Daniel Canepa veut un cluster du tourisme autour d’Euro Disney

Posté par admin le 14 mars 2012

Daniel Canepa veut un cluster du tourisme autour d’Euro Disney


14.03.2012

 Daniel-canepa-jacques-demarthon--afp
Daniel Canepa, préfet de Paris et d’Île-de-France. JACQUES DEMARTHON / AFP

Créer un cluster du tourisme autour d’Euro Disney, il fallait y penser. C’est Daniel Canepa, qui porte la double casquette de préfet de la Région Ile-de-France et de délégué interministériel au projet Euro Disney en France, qui en a eu l’idée, annoncée lors de la présentation d’une étude portant sur les retombées économiques et sociales de Disneyland Paris de 1992 à 2012. « L’idée est en train de naître et de se formaliser, explique le préfet. En lien avec la Région Ile-de-France et le Grand Paris, nous souhaitons créer un pôle d’excellence dans le domaine de la formation aux métiers du tourisme, de l’accueil et de l’hôtellerie. » Daniel Canepa, qui a déjà reçu le soutien d’Euro Disney et de l’université de Paris Est Marne-la-Vallée, ambitionne notamment de créer une grande école hôtelière française, à l’image de la très réputée école de Lausanne. « Pourquoi pas la créer en Seine-et-Marne et pourquoi pas sur le territoire de Val d’Europe ? », lance-t-il, entouré d’acteurs acquis à sa cause, parmi eux Vincent Pourquery de Boisserin, directeur général d’Epamarne/Epafrance et Jean-Paul Balcou, président du SAN du Val d’Europe. Ce cluster, qui est à l’heure actuelle au stade embryonnaire, aura également vocation à accueillir des activités de recherche et des entreprises innovantes.

Il faut dire qu’en vingt ans, Euro Disney, première attraction touristique en Europe, a su démontrer qu’il était un poids lourd de l’économie en France. Il suffit, pour s’en rendre compte, de regarder les chiffres de l’étude établissant le bilan des vingt années de présence du parc dans l’Hexagone : 250 millions de visiteurs attirés en deux décennies qui ont, au total, dépensé quelque 59 Mds€ sur place, 50 Mds€ de valeur ajoutée à l’économie française, 7 Mds€ d’investissement, 55 000 emplois générés chaque année, et 5,33 Mds€ d’apport fiscal. Et ce, pour un investissement public (Etat, Région, Département, SAN du Val d’Europe et opérateurs) de 666 M€. « La contribution de la destination s’avère stratégique pour le secteur du tourisme, non délocalisable et créateur d’emplois, a fortiori en période de crise économique », souligne ainsi l’étude.

Euro Disney, c’est aussi une part de 6,2% du total des recettes en devises du tourisme en France et le cinquième pôle hôtelier de l’Hexagone, après Paris, Lourdes, Nice et l’agglomération lyonnaise, en termes de capacité d’accueil. Le parc comprend désormais plus de 8 000 unités d’hébergement, dont plus de 7 000 chambres d’hôtels. « Disneyland Paris, c’est 46,2% des 15 280 chambres d’hôtels de la Seine-et-Marne, soit 69,5% du total des nuitées », rapporte l’étude. Fort de cette belle dynamique, Euro Disney va maintenant lancer sa quatrième phase de développement, grâce à l’avenant à la convention signé en septembre 2010. Une phase qui sera notamment marquée par l’ouverture, en 2016, des Villages Nature, une nouvelle destination de villégiature familiale d’envergure européenne, conçue en partenariat entre Euro Disney et Pierre & Vacances. « Les perspectives de développement telles qu’elles ont été évoquées, devraient se poursuivre au même rythme et conduire à un doublement de la population et du développement économique dans les vingt prochaines années », prédit Vincent Pourquery de Boisserin. De quoi conforter le poids économique de l’Est francilien, qui grossit d’année en année.

AUTEUR(S)

Sdacosta
Sophie Da Costa
Journaliste – Business immo
Source:

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly