• Accueil
  • > Actualités
  • > - SAINT-MARCELLIN. Station d’épuration : subventions votées, trésorerie tendue

- SAINT-MARCELLIN. Station d’épuration : subventions votées, trésorerie tendue

Posté par admin le 5 octobre 2012

SAINT-MARCELLIN.
Station d’épuration : subventions votées, trésorerie tendue

Le chantier de la station d’épuration s’est parfaitement déroulé, dans les délais.

À l’occasion de l’inauguration de l’extension de la chaufferie-bois, André Vallini, président du conseil de l’Isère a tenu à informer Jean-Michel Revol, président du Sivom d’agglomération, des décisions de l’assemblée départementale.

En effet, ce dernier avait appelé fin août son attention sur les difficultés de trésorerie de la structure intercommunale qu’il préside. Rappelons que le projet de 15 M€ comprend trois opérations : la construction de la station d’épuration, du sécheur thermique des boues et du canal de rejet à l’Isère. « Alors que le chantier s’est parfaitement déroulé, dans les délais, ces difficultés de trésorerie liées aux versements effectifs de subventions, et en particulier à la non-attribution de prêt ou ligne de trésorerie par les banques, pourraient avoir des incidences potentiellement lourdes sur les entreprises et sur l’emploi », s’inquiétaient de concert les élus du Sivom autour de leur président.

L’engagement, voté en juin 2010 par le conseil général dans le cadre du Schéma des équipements en eau et assainissement du bassin de la Galaure a été tenu, avec le versement des 2,95 M€ de subventions prévus, dont le solde, a été voté vendredi 28 septembre par la Commission permanente du conseil général. Cet engagement était justifié par la nécessaire mise à niveau des installations pour permettre d’accueillir les effluents du Sieg (Syndicat intercommunal des eaux de la Galaure) et du Center Parcs dont la réalisation représente un enjeu économique majeur pour l’Isère.

Par ailleurs, une aide supplémentaire de 30 000 € a été votée, dans le cadre du programme d’irrigation pour les travaux nécessaires à l’utilisation d’eaux traitées par la station pour l’irrigation dont le coût s’élève à 100 000 €.

Jean-Michel. Revol, président du Sivom se félicite des décisions. Et même si une banque vient récemment d’accorder prêt au Sivom, il rappelle, alertant préfet, parlementaires, et Association des maires que « si naturellement toutes les collectivités doivent participer à l’effort de désendettement du pays, en 2012, les collectivités locales, qui portent 71 % de l’investissement public total, risquent de ne pas pouvoir réaliser les projets prévus. Cela tend à fragiliser davantage l’activité économique de nos territoires ».

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly