- Center Parcs : les requêtes des opposants contestées

Posté par admin le 12 juin 2011

Center Parcs : les requêtes des opposants contestées

Dans son projet, Pierre & Vacances prévoit l’implantation de mille cottages dans la forêt des Avenières, sur la commune de Roybon. DR

Nouveau chapitre, nouveau rebondissement. Jeudi, le projet de création d’un Center Parcs dans la forêt des Avenières sur la commune de Roybon a connu un nouveau rebondissement. Le tribunal administratif de Grenoble s’est penché sur ce dossier et plus particulièrement sur les trois recours qu’avaient déposés les opposants. Ces requêtes contestaient la modification du Plan local d’urbanisme de la commune de Roybon, la validité du dépôt de permis de construire et enfin l’autorisation de défrichement [lire en Repères]. Jeudi, le rapporteur public ne leur a pas donné raison et a rejeté ces trois recours. « Les enjeux environnementaux ont été écartés »

Une décision qui n’étonne pas les opposants. « Nous ne sommes pas vraiment surpris car nous savons que la notion d’environnement n’est pas encore bien intégrée dans la culture des magistrats », regrette Stéphane Peron, le président de l’association Pour les Chambarans sans Center Parcs (PCSP) auteur des recours.

Et d’ajouter : « On voit très bien que les enjeux environnementaux ont été écartés de la notion d’intérêt général. Seuls les arguments de création d’emploi ont été retenus. Les supporters du projet ont même osé affirmer que les emplois qui seraient générés seraient des contrats à durée indéterminée ! Or on sait très bien qu’il s’agit très souvent de prestataires de services qui privilégient les contrats à durée déterminée », continue l’opposant qui pointe aussi du doigt les « énormes » consommations d’eau des installations (« 1 100 m 3 par jour »). « Nous sommes optimistes »

Depuis décembre 2007, le groupe Pierre & Vacances souhaite implanter son cinquième Center Parcs dans les Chambarans. Un projet qui prévoit la réalisation de 1 000 cottages sur 200 hectares. Une nouvelle accueillie comme une aubaine par les autorités locales car synonyme notamment de création d’emplois. 700 postes sont annoncés. Le conseil général, avec un investissement de 15 millions d’euros, a fortement œuvré pour que Pierre & Vacances choisisse l’Isère. Sauf que les recours déposés par les opposants ont donné un sacré coup d’arrêt au projet espéré pour 2013. Alors, Marcel Bachasson, maire de Roybon et conseiller général, préfère attendre la décision finale du tribunal. « Nous sommes optimistes quant à l’issue mais nous restons prudents tant qu’une décision n’est pas rendue. » D’autant plus que les opposants sont loin de s’avouer perdants : « L’avis du rapporteur public est parfois suivi par le tribunal, mais parfois il ne l’est pas. » L’affaire a été placée en délibéré et sera rendue d’ici une quinzaine de jours.

Par la rédaction du DL | Publié le 12/06/2011 à 05:44 Vu 1681 fois

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly