• Accueil
  • > Actualités
  • > « Pas facile de faire sortir les clients du Center Parcs de leur bulle »

« Pas facile de faire sortir les clients du Center Parcs de leur bulle »

Posté par admin le 17 juillet 2010

Cet article de « l’Union » montre les limites de  » l’impact sur l’économie locale » tant vanté ici par les promoteurs et soutiens du projet de Center Parcs à Roybon. 

 

Marché du terroir et de l’artisanat au Center Parcs L’Aisne servie sur un plateau
Publié le jeudi 15 juillet 2010 à 11H00

Sébastien Morlain et Julia Wygas sont conquis par la manifestation.

PAS facile de faire sortir les clients du Center Parcs de leur bulle. Qu’à cela ne tienne, l’Agence de développement et de réservations touristiques de l’Aisne (ex-comité départemental du tourisme) prend les choses en main. « Deux fois par mois, nous mettons en place une animation, que ce soit une exposition ou un spectacle, avec pour objectif de valoriser le département. L’été, quand le site affiche complet – en ce moment, il héberge près de 4 500 personnes – nous organisons un marché du terroir. Cela permet aux producteurs de rencontrer les consommateurs et de présenter eux-mêmes leurs produits, que nous vendons, tout au long de l’année, dans la supérette du Center Parcs », détaille Annabelle Kicki.
Souvenirs de l’Aisne
Cela dit, si on leur amène tout sur place, pas de danger que ces vacanciers se baladent dans la région et fasse vivre l’économie locale… « C’est vrai, mais nous avons pu constater que le fait de discuter avec un producteur peut en inciter certains à se rendre dans son atelier, quand c’est possible. Je ne dis pas que c’est la majorité, loin de là, mais sans cette rencontre, ils n’y seraient pas allés de toute façon. »
Sébastien Morlain participe à ce marché du terroir, depuis le début. « Quand on est artisan, il faut être présent sur les sites où il y a du monde : le Center Parcs est en haut de la liste ! » affirme le sculpteur sur bois de La Bouteille qui expose ses réalisations mais vient aussi avec tout son matériel pour travailler sur place. « Cela facilite l’échange, les gens viennent plus facilement vers vous quand ils vous voient en train de créer. » Mais parfois, c’est un peu compliqué, surtout quand on ne parle pas couramment anglais et qu’une bonne partie de la clientèle est étrangère…
L’homme est tellement emballé par la manifestation qu’il a incité une de ses amies à se joindre à la vingtaine d’exposants réguliers. Julia Wygas, productrice de savons au lait d’ânesse à Guignicourt, mettait donc, pour la première fois, les pieds au Lac de l’Ailette.
« Les gens sont surpris d’apprendre qu’on fait ce genre de choses dans l’Aisne, car c’est plutôt une production que l’on trouve dans le sud de la France. » Le côté 100 % naturel n’est pas pour déplaire aux vacanciers qui en emporteront volontiers quelques échantillons dans leur valise en guise de souvenir. Nicolas Trieste et Mhaize, artiste peintre et sculpteur céramiste à Aizelles, venaient, eux aussi, pour la première fois mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne débordaient pas de joie.
« Pas intéressés par l’art »
« Franchement, je suis déçue. Il y a peut-être beaucoup de gens sur le site mais sur les stands, on ne voit pas grand monde. Ils passent devant mais c’est tout juste s’ils regardent nos œuvres. Je crois tout simplement que ce n’est pas l’endroit pour exposer des œuvres d’art », regrette Mhaize, qui n’est pas sûre du tout de revenir l’an prochain. Pas facile de contenter tout le monde…
L.L.

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly