- Pierre et Vacances-Center parcs dans le rouge: restructuration vigoureuse et plan social

Posté par admin le 8 décembre 2012

.
.
L’entreprise Pierre et Vacances est censée sauver Roybon et tout le Chambaran, si l’on écoute nos élus depuis 5 ans.

L’expansion et le développement promis à toute la région semblent fort compromis, l’entreprise en étant plutôt pour l’instant à sauver les meubles ….
Pour nous la santé financière de cette entreprise adepte de la destruction et de la privatisation des espaces naturels libres n’est pas une mauvaise nouvelle .
Nous suggérons par contre à monsieur Vallini, président du conseil général et VRP de Pierre et Vacances en Isère de tourner ses offres de subventions massives 7 fois dans sa bouche avant d’aliéner le territoire à cette entreprise moribonde

Articles liés:

Pierre et Vacances : la restructuration se durcit

Le 06/12/2012 à 08h50

(Boursier.com) – Les pertes accumulées par Pierre et Vacances au cours de son exercice clos le 30 septembre dernier sont plus profondes que ne le craignaient les analystes. Hier soir, la société a indiqué que son résultat opérationnel courant était en pertes de -7 millions d’euros sur la période, dont -18,5 millions d’euros sur la partie tourisme, dont le déficit est atténué par le gain de 11,5 millions d’euros réalisé en développement immobilier. Les analystes prévoyaient en moyenne une perte de -4,9 millions d’euros. Côté résultat net, la perte ressort à -27,4 millions d’euros, contre -16,5 millions d’euros attendus.

Les professionnels des valeurs moyennes s’attendaient à une « annus horribilis », si bien qu’ils ne seront guère surpris que les dirigeants aient « chargé la barque » au niveau des comptes. C’est le cas de Cheuvreux, qui reste à « sousperformance » pour une valorisation de 14 euros, jugeant qu’il est trop tôt pour embarquer. Le courtier pense que la nouvelle directrice générale est la bonne personne pour mener à bien la restructuration, qui s’annonce malgré tout douloureuse et longue.

Côté perspectives, le niveau de réservations à date est globalement comparable à celui de l’exercice précédent pour le premier trimestre fiscal, alors que le second est plutôt orienté à la hausse, avec de bonnes performances sur la montagne et les résidences urbaines, et pour Center Parcs Europe. La direction indique qu’en dépit d’une bonne résistance, les activités du groupe ont souffert tandis que le pan de transformation échouait à remplir ses objectifs. En conséquence, de nouvelles actions commerciales sont prévues, ainsi qu’un planvigoureux de réduction de coûts avec pour objectif le retour à la rentabilité opérationnelle dès l’exercice en cours. Le plan prévoit notamment une diminution de 15% des coûts de siège et de 4% des coûts d’exploitation des sites, soit 35 millions d’euros d’économies pérennes, dont 25 millions d’euros dès l’exercice en cours. Un plan social est à prévoir. Il est actuellement en cours de négociation avec les syndicats et concernerait 195 personnes en France et en Europe, soit 2,6% des effectifs.

Source:
http://www.boursier.com/actions/actualites/news/pierre-et-vacances-la-restructuration-se-durcit-509782.html?sitemap
.
.
.

Le Point.fr – Publié le 06/12/2012 à 09:47

Le groupe affiche une perte opérationnelle courante de 7 millions d’euros, contre un bénéfice de 29,3 millions auparavant.

Pour la première fois depuis son entrée en Bourse en 1999, le groupe de tourisme et d’immobilier Pierre et Vacances a fini l’année 2011-2012 sur des pertes et lance un plan d’économies drastique incluant des suppressions de postes, pour renouer avec les profits dès 2013. « Les résultats de la branche tourisme ont baissé, l’immobilier a aussi été impacté et le plan de transformation [lancé fin 2010] n’a pas fonctionné au niveau escompté. [...] On est dans le rouge pour la première fois, ce n’est pas supportable », a déclaré mercredi le P-DG Gérard Brémond.

Sur l’exercice clos fin septembre, Pierre et Vacances, qui exploite aussi les marques Center Parcs, Maeva et Adagio, a enregistré une perte nette de 27,4 millions d’euros, contre un bénéfice de 10,5 millions un an plus tôt. Il affiche une perte opérationnelle courante de 7 millions d’euros, contre un bénéfice de 29,3 millions auparavant. Le chiffre d’affaires annuel a reculé de 5,1 % à 1,42 milliard d’euros. Des résultats inférieurs aux attentes.

Plan social

En conséquence, le groupe a annoncé « un plan vigoureux de réduction des coûts », pour économiser 33 millions d’euros dès le prochain exercice : 25 millions de coûts d’exploitation et 8 millions sur les loyers (qui ont pesé pour 200 millions d’euros cette année). Gérard Brémond vise « un retour à la rentabilité opérationnelle dès l’an prochain », mais ne s’avance pas pour le résultat net. Le groupe, créé en 1967, va ainsi connaître le premier plan social de son histoire, avec 195 suppressions de postes prévues (2,6 % des effectifs), surtout au siège où les charges doivent être comprimées de 15 %.

Par ailleurs, Gérard Brémond promet « un plan d’action commerciale offensif » : le transfert de 40 résidences Maeva sous l’enseigne Pierre et Vacances plus vendeuse ; un repositionnement des tarifs pour être plus compétitif ; des efforts pour mieux capter les marchés internationaux, alors que la clientèle est encore à 55 % française ; une meilleure visibilité sur Internet, où se font un tiers des ventes. En 2007, Pierre et Vacances affichait encore un bénéfice net de 75,2 millions d’euros et un bénéfice opérationnel de 105,2 millions d’euros.

Face à l’érosion des résultats, un plan d’économies avait été lancé fin 2010. Mais il n’a pas suffi et le directeur général Sven Boinet a quitté le groupe en août. Françoise Gri, qui a fait ses preuves chezIBM et Manpower France, le remplacera dès janvier avec pour mission de redresser la barre rapidement. Elle a expliqué mercredi vouloir notamment « bâtir une entreprise numérique » en mettant l’accent sur les réseaux communautaires pour toucher de nouveaux publics.

Fondamentaux

Si les activités touristiques, qui assurent environ les trois quarts du chiffre d’affaires, n’ont reculé que de 1,3 % à 1,1 milliard d’euros – « plutôt bien, vu le contexte économique », selon Gérard Brémond – les ventes immobilières ont, elles, plongé de 16 % à 311,5 millions d’euros.

L’activité des résidences urbaines (Adagio) a progressé sans réussir à compenser la baisse en mer et montagne chez Pierre et Vacances et dans les villages Center Parcs en France. S’ajoutent une inflation des charges de personnel et de loyers, et des surcoûts immobiliers et informatiques. « Malgré ces résultats décevants, les fondamentaux restent bien adaptés », a assuré Gérard Brémond. Les réservations pour l’hiver sont stables sur octobre-décembre et en croissance ensuite.

Le groupe s’est délesté d’activités non rentables (dont les hôtels Latitudes) et maintient le cap sur de gros projets, comme des Center Parcs à l’étranger, de nouvelles résidences Adagio avec Accor, ou encore les « Villages Nature » en gestation depuis des années avec Euro Disney, la première tranche devant ouvrir en avril 2016.

Présent dans huit pays d’Europe, Pierre et Vacances compte un parc de 51 000 appartements et maisons et emploie près de 7 500 salariés, dont plus de 5 200 en France. Le titre a terminé mercredi à 14,17 euros à la Bourse de Paris, contre 25,98 euros début janvier et 118 euros à son plus haut, en juillet 2007.

Source:
http://www.lepoint.fr/economie/pierre-et-vacances-dans-le-rouge-une-premiere-depuis-sa-cotation-06-12-2012-1542814_28.php
.
.
.

Pierre et Vacances : en berne

Le 06/12/2012 à 11h35

(Boursier.com) — L’engagement pris par Pierre et Vacances d’un durcissement de sa restructuration ne suffit pas ce matin à faire oublier les mauvais résultats annuels dévoilés hier soir par le groupe. L’action perd 4% à 13,60 euros à la Bourse de Paris en fin de matinée. Chez Oddo MidCap, on estime que les nouvelles annonces constituent indéniablement un facteur de soutien, mais on reste prudent sur l’évolution de la croissance organique sur l’ensemble de l’année et sur un niveau de marges particulièrement faible. La recommandation reste donc « neutre ».

Source:
http://www.boursier.com/actions/actualites/news/pierre-et-vacances-en-berne-509824.html?sitemap
.
.
.

Pierre et Vacances dans le rouge pour la première fois depuis 1999

Le groupe enregistre une perte nette annuelle de 27 millions d’euros et prévoit, en conséquence, un plan de réduction des coûts.

BFM Business
Le 06/12/2012 à 14:01
Selon le PDG du groupe touristique et immobilier, les réservations hivernales se portent bien. (Pierre et Vacances)Selon le PDG du groupe touristique et immobilier, les réservations hivernales se portent bien. (Pierre et Vacances)1 / 1

PIERRE VACANCES- Pierre et Vacances-Center parcs dans le rouge: restructuration vigoureuse et plan social dans Pierre et Vacances

 

 

Pour la première fois depuis sa cotation, en 1999, les comptes de Pierre et Vacances sont dans le rouge. Le groupe de résidences de tourisme a publié, mercredi 5 décembre, une perte annuelle de 27,4 millions d’euros. Un résultat que les marchés ont sanctionné, ce jeudi, le titre Pierre et Vacances cédant 3% à la Bourse de Paris, à la mi-séance.

En conséquence, la société a annoncé un plan de réduction des coûts, pour économiser 33 millions d’euros dès le prochain exercice. Il doit conduire à la suppression de 195 emplois, via des départs volontaires. Autre décision: Pierre et Vacances a récemment engagé une nouvelle directrice générale, en la personne de Françoise Gri, auparavant PDG de ManPower France.

Pour 2013, le groupe de résidences de tourisme n’a désormais qu’un seul objectif : le retour à la rentabilité. Dans cette dernière optique, Gérard Brémont, qui occupe la fonction de PDG en attendant que Françoise Gri prenne ses fonctions de directrice générale, est confiant.

Interviewé par BFM Business, il note que pour l’année prochaine, les perspectives sont encourageantes. « La « montagne » [les réservations hivernales, NDLR] marche bien, nous sommes même en avance par rapport à l’an passé. Les Center Parcs en Hollande et en Allemagne sont également en croissance », dit-il.

 

La reconquête des bénéfices

 

Une bonne tendance sur la période de fin d’année « qu’il est important pour nous de constater, car il s’agit d’un des enjeux pour aller à la reconquête de la rentabilité pour 2013″, explique-t-il.

Le PDG de Pierre et Vacances souligne aussi que sur le premier semestre de l’exercice 2012-2013, son groupe est actuellement »en croissance de prises de commandes par rapport à l’année dernière ».

Pour Gérard Brémont, cette croissance « est, dans un contexte économique difficile en Europe, révélateur de la pertinence de notre offre en terme d’efficacité commerciale et de productivité ».

Reste à savoir si cette bonne tendance se confirmera et permettra au groupe de ramener ses comptes dans le vert l’an prochain.

Source:
http://www.bfmtv.com/economie/pierre-vacances-rouge-premiere-fois-depuis-1999-398642.html
.
.
.

PIERRE VACANCES : Pierre & Vacances plombé par sa première perte annuelle

 

06/12/12 à 11:08 - Reuters | 0 Commentaire(s) Texte plus grand Texte plus petit Imprimer Ajouter cet article à mes favoris Séparateur Envoyer à un ami

PARIS, 6 décembre (Reuters) – L’action Pierre & Vacances Center Parcs est en net repli jeudi matin à la Bourse de Paris, le spécialiste des résidences de vacances ayant publié la veille la première perte annuelle de son histoire.

A 10h59, le titre perd 4,02% à 13,60 euros, contre un gain de 0,48% pour l’indice CAC Mid & Small au même moment.

Pierre & Vacances a annoncé un plan de restructuration avec 195 suppressions d’emplois à la clé afin de renouer avec la rentabilité lors de l’exercice 2012-2013, après avoir accusé une perte opérationnelle courante de 7,0 millions d’euros et une perte nette part du groupe de 27,4 millions au cours de l’exercice clos le 30 septembre dernier.

Les analystes mettent en avant des pertes supérieures à leurs attentes pour expliquer la baisse du titre.

« La perte opérationnelle est supérieure de 1,5 million d’euros à notre prévision et à celle du consensus, écart provenant du pôle Tourisme, alors que l’Immobilier affiche une marge un peu meilleure à 3,7% (contre 8,6% en 2011) », observe dans une note la Société générale.

« Le résultat net affiche une perte supérieure à nos attentes et à celles du consensus en raison d’un crédit d’impôt moins élevé qu’attendu », ajoute l’intermédiaire.

Depuis le début de l’année, Pierre & Vacances a vu sa valeur en Bourse fondre de 47%, à 120 millions d’euros, contre un gain de 19% du CAC Mid & Small sur la même période. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Gwénaëlle Barzic)
.
Source:
http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/infos/pierre-vacances-plombe-par-sa-premiere-perte-annuelle-832171.php .
.
.

Pertes historiques pour le groupe Pierre & Vacances

Par Christophe Palierse | 05/12 | 22:00

Le numéro un européen des résidences de loisirs a perdu 27,4 millions d’euros en 2011-2012. Son premier déficit depuis son introduction en Bourse de juin 1999, voire bien avant.

Importantes pertes pour Pierre & Vacances - DR

Importantes pertes pour Pierre & Vacances – DR

Coup de tonnerre dans le monde du tourisme et de l’immobilier : pour la première fois depuis son introduction en Bourse en juin 1999, voire bien avant, Groupe Pierre & Vacances Center Parcs est dans le rouge. Son exercice 2011-2012 (clos au 30 septembre) s’est en effet achevé sur un déficit opérationnel courant de 7 millions d’euros, à comparer à un gain de 28 millions en 2010-2011, pour un chiffre d’affaires de 1,41 milliard, en retrait de 3,4 %. Le numéro un européen des résidences de loisirs accuse de surcroît une perte nette part du groupe de 27,4 millions d’euros, contre un profit de 9,6 millions un an auparavant.

Ce retournement brutal de situation ne s’explique qu’à la marge par un environnement économique en France défavorable au tourisme, reconnaît son président-fondateur et actionnaire principal, Gérard Brémond. L’activité touristique du groupe a même résisté avec un chiffre d’affaires de 1,1 milliard, souligne-t-il, tandis que son pôle immobilier a fléchi (-16,4 %). En revanche, la société a été affectée par l’alourdissement de ses charges de personnel et de loyers. En outre, elle a dû supporter des surcoûts sur un programme à Avoriaz. Mais, ce qui irrite surtout Gérard Brémond, est que le plan de transformation, qui devait permettre au groupe de gagner en efficacité, « n’a pas fonctionné ». D’où, à ses dires, « le changement de management » avec le départ du directeur général et administrateur Sven Boinet et son remplacement par Françoise Gri, jusqu’alors présidente France et Europe du Sud de ManpowerGroup. Mais, on parle aussi de divergence sur la stratégie et le modèle économique. Quoiqu’il en soit, Françoise Gri, qui sera en fonction à compter du 2 janvier prochain, s’est déjà plongée dans les dossiers.

Renouer avec la rentabilité opérationnelle

De fait, l’heure est à la mobilisation générale chez Groupe Pierre & Vacances Center Parcs. Un plan d’économies pérennes d’un montant de 35 millions d’euros, dont 25 millions dès 2012-2013, est engagé. Celui-ci recouvre notamment le projet de rationalisation de l’organisation récemment dévoilé. En cours de discussions avec les organisations syndicales, ce projet concerne 195 personnes, en particulier en France, soit 2,6 % des effectifs totaux de l’entreprise. En outre, cette dernière a initié une nouvelle politique en matière de loyers, en profitant de renouvellement de baux. Pour 75 % d’entre eux, les propriétaires ont accepté le changement d’indice, avec le passage de l’ICC (Indice du Coût de Construction) à IRL (Indice de Référence de Loyers), ce dernier étant calé sur l’inflation. L’affaire est d’importance puisque les loyers représentent près de 200 millions d’euros de charges pour la société. Ce changement se traduit par un gain de 1,5 million d’euros sur l’indexation dès 2012-2013. Globalement, la direction table sur 8 millions d’euros d’économies sur l’exercice en cours avec la mise en oeuvre d’autres actions sur les loyers, précise-t-elle.

Groupe Pierre & Vacances Center Parcs doit, il est vrai, renouer au moins avec la rentabilité opérationnelle dès 2012-2013. L’exercice en cours est de facto le premier d’un plan d’affaires triennal sensé donné un nouveau souffle à la société. Il sera dévoilé à la fin mai 2013 à l’occasion de la présentation des comptes du premier semestre. Cela étant certains axes s’esquissent déjà notamment à propos de la politique de marques. Une réflexion est ainsi en cours sur Maeva dont 40 résidences viennent de passer sous l’enseigne Pierre & Vacances dans un souci de simplification. Cette dernière est également d’actualité pour la politique tarifaire.

CHRISTOPHE PALIERSE
.
Source:
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/actu/0202432055581-pertes-historiques-pour-le-groupe-pierre-vacances-517770.php
.
.

 

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly