• Accueil
  • > Actualités
  • > Des ouvriers polonais irréguliers, en danger et non payés en grève sur un chantier Pierre et Vacances à Caen

Des ouvriers polonais irréguliers, en danger et non payés en grève sur un chantier Pierre et Vacances à Caen

Posté par admin le 5 mars 2011

A roybon, pour le chantier Center Parcs, on nous le jure: c’est du travail assuré pour les travailleurs locaux, des milliers d’emplois, une manne pour les entreprises régionales !

En tout cas à Caen, les entreprises  qui travaillent pour Pierre et vacances préfèrent « importer » des travailleurs polonais et « oublier » de les payer. Au point d’intéresser l’inspection du travail et la police des frontières qui suivent l’affaire.

Qu’en pensent messieurs Bachasson et Vallini, instigateurs du projet Center Parcs à Roybon ?

 

Sur le chantier du BHV, des ouvriers arrêtent le travail
Actus
Vendredi 4 mars 2011 à 12:13 par Briac Trébert | Réagissez !

C’est France 3 qui révèle l’information. Des ouvriers employés sur le chantier de l’ex-BHV (fermé en 2006) ont arrêté le travail….car ils n’ont pas été payés ! « Voilà un mois et demi qu’ils sont arrivés à Caen. Ils sont employés par un sous-traitant polonais. En janvier, l’inspection du travail, suite à un contrôle, avait déjà pointé une irrégularité administrative dans le processus d’embauche et dénoncé des problèmes de sécurité. La situation de ces ouvriers a attiré l’attention de la police aux frontières. Une enquête préliminaire est en cours pour savoir pourquoi ces ouvriers ne sont pas rémunérés. », raconte France 3 Basse-Normandie.
Rue de Vaucelles et quai Meslin, sur la rive droite de Caen, les riverains étaient soulagés. Depuis fin 2006, et la fermeture du BHV, ils ne voyaient rien venir. Ou presque. Ils avaient cru à un premier projet de résidence hôtelière, mais la crise est passée par là. Le chantier était resté en panne sèche. Depuis, un nouveau partenaire s’est présenté. C’est finalement l’enseigne Adagio, détenue par les groupes Pierre et Vacances et Accor qui a misé sur Caen. À terme, l’immeuble doit compter six niveaux de 1 500 m2 chacun. Les prestations de standing se répartiront en trois types d’appartements : le studio (env. 22-25 m²), le deux pièces (env. 35 m²) et le trois pièces (plus de 45 m²). Outre quatre appartements au rez-de-chaussée, quatre commerces indépendants doivent aussi s’installer dans les deux rues. Cette résidence ciblera avant tout une clientèle d’affaires pour les moyens et longs séjours. Mais, une fois encore, le chantier prend du retard.

Source:

http://www.cotecaen.fr/2011/03/04/sur-le-chantier-du-bhv-les-ouvriers-arretent-le-travail/

 
Ex-BHV : enquête autour d’un chantier
samedi 05 mars 2011
Des ouvriers français, polonais et portugais travaillent sur le site d’une future résidence hôtelière, à Caen.

Fermé fin 2006, le BHV, ancien magasin d’équipement de la maison, fait partie du passé à Caen. Au bord de l’Orne, seule la forme de ce bâtiment de la Reconstruction a été conservée. Depuis un an, des ouvriers français, polonais et portugais le transforment en résidence de tourisme. 120 appart-hôtels, pour une clientèle d’affaires et des touristes, doivent ouvrir début mai sous l’enseigne Adagio, société détenue par Accor et Pierre & Vacances.
Mercredi soir, plusieurs plaquistes polonais ont stoppé leur activité. « On est là depuis un mois et demi et ils ne nous ont pas encore payés. » Ces quelques ouvriers, qui ont témoigné sur France 3 Basse-Normandie, n’étaient plus présents hier. L’entreprise polonaise sous-traitante les employant non plus. Joint hier, Franck Thibult, directeur général de la société parisienne Buildinvest, propriétaire de l’immeuble, semblait embarrassé. « Je découvre le problème. Aujourd’hui, je suis sur le site. Personne ne revendique quoi que ce soit. » C’est ATS, société des Alpes-Maritimes, qui gère le chantier et emploie différents sous-traitants. Entre 80 et 100 ouvriers s’activent pour assurer les finitions des cinq étages.

L’inspection du travail et des policiers de la brigade mobile de recherches (Police aux frontières) ont contrôlé le chantier et la régularité des contrats des ouvriers. Deux fois. « On connaît la situation. Des investigations sont en cours pour déterminer des suites qu’il convient de donner », confirme la direction du travail.

Nathalie HAMON.

Source:

http://www.ouest-france.fr/region/normandie_detail_-Ex-BHV-enquete-autour-d-un-chantier-_8618-1715927_actu.Htm

 
Ex-BHV : l’extérieur à son tour en chantier

L’immeuble de l’ex-BHV, avec ses cinq étages et ses 6 000 m2, se transforme.
Les travaux vont bon train depuis avril. Le vaste immeuble de la rive droite comptera 120 apparts-hôtels d’ici mars 2011.
Rue de Vaucelles et quai Meslin, les échafaudages viennent d’être montés jusqu’en haut du vaste immeuble vide. « Le vaisseau fantôme », comme l’ont appelé les riverains du quartier de la rive droite. Il s’agit des locaux de l’ex-BHV, magasin pour la maison et l’équipement, fermés depuis décembre 2006.
Depuis mars-avril, le chantier est permanent. Soutenu. « À l’intérieur, tout est nettoyé. Un patio est percé et achevé ; les cloisons sont montées. C’est assez impressionnant », affirme le propriétaire Franck Thibult, directeur général de la société parisienne Buildinvest, déjà connue à Honfleur et Bayeux. Sur place, « une soixantaine d’ouvriers » n’ont pas arrêté. Depuis une quinzaine de jours, la façade extérieure est à son tour attaquée. Les murs ont été déshabillés de leurs fenêtres anciennes. Les vieilles menuiseries, déposées. « De nouvelles seront posées en septembre. »

À terme, une résidence de tourisme de 120 apparts-hôtels (75 % de studios et 25 % de deux pièces) sera aménagée dans un immeuble symbolique de la Reconstruction, sous l’enseigne Adagio. Une société détenue par les groupes Pierre & Vacances et Accor. L’ensemble comptera six niveaux de 1 500 m2 chacun. Outre quatre appartements au rez-de-chaussée, quatre commerces indépendants s’installeront dans les deux rues. À l’arrière, un parking offrira une quarantaine de places.

« On a envie que ce chantier avance. » La fin des travaux est envisagée en décembre-janvier. « Viendra alors le temps de l’ameublement et de l’aménagement intérieur. » Ouverture escomptée : fin mars 2011. Cette résidence de tourisme ciblera avant tout une clientèle d’affaires pour les moyens et longs séjours (au-delà de quatre jours). Puis la clientèle touristique. Les tarifs d’Adagio sont basés sur des hôtels trois étoiles, et adaptés selon la saison et la durée du séjour.

Nathalie HAMON.  Ouest-France

Source:

http://www.caen.maville.com/actu/actudet_-Ex-BHV-l-exterieur-a-son-tour-en-chantier-_loc-1453185_actu.Htm

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly