- Center Parcs en Saône et Loire, première note discordante

Posté par admin le 4 février 2012

 

Dans le concert de louanges initié et réclamé par Mr Montebourg pour soutenir le projet de Center Parcs dans son département, le groupe local Europe-écologie a très rapidement fait entendre une voix fermement opposée.

Nous ne pouvons, sur ce blog, que nous réjouir de la proximité du texte suivant avec notre propre argumentation contre ce type de projets hautement destructeurs et hypocritement présentés comme « verts », « durables » et générateurs de « richesses » et « emplois ».

Nous ne pouvons que souhaiter que ce groupe local maintienne sa position actuelle, ne l’édulcore pas au fil du temps et des aléas électoraux et ne tombe pas dans le piège des propositions alternatives de remplacement.

 

OPINION : Europe Ecologie Les Verts contre le projet de Center Parcs en Saône-et-Loire 

Le Vendredi 03 février 2012

Nicole Eschmann, élue verte au Conseil Régional de Bourgogne, explique l’opposition des Verts à un projet de Center Parcs en Saône-et-Loire, dans le Sud Bourgogne.

Center Parcs : une usine à loisirs à la place de nos zones naturelles

 

Lundi, en salle des séances, le président du Conseil Régional François Patriat a rappelé l’intérêt d’agir local pour enrayer le déclin de la biodiversité et a défini la stratégie régionale en faveur de la biodiversité : « un cadre commun de connaissances, d’enjeux, de cohérence et d’actions. (…) Il s’agit de ne pas épuiser le capital naturel dont nos sociétés restent dépendantes pour leur survie ». Ce même lundi, le président du Conseil Général Arnaud Montebourg, annonce comme une aubaine une éventuelle implantation d’un Center Parcs en Saône-et-loire.

 

Comment nos élus accepteraient-ils en notre nom d’être dépossédés de centaines d’hectares de zones naturelles (bois, points d’eau), où vivent de nombreuses espèces sauvages, où l’accès est libre et gratuit pour les citoyens, pour en faire un espace artificialisé, macadamisé, bétonné, clos et payant ?

 

Comment nos élus se laisseraient-ils abuser par une propagande de développement durable, véritable  blanchiment écologique ? Un Center Parc, c’est la destruction de zones naturelles pour une consommation de loisirs à la chaîne, produisant une pollution et un gaspillage d’énergie impensable (piscines sous dômes gigantesques, vagues artificielles, saunas, jaccuzis, plantes tropicales…).

 

Comment nos élus pourraient-ils croire à une aubaine sociale, de la part d’une société qui optimise toutes les défiscalisations d’investissements et  toutes les aides à l’emploi possibles, pour des emplois précaires de femmes de ménage, balayeurs, plongeurs, à temps partiel, et à bas salaires ?

 

Comment nos élus ne verraient-ils pas que ce seront nos impôts qui financeront en partie la construction de cette usine à parquer du touriste? selon une méthode éprouvée, on annonce généralement une implantation dans deux endroits différents potentiels , mettant ainsi en concurrence deux territoires dont les édiles auront à coeur de surenchérir l’un sur l’autre en rivalisant d’avantages et de subventions pour attirer l’entreprise. Charge à eux de financer ensuite des infrastructures colossales, notamment de transports et d’assainissement.

 

Comment nos élus imagineraient-ils de possibles retombées économiques ? Le chantier est immense et échappe aux entreprises locales. La structure fait vivre sa clientèle en autarcie, car tout est fait pour l’inciter à consommer sur place.
Ce type de centre symbolise l’absurdité d’une civilisation qui ne conçoit le temps de loisirs que comme un temps de dépenses économiques, quelles que soient les conséquences pour l’environnement vital.

 

A Europe-Ecologie-les-Verts, nous nous opposons à l’incohérence et l’absurdité du projet d’implantation de Center Parcs. Nous dénonçons que des biens publics soient retirés à la communauté au profit de la spéculation immobilière et du syphonnage des aides publiques. Nous dénonçons la propagande présentant la destruction de zones naturelles et la gabegie d’énergie comme du développement durable et du dynamisme économique.
Nous dénonçons l’éventuel soutien apporté à des loisirs de masse, abrutissant et appauvrissant la population. Nous appelons les élus à la raison et à la responsabilité.

 

 

 

Nicole Eschmann

 

Vice-présidente du Conseil Régional de Bourgogne.

 

Source:

http://www.infos-chalon.com/article.php?sid=31739&thold=0

 


Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly