- L’éco-tourisme selon Disney

Posté par admin le 7 janvier 2011

 

 

 

 

Euro Disney et Pierre et Vacances se lancent dans l’éco-tourisme de masse. Leurs « Villages Nature », condensés de jardins, lacs, fermes et cottages au cœur de la forêt, accueilleront bientôt des milliers de touristes européens. Ouverture prévue en 2015 de ce site estampillé « durable, local et équitable ».

Un lagon de 3500 m2, chauffé à 30° toute l’année, immergé au cœur d’une immense « réserve » naturelle. Une cité lacustre habillée de jardins suspendus et traversée de sentiers arborés, une ferme bio au cœur de la forêt… Le nouveau projet d’Euro Disney et Pierre et Vacances, deux leaders du tourisme européen, ouvrira ses portes en 2015. Baptisé « Villages Nature », il sera implanté à 6km du parc Disneyland Paris, aux portes du Val d’Europe. Et invitera les visiteurs à « tendre vers l’harmonie entre l’Homme et la Nature. »

Une empreinte écologique réduite au maximum

Le parc occupera à terme 500 hectares, dont 90 % seront réservés aux espaces naturels. A l’image des Center Parcs de Pierre et Vacances, les 1730 appartements et cottages réalisés dans un premier temps seront vendus à des particuliers en tant que résidences de tourisme. Et pour accueillir les milliers de visiteurs attendus, tout est mis en œuvre pour limiter l’empreinte écologique. A commencer par le recours à la géothermie, « emblème de la destination ».

« Nous allons puiser à 1800 mètres  de profondeur de l’eau à 78°, explique Dominique Cocquet, directeur général  des Villages Nature de Val d’Europe. Ce système de géothermie nous permettra d’alimenter les réseaux de chaleur des Villages Nature, et à terme, de couvrir 30% des besoins des parcs Disneyland et Walt Disney Studios. » Pierre et Vacances et Eurodisney se sont inspirés de la méthode  »One Planet Living » élaborée par BioRegional et le WWF, et ont décliné 10 objectifs mesurables pour réduire leur empreinte écologique. Carbone, déchets, transports, matériaux, alimentation, eau, biodiversité, culture, relations commerciales : toute la future activité du parc sera estampillée durable, locale et équitable.

L’éco-tourisme de masse est-il donc possible ?

L’éco-tourisme de masse? « Non seulement il est possible, mais il est indispensable ! » assure Dominique Cocquet. Indispensable car l’industrie du tourisme est « une activité invasive », de l’aveu même du directeur général adjoint d’Eurodisney. « Les transports et la surconsommation générés par le tourisme doivent être pris en compte au regard des défis environnementaux d’aujourd’hui. Nous devons donc inventer de nouvelles destinations plus respectueuses des ressources naturelles. » Et a priori, les clients seront au rendez-vous. Les études de marchés réalisées en amont du projet témoignent en effet d’un engouement des européens à l’égard de ce type de destination.

« Les Villages Nature répondent aux nouvelles attentes de la clientèle. Les gens ont besoin de se retrouver en famille, mais avec une dimension nouvelle : celle de se ressourcer dans la nature. » Mais cette artificialisation de la nature n’est-elle pas contradictoire avec lebut recherché ? Pour le sociologue Jean Viard, directeur de recherche au CNRS*, « cette mise en scène de la nature n’est pas contradictoire avec l’idée d’aller se balader en forêt le dimanche. 30% du territoire français est occupé par des parcs naturels. Alors effectivement, on peut trouver un côté grotesque au projet Villages Nature, mais malgré tout, ce genre de destination permet de valoriser la nature, et ce ne sont pas des valeurs négatives ! »

Un projet critiqué

Pour autant, le projet ne fait pas l’unanimité. L’association Nature Environnement 77, qui milite localement pour la préservation des espaces naturels en Île de France, le juge  « inacceptable ». C’est surtout la disparition de 530 hectares de terres agricoles– pour le futur développement des Villages Nature – et la menace d’étalement urbain qui exaspère les membres de l’association. « On ne peut que s’insurger sur la façon de dénommer et de présenter ce projet purement commercial, financier et immobilier », écrivent-ils dans une lettre ouverte aux conseillers généraux de Seine-et-Marne et conseillers régionaux d’Île-de-France (Eurodisney et Pierre et Vacances évaluent à 7 millions d’euros les retombées fiscales annuelles et estiment que le parc génèrera près de 7000 emplois directs et indirects). L’association ajoute qu’il existe en Seine-et-Marne « assez de villages authentiques et proches de la nature qui permettent le développement d’accueil en chambre d’hôtes et gîtes ruraux. Ce type de tourisme privilégie la qualité de l’accueil des visiteurs. » Mais pour Jean Viard, cette opposition frontale est regrettable. « Villages Nature n’empêchera pas le tourisme de proximité de se développer. D’ailleurs, ce sont les gîtes ruraux d’Île-de-France qui sont les plus fréquentés ! Mais la société a besoin de totems, et Villages Nature sera un totem du tourisme », assure le sociologue.

Anne Farthouat 
© 2010 Novethic – Tous droits réservés

 

 

 

 

Source:
http://www.novethic.fr/novethic/planete/economie/tourisme/l_eco_tourisme_selon_disney/132236.jsp 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly