• Accueil
  • > Actualités
  • > - Center Parcs : les opposants contestent les créations d’emplois

- Center Parcs : les opposants contestent les créations d’emplois

Posté par admin le 18 mars 2012

Center Parcs : les opposants contestent les créations d’emplois

La première pierre du Center Parcs, qui doit voir le jour à deux pas de Roybon, n’a toujours pas été posée. Mais le projet continue d’alimenter le débat. Mardi soir, l’association Pour les Chambarans sans Center Parcs (PCSCP) organisait une réunion publique à Saint-Marcellin. Une première pour les opposants au projet, qui s’aventurent en dehors du canton de Roybon pour sensibiliser la population .

Jusqu’à présent, PCSCP s’était surtout appliqué à contester sur le terrain judiciaire les permis de construire du futur équipement. Cette fois, Stéphane Peron, président de l’association, a proposé un vaste point sur les différentes problématiques du dossier. La majorité des 70 personnes qui composaient le public semblaient peu au fait du projet.

Sur le volet environnemental, PCSCP a repris les nombreuses mises en garde de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), présentes dans un rapport datant de 2010. Celui-ci évoque le patrimoine naturel du bois des Avenières, retenu pour accueillir l’équipement. « On ne pouvait pas choisir plus mauvais endroit », synthétisait Stéphane Peron.

PCSCP a axé sa présentation autour de trois axes : l’impact environnemental, le volet financier et le politique. Mais ce sont surtout ces deux derniers volets sur lesquels a appuyé le collectif. Simplement parce que la partie environnementale est au point mort. Si la bataille juridique fait rage, les décisions de justice rendues à ce jour concerne la forme et non le fond du dossier.

« Faut-il sacrifier une forêt pour des emplois qui payent 270 € par mois ? »

Le volet social (et financier) a permis à l’association d’accrocher l’auditoire. Les chiffres avancés s’appuyaient sur les constatations faites par l’association auprès des Center Parcs de Picardie et de Moselle. « Le projet est déclaré d’intérêt général car il y a des emplois à la clé. Mais selon nos calculs, ce ne seront que 150 qui seront concernés par le chantier », avançait le président de PCSCP. Quant aux centaines d’emplois directs créés par le parc aquatique, il balayait d’un revers de la main leurs poids. Des témoignages de femmes de ménage du parc mosellan, en proie à un conflit social, étaient projetés sur grand écran. Une d’entre elles déclarait toucher 270 € par mois. « Faut-il sacrifier une forêt pour des emplois qui payent 270 € par mois ? », interrogeait Stéphane Peron face à une audience ne pouvant répondre que non.

Les questions du public, en fin de séance, ont permis de mesurer la méconnaissance du sujet. Certaines personnes étaient présentes à la suite d’opérations de tractage sur le marché de Saint-Marcellin, conduites par PCSCP.

Signe qu’aujourd’hui, ce sont les opposants qui occupent le terrain. o

Le permis de construire du Center Parcs a été contesté par PCSCP en 2010. La justice avait retoqué le document sur un défaut de consultation de partenaire dans le cadre de l’élaboration du dossier.

Depuis, la ville de Roybon a redéposé un nouveau permis de construire fin 2011… contesté par l’association d’opposants.

Sur le volet environnemental, Pierre & Vacances, propriétaire de Center Parcs, continue de travailler sur le rapport de loi sur l’eau. Le document, attendu depuis près de deux ans, promet d’être clé dans la réalisation ou non du parc aquatique. o

Publié le 18/03/2012 à 06:01 Vu 1774 fois

Source:
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2012/03/17/ou-en-est-le-projet

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly