• Accueil
  • > Non classé
  • > Nouveau symbole de pauvreté : fils « d’une femme de ménage à Center Parcs ».

Nouveau symbole de pauvreté : fils « d’une femme de ménage à Center Parcs ».

Posté par admin le 21 août 2010

Le journaliste du Parisien qui a écrit l’article ci dessous est plus réaliste que nos élus qui, pour nous imposer ce futur Center Parcs à Roybon, nous vantent les emplois créés . Oui, être femme de ménage à Center Parcs est un symbole de pauvreté, de paupérisation et de dégradation de l’emploi dans notre pays et dans le monde. Ces emplois sous qualifiés, sous payés, difficiles, profondément dévalorisés et aux horaires incompatibles avec une vie personnelle décente acceptés par obligation par une population fragilisée et soumise sur fond de crise économique sont autant de symboles innacceptables et à refuser de la soumission de la nature et des être humains aux nouveaux seigneurs du tourisme. Accepter le destruction de centaines d’hectares de nature libre au nom de ces « créations d’emplois », est un délire que nous refusons fermement et contre lequel nous nous battrons inlassablement .

Les seuls bénéficiaires de cette destruction méthodique et subventionnée par les deniers publics sont les industriels du tourisme et leurs amis et complices politiques, en aucun cas les travailleurs de ces structures, nouveaux esclaves des temps modernes, nouveaux valets d’une bourgeoisie méprisante dont le secours populaire doit « gommer » les nuisances .

 

 Ils n’oublieront pas leur journée de vacances.
Pour la première fois, la Journée des oubliés des vacances du Secours populaire s’est déroulée à Paris.Après des visites de sites d’Ile-de-France, un pique-nique s’est tenu au Champ-de-Mars.

A11 ans, Bryan n’avait jamais vu la tour Eiffel. Hier midi, quand il s’est retrouvé sur le Champ-de-Mars (VIIe) face à la Dame de fer, ce petit Picard aux yeux bleus en est resté bouche bée : « Je croyais qu’elle était plus petite. Elle est vraiment trop grande! Elle est magnifique. » Fils d’une « femme de ménage qui travaille à Center Parcs », Bryan est l’un des 40000 enfants venus des régions de France (encadrés par 8000 bénévoles) à avoir profité hier de la Journée des oubliés des vacances. Le Secours populaire propose traditionnellement cette fête à tous ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir quelques jours de dépaysement.

Visite du musée de l’Air et de l’Espace au Bourget (voir encadré), pique-nique (salade de pâtes, cuisses de poulet et gâteau au chocolat) au Champ-de-Mars, parade des géants venus du Nord… : cette journée parisienne, « la plus belle de l’été » selon Bryan, aura été bien remplie.

40 000 enfants, dont 3 000 venus de toute l’Europe

A en juger par la marée humaine qui a déferlé tout l’après-midi, Julien Lauprêtre, président du Secours populaire, a atteint le but qu’il s’était fixé en choisissant pour la première fois, Paris comme destination au lieu de la plage : « Nous avons voulu transformer Paris en capitale européenne de la solidarité enfantine. » Sachant qu’un enfant européen sur trois ne part pas en vacances, les bénévoles du Secours populaire avaient invité dans la Ville Lumière 3000 petits Européens venus de Roumanie, d’Allemagne, d’Italie… qui ont passé une semaine ou deux dans une région de France. Point d’orgue de leur séjour, les jeunes Européens, comme leurs hôtes français, ont fait la fête dans une ambiance de kermesse, participant avec enthousiasme aux numéros des artistes de rue.

Fils d’un carreleur sans papiers arrivé du Kosovo il y a deux ans, Léo, qui vit dans le Sud-Ouest, a lui aussi succombé au charme du monument de Gustave Eiffel. « Regardez, il y a un avion qui passe derrière! On dirait que la tour Eiffel est plus haute! » s’exclame ce garçon de 10 ans dans un français impeccable. Dans la matinée, pendant que d’autres visitaient le château de Versailles (Yvelines), le Louvre ou gambadaient à Paris-Plages, Massilia, venue de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), a découvert le Sénat. Du palais du Luxembourg, cette jeune fille d’origine algérienne a particulièrement apprécié « les peintures, les dorures sur les murs et… les anges qui courent au plafond ».

Source:

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/ils-n-oublieront-pas-leur-journee-de-vacances-20-08-2010-1037234.php

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly