé s’immisce dans l’univers du plein air lorsque les prestataires en loisir sportif cherchent à créer des produits rentables.On quitte l’univers de la passion et du bénévolat, issu de la culture fédérale associative ou du secteur public ou parapublic, pour celui de l’intérêt.( Hirschman, 1980). Bref cette tendance à la servuction des espaces de loisir de nature est dans l’air du temps. les communes orientées vers le loisir et le tourisme de nature n’y échappent pas. Le développement du néo-régionalisme dans l’architecture des villages vacances s’inscrit dans cette logique pour façonner des lieux commerciaux adaptés au goût des nouveaux consommateurs de plein air. (Brusson, 1997) La question de la nature et de l’écologie est secondaire, à l’exemple du Center Parcs de Sologne .(Clary 1993). Tout un discours émerge qui modifie les représentations et les catégories de lecture des lieux de nature. L’activité devient un produit, l’usager un client, le temps de l’argent, la nature une ressource de base. La symbolique de la nature n’a de sens que dans une perspective markéting. L’échange marchand devient prédominant conformément à la rationalité du « markéter »et à la manière dont il appréhende le client roi.

Source:

http://docs.google.com/viewer?a=v&q=cache:QQ_dmVHMxv0J:www.erudit.org/revue/ls/2001/v24/n1/000162ar.pdf+center+park+nature+aseptis%C3%A9e&hl=fr&gl=fr&pid=bl&srcid=ADGEESho29qVefhFH696Hl5_ETayqAoky8SFAEDzZkkcUS1mQbjwow_zN1_2Yy6g_bEBNKxpLpuq-VzUVOOpLYZN8cF1cLgiwlO_VWt8FNHQX5McGCbPQuE2iqWtCjQizTO455iVK6zR&sig=AHIEtbTnqU6usz-nHipXhwRuM6TuNEMj4Q

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly