- La privatisation de la marchandise papillon par Center Parcs

Posté par admin le 16 janvier 2013

.
La société Center Parcs vend du vert, de la nature.
Pour ce faire, comme toute société surfant sur le nouveau capitalisme vert et durable, elle communique sur ses « efforts ».
Dans le département de la Vienne, ou elle a su se mettre dans la poche les opposants en les associant au projet, elle nous joue la « protection des espèces menacées », la « sanctuarisation de la nature ».
C’est ainsi que ce marchand d’immobilier et de tourisme, spécialiste de l’accaparation des territoires a décidé de déplacer des dizaines de m2 de terre pour les intégrer dans sa future propriété.
Pourquoi?
Parce que cette terre favorise une plante, laquelle favorise un papillon menacé, lequel sera le bienvenu pour gonfler l’image verte de l’entreprise.
Et voila comment, à grands coups de bulldozers, on éventre un lieu naturel pour déplacer une nature existante, libre et gratuite vers une nature aseptisée, clôturée et payante.
Les amoureux des papillons devront payer 500 euros le week end pour admirer leurs amis.
C’est ainsi que la société marchande et les lobbies du tourisme conçoivent la nature.
Quant aux 200 cottages dont l’article suivant nous dit q’ils ont été annulés pour cause de « conscience écolo », nous supposons que c’est plutôt les difficultés financières de l’entreprise et  l’obligation de ne pas se mettre à dos des opposants potentiels qui ont guidé ce choix simplement pragmatique .
.
.
.

Center Parcs veut faire plus vert que vert

11/01/2013 05:46
Des plaques de terre sont déplacées pour permettre la protection d'une plante où se reproduisent des papillons menacés.Des plaques de terre sont déplacées pour permettre la protection d’une plante où se reproduisent des papillons menacés. – (Photo Patrick Lavaud)

Pierre & Vacances s’engage à aller au-delà des obligations pour faire de la protection de l’environnement la priorité de son parc du Loudunais.

- La privatisation de la marchandise papillon par Center Parcs dans Autres structures de Pierre et Vacances empty

Comme son nom l’indique, le sort du damier de la succise est directement lié à celui de la succise, une plante vivace sur laquelle il pond notamment ses œufs. Pour assurer la survie de cette espèce de papillons protégée et même permettre son développement, des plaques de terre de 35 cm d’épaisseur où pousse la succise sont déplacées depuis quelques jours sur le site du futur Center Parcs du Loudunais, soit une surface total de 450 m2 à déménager.

Alors que l’opposition des écologistes avait eu raison de l’ambitieux projet de Naturascope porté par René Monory dans la forêt de Scévolles, il y a dix ans, le groupe Pierre & Vacances a placé la protection de l’environnement au cœur de son dossier de création d’un parc de vacances dans une forêt de pins privée sur le territoire des communes de Morton et des Trois-Moutiers.

Tritons et papillons

« Nous avons pris en compte les obligations administratives mais nous allons au-delà », précise Jean-Michel Klotz, le directeur général adjoint du groupe. « Tout le concept de Center Parcs repose sur l’intégration dans l’environnement et la découverte de la nature ; on va glisser les cottages le plus discrètement possible dans la forêt, ajoute Éric Magnier, le directeur des grands projets. Et puis il est important pour les visiteurs qu’il y ait des papillons ; on peut même imaginer des séances d’observation pour les enfants… » Ou comment transformer une contrainte en atout.
Sur les 260 ha de forêt, seuls 70 ha seront déboisés pour permettre la construction des 800 cottages en bois. Le village de loisirs et son espace de jeux aquatiques, quant à eux, seront en partie bâtis sur un ancien étang artificiel. De manière moins visible, des tritons crêtés seront capturés pour être déplacés durant le chantier.

«  Une zone a été sanctuarisée  »

« Une zone représentant 1/5e de la surface a carrément été sanctuarisée », précise Alexandre Delamarre, le directeur de l’agence Biotope de Nantes à qui Pierre & Vacances a confié la mise en œuvre des mesures de protection de l’environnement. « Nous avons renoncé à la tranche de 200 cottages supplémentaires prévues initialement », confirme Jean-Michel Klotz. La propriété agricole voisine a même été acquise pour permettre l’application des actions compensatoires mais aussi la « renaturation » du cours d’eau qui traverse le domaine et où subsistent des écrevisses à pattes blanches.
Plus contraignant encore, les concepteurs du parc ont accepté de placer les huit hameaux de cottages sans toucher au quadrillage des chemins forestiers existants le long desquels se concentrent les espèces protégées. « On a fait 32 plans-masses avant de trouver le bon », raconte le directeur général adjoint. Au final, il estime toutefois qu’il s’agit du meilleur plan jamais conçu pour un Center Parcs.

en savoir plus

Vienne Nature :  » La volonté est bonne « 

Les représentants de l’association de protection de l’environnement Vienne Nature se félicitent de l’approche de Center Parcs dans le Loudunais. « Au départ on était très frileux parce qu’on avait été échaudés par le projet de Naturascope mais ce projet n’est pas comparable, ne serait-ce que parce qu’il s’agit d’une forêt de culture », explique Thibaud Dumas, chargé de la communication de l’association. « La volonté est bonne », se réjouit Miguel Gailledrat, chargé de mission de Vienne Nature. « On est confiant pour la suite. Les démarches entreprises par les dirigeants de Center Parcs au niveau de la concertation et pour la prise en compte des recommandations sont encourageantes. Ce qui est prévu et ce qui a déjà été fait est plutôt favorable. » Un comité de suivi a par ailleurs été installé à la Direction régionale de l’environnement et de l’aménagement (DREAL).

Baptiste Bize

.
.
.

Source:
http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles/2013/01/11/Center-Parcs-veut-faire-plus-vert-que-vert
.
.

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly