• Accueil
  • > Actualités
  • > - En Belgique, comme partout, Center Parcs fait la manche auprès des ministères

- En Belgique, comme partout, Center Parcs fait la manche auprès des ministères

Posté par admin le 5 avril 2012

Le Center parcs fait le tour des cabinets

 

Avant de faire le tour du Grand-Large élargi, les investisseurs « font le tour des cabinets ministériels ».

 

 

PÉRONNES-LEZ-ANTOING - La création d’un Center parcs, à Antoing, se précise de jour en jour. Le permis unique est prêt à être déposé… si l’accord est finalisé.

L’accord avec qui ? Avec le groupe Pierre & Vacances/Center Parcs qui étudie la faisabilité de la chose, à savoir la construction d’un parc de loisirs sur les terres du prince de Ligne, à Antoing. L’investissement est aujourd’hui estimé à 182 millions d’euros ; il porte sur un vaste chantier, à l’est du Grand-Large de Péronnes, à vocation essentiellement touristique. Du logement et un complexe hôtelier encadreraient un espace aquatique : ce serait le premier Center Parcsen Wallonie, le groupe animant pour l’heure trois centres similaires au nord du pays (dans le Limbourg et à la côte).

Après la modification du plan de secteur et l’adoption du rapport urbanistique environnemental, c’est l’heure aussi de la demande de permis unique qui a sonné.

À la recherche de 30 millions

Avant cela, dans la coulisse, on avance à pas de sioux… mais les derniers signaux de fumée sont venus du ministre des Sports, André Antoine, invité à s’exprimer sur l’agrandissement du Grand-Large de Péronnes (une compensation alternative imposée par le Gouvernement wallon dans sa modification du plan de secteur), et l’implication du centre Adeps dans le vaste projet commercial.

« Un rencontre a bien eu lieu entre la cellule “ sports ” de mon cabinet et les investisseurs du projet de Péronnes.Center Parcs “ souhaite ” obtenir une aide financière globale d’environ trente millions d’euros, par comparaison avec les autres projets qu’ils développent en Allemagne et en France ; c’est ce dont ils ont besoin pour assurer un équilibre financier. Les investisseurs font donc apparemment le tour des cabinets. Ils sont venus pour cibler les possibilités d’aides régionales pour le volet sport et les conditions qu’ils devraient respecter pour en bénéficier.

En vertu du décret du 25 février 1999, la Wallonie est compétente pour octroyer des subventions en vue de l’acquisition, la construction, l’aménagement et le premier équipement d’infrastructures, destinées à la pratique du sport et du loisir sportif. Les bénéficiaires de ces subsides sont les pouvoirs publics et les ASBL. Des investisseurs privés ne sont donc pour l’heure pas éligibles. »

Cela ne signifie évidemment pas que le Gouvernement wallon ne peut pas trouver ailleurs, dans ses autres départements, une aide à l’investissement permettant la réalisation de ce complexe de vacances.

Outre cet aspect financier, qui tient essentiellement à la subsidiation, des avancées significatives sont enregistrées dans d’autres domaines : les réunions de coordination se succèdent à un rythme soutenu. La prochaine d’entre elles est programmée ce vendredi ; elle pourrait décider du lancement de la procédure de demande de permis unique qui manque encore au dossier. « Le projet Snow Games, à Lessines, avait franchi toutes les étapes, obtenant son permis unique il y a plus de sept ans. Et reste lettre morte, faute d’investisseurs… », rappellent les opposants au projet.

Cela ne semble pas être le cas à Antoing.¦

 

Source:

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20120327_00137538

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly