• Accueil
  • > Actualités
  • > Le futuroscope vendu à la Compagnie des Alpes pour « abonder » le projet Center Parcs

Le futuroscope vendu à la Compagnie des Alpes pour « abonder » le projet Center Parcs

Posté par admin le 17 octobre 2010

On l’a déjà vu, ( voir ici: http://chambarans.unblog.fr/2010/09/26/le-futuroscope-privatise-mais-remis-a-neuf-sur-les-deniers-du-conseil-general-au-benefice-dune-societe-amie-de-pierre-et-vacances-juste-avant-linstallation-dun-center-parcs/ ),la Compagnie des Alpes est en train de finaliser son accord avec le Conseil Général de la Vienne pour le rachat de parts lui appartenant dans le Futuroscope.
Le conseil général vendra ses parts pour la somme d’environ 30 millions d’euros.
A quoi va servir cet argent ?
Le journal « 7 à Poitiers » nous l’apprends:
« il récupèrera de précieux millions, à même d’alléger ses finances et d’abonder le projet « Center Parcs » .
Pierre et Vacances continue le mauvais feuilleton de son pillage des subventions publiques.

 

Le Conseil général et la Compagnie des Alpes ont, semble-t- il, trouvé un terrain d’entente au sujet de la cession des parts (43%) de la SEML Futuroscope.

La collectivité devrait récupérer 25 millions d’euros. Les élus du Département se prononceront, lundi prochain, sur le montage juridique et financier de l’opération.
Arnault Varanne,  avaranne@np-i.fr

À la fin de l’exercice 2010, le Futuroscope culminera, sauf surprise, à 1,8 million de visiteurs, 90M€ de chiffre d’affaires et 11M€ de résultat net. Cette saison restera dans les annales du parc. Jamais au grand jamais les clignotants n’ont été autant au vert. Cette conjoncture extrêmement favorable a évidemment pesé sur les débats entre le Conseil général et la Compagnie des Alpes (CDA), embarqués depuis des mois dans une négociation serrée autour de la valorisation du Futuroscope. Selon des sources très proches
du dossier, la filiale de la Caisse des dépôts accepterait de verser 25,5M€ au Département pour acquérir « entre 41 et 43% » des parts de la nouvelle société d’exploitation du Futuroscope. En plus de cette manne financière, le futur-ex actionnaire majoritaire du parc (74%) tirerait les dividendes de l’exercice 2010 à hauteur de 4,7M€. En contrepartie, il s’engagerait à racheter le Palais des congrès du Futuroscope (1,7M€) et
rénover l’hôtel du Futuroscope (6,5 à 7,5M€), dont la « CDA » ne veut pas dans la corbeille de la mariée.
Grand Poitiers à l’affût
De fait, la nouvelle structure juridique en charge de l’exploitation du Futuroscope se composerait d’une Société anonyme, détenue à 43% par la « CDA », à 38% par la SEML, à 13% par la Caisse des dépôts et consignations et à 6% par Unibail participations. La nouveauté réside évidemment dans la création d’une Société d’économie mixte nouvelle, dans laquelle le Département bénéficierait de 80% des parts, la Caisse des dépôts et consignations entre 15 et 20% et… Grand Poitiers, 5%.
Il se murmure que la Commu- nauté d’agglomération du Pays Châtelleraudais aurait tapé à la porte du Conseil général pour « en être ».
Si les conseillers généraux adoptent les modalités de cette nouvelle gouvernance, lundi
prochain, le Futuroscope basculera de fait vers une exploitation
privée. « Le Département perdra clairement la gouvernance », persifle un observateur. Mais
récupèrera de précieux millions, à même d’alléger ses finances et d’abonder le projet « Center Parcs ».

Source:
http://www.7apoitiers.fr/uploads/archives/e3483d560405597fa83125fa4c0095fafd052c4a.pdf

 

Cet autre article nous confirme que l’argent de cette cession de part, versé par la CDA  servira au tourisme, par le biais de la création d’une SEM ….. dont la CDA aura 20%:

 

Trente millions d’euros dans le panier du Département

 

Lundi prochain, lors d’une session, le conseil général de la Vienne tournera une nouvelle page de l’histoire du Futuroscope qui a débuté il y a un quart de siècle maintenant. Son président, Claude Bertaud, mettra aux voix le projet d’ouverture du capital de la société d’exploitation du Parc, afin de « lui assurer un nouvel avenir ». Il se construira notamment avec la Compagnie des Alpes (CDA), avec le soutien de la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Cette ouverture intervient à un moment où le Futuroscope connaît une fréquentation à la hausse avec 1,8 million de visiteurs sur l’année 2010.
Assurer le développement du Parc
Il semble en effet que les différents partenaires en négociation depuis plusieurs mois déjà, ont abouti à un accord sur la cession des parts de la société d’économie mixte locale (SEML) du Futuroscope. Les conseillers généraux devront ainsi trancher sur le montage juridique et financier de l’opération. « Ce partenariat doit nous permettre d’assurer le développement du Parc en laissant au conseil général une place significative dans la gouvernance mise en place » souligne le président.
L’opération va consister notamment dans la constitution d’une nouvelle société d’économie mixte, baptisée SEML patrimoniale de la Vienne, en partenariat avec la CDC qui aura pour objet le financement d’investissements dans des opérations d’immobilier d’entreprises ou de tourisme (80 % Département, 20 % CDC), sachant que d’autres partenaires publics pourraient s’associer, en particulier Grand Poitiers. Cette nouvelle société aura également une participation dans la société d’exploitation du Futuroscope.
A l’issue des négociations, la cession d’une partie des parts du Département de la Vienne à la Compagnie des Alpes, pourrait lui rapporter plus de 30 millions d’euros, très exactement 30.295.914,60 euros.
la Nouvelle République

Source:

http://www.poitiers.maville.com/actu/actudet_-Trente-millions-d-euros-dans-le-panier-du-Departement_dep-1548192_actu.Htm?xtor=RSS-4&utm_source=RSS_MVI_poitiers&utm_medium=RSS&utm_campaign=RSS

 

Le Département cède le Futuroscope
19/10/2010 05:38
(0)
Le conseil général de la Vienne a décidé de passer les rênes du Futuroscope à la Compagnie des Alpes, avec l’appui de l’opposition de gauche.

Les 18 élus de gauche ont ajouté leurs voix à celles de la majorité pour la cession d’une partie des parts du Parc. -  – Photo NR

La cinquième réunion du conseil général depuis le début de l’année, a commencé hier matin sur un ton assez solennel avec l’intervention de son président, Claude Bertaud, sur l’ouverture du capital de la société d’exploitation du Futuroscope. « Nous avons recherché un accord équilibré qui prenne complètement en compte les intérêts de notre département et de ses habitants », a-t-il souligné d’entrée de jeu, prévenant qu’avec cette opération, le conseil général ne se débarrasse pas du projet emblématique de la Vienne, mais « il se donne au contraire les moyens de continuer son développement, qui sera exigeant en financements ».
« Notre vote ce matin engage l’avenir de la Vienne » a-t-il ajouté en souhaitant « une très large majorité ». Il l’a finalement obtenu après de nombreux échanges et quelques « tractations », grâce aux 18 voix de l’opposition de gauche, quatre élus de la majorité départementale ayant décidé de s’abstenir, en l’occurrence Jean-Pierre Jarry (canton Poitiers V) et le groupe Initiatives et Progrès composé de Francis Girault, Denis Brunet et Bernard Doury.
Pour financer des investissements exceptionnels

Le président Bertaud a justifié ce choix dans un contexte de réduction forte des capacités d’intervention du Département, liée à la crise économique, à la réforme de la fiscalité locale et aux incertitudes qui pèsent sur le devenir des collectivités : « Le Département peut ne plus être en mesure, à très court terme, d’être la puissance d’investissement qu’il a été par le passé ». Pour lui, l’ouverture du capital du Futuroscope à la Compagnie des Alpes, avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), permet d’assurer au Parc « un nouvel avenir ».
Le Département restant propriétaire du foncier, la cession d’une partie de ses parts dans l’exploitation du Parc va lui permettre de percevoir plus de 30 millions d’euros. Une partie de la somme sera fléchée vers une nouvelle société d’économie mixte patrimoniale, engagement qui représentera la participation du Département au projet de Center Parcs du Loudunais, l’autre sera destinée au financement d’investissements exceptionnels comme les collèges, l’économie, le schéma très haut débit et les infrastructures de communication.
Préserver les emplois

La préservation des emplois actuels du Parc a suscité de nombreux échanges, plusieurs élus, Jean-Pierre Jarry, Michel Touchard, réclamant que la défense de l’emploi soit mentionnée dans l’accord. Le président Bertaud a répondu que son maintien reste une des priorités et il passe notamment par la décision affichée dans l’accord d’ouvrir le parc au moins 270 jours sur l’année.
« Pourquoi faudrait-il changer alors que cela marche si bien ? » a lancé le chef de file des élus socialistes Gérard Barc en constatant que tous les clignotants sont au vert pour le Parc. Ne voyant aucune urgence dans ce dossier, il a néanmoins conditionné les voix de l’opposition à l’engagement formel d’investissements à hauteur de 30 millions d’euros sur 5 ans pour les collèges. Cet engagement a vite été accepté par la majorité présidentielle d’autant qu’on apprend qu’elle y travaille aussi activement. La cession est finalement validée : 34 pour, 4 abstentions.
repères
La Compagnie des Alpes, propriétaire notamment du Parc Astérix et des parcs Wallabi, est contrôlée à 22 % par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), deuxième actionnaire du Futuroscope. Elle est le plus gros exploitant de remontées mécaniques et gère 21 parcs de loisirs en Europe.
la phrase
 » C’est une nouvelle étape dans la vie du Futuroscope  »
Président du directoire du Futuroscope, Dominique Hummel a salué la décision du conseil général. « Ce qui compte, c’est qu’elle soit prise à une très large majorité, on aurait mal vécu dans les équipes du Parc que ce soit une décision d’une équipe politique contre une autre. C’est un signal important pour l’avenir. On est plutôt rassuré de ce choix-là. On a bien compris que le Département devait trouver une autre solution pour notre avenir. Après l’échec du dernier mariage, on cherchait une union un peu plus stable. Il y a deux éléments qui nous rassurent : d’abord ce sont des gens du métier et ce sont des gens de long terme. Nous voyons cela avec plutôt de l’espérance que de la crainte. Nous serons un pôle à part entière au sein de la CDA ».
Philippe Bruyère

Source:

 http://www.lanouvellerepublique.fr/ACTUALITE/Politique/Le-Departement-cede-le-Futuroscope

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly