• Accueil
  • > Archivage brut
  • > - Encore un mouvement social à Center parcs: « Les salaires, c’est la misère »

- Encore un mouvement social à Center parcs: « Les salaires, c’est la misère »

Posté par admin le 14 juillet 2012

Center parcs : mauvais climat pour les employés aussi

Publié le samedi 14 juillet 2012 à 11H00 - Vu 56 fois

Le personnel réuni sous la bannière CGT réclame davantage de moyens et un meilleur salaire pour travailler et vivre.

Le personnel réuni sous la bannière CGT réclame davantage de moyens et un meilleur salaire pour travailler et vivre.

CHAMOUILLE (Aisne). Pendant que les 4 000 touristes en vacances à Center Parcs se reposent, les 300 employés du site travaillent. Dans de mauvaises conditions, selon la CGT.

 

PAS plus dans le ciel qu’autour du lac de l’Ailette, parmi le personnel de Centers parcs, le climat ne semble propice à la détente. Un nouveau coup de froid social a en effet gelé hier les relations entre les employés du parc, ceux réunis sous la bannière CGT exclusivement, et la direction, Alain Fréson donc, le patron de l’infrastructure, ses chefs de service et la demi-douzaine de managers.

Pas considérés

En cause notamment, si l’on en croit Christophe Lenoble, délégué du syndicat majoritaire, une distorsion grandissante entre les privilèges et rémunérations des personnels de direction et ceux des 300 personnes employées à la réception, la maintenance, le nettoyage, les espaces verts, la location des vélos ou la surveillance des bassins. Autant de catégories soumises à la même convention collective de l’immobilier, payées invariablement au Smic et cela quelles que soient leurs compétences.
« Même si nous avons un treizième mois, 1 096 euros nets par mois, c’est trop peu pour vivre dignement », regrettent les personnes grévistes. « Ce ne sont pas les petits avantages que l’on nous accorde comme la location à faible tarif dans les Center parcs qui nous nourrissent ! »
Des salaires trop bas, des charges de travail trop lourdes, mais aussi une gestion parfois erratique. « Le personnel n’a pas l’autorisation expresse de profiter des soldes dans les boutiques du parc, tandis que la hiérarchie ne s’en prive pas », dénoncent les militants. « Nous ne sommes pas considérés. On est toujours là à travailler sans les moyens nécessaires. Dans les cottages, il manque souvent du matériel. Il n’y a pas d’inventaire à la fin des séjours. On se débrouille et on remplace au coup par coup. En achetant des petites cuillères là, en empruntant un frigo ici ou en remplaçant un salon de jardin. »

« Je suis attentif »

Les agréables vacances des touristes – anglais, belges, néerlandais surtout – se font-elles au détriment des personnels en coulisses ? Alain Fréson le réfute. « On est à 99 % de remplissage et cela génère sans doute davantage de travail et de tensions », explique-t-il. « Mais dans le tourisme, c’est ainsi, nous subissons de grosses variations. »
Les salaires ? « C’est à voir, au cas par cas », estime le directeur qui mentionne les 2 % d’augmentation accordés lors des Négociations annuelles obligatoires (NA0) de décembre dernier.
« Je suis attentif au climat qui génère ces insatisfactions », assure M. Fréson. « Il est clair que si nous avions un temps magnifique, nous aurions moins de revendications. » Une bonne nouvelle : le directeur n’interdit pas au personnel, quel qu’il soit, de courir les soldes sur place.
En regardant ou en ne regardant pas à la dépense ?

Yves KLEIN
yklein@journal-lunion.fr

Source:

http://www.lunion.presse.fr/article/aisne/center-parcs-mauvais-climat-pour-les-employes-aussi

 

 

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly