- NON au PARC COMMERCIAL Saint-Paul (26) SAUVONS NOS TERRES AGRICOLES

Posté par admin le 12 février 2013

 

 

Non loin des Chambarans, les zones commerciales s’étendent et grignotent toujours davantage les terres nourricières et les paysages.

 

Nous faisons suivre le tract ci-dessous.

 

Merci de le faire suivre à votre tour,

 

 

Quelques opposants à Center Parcs
.
.
.

 NON au PARC COMMERCIAL Saint-Paul

SAUVONS NOS TERRES AGRICOLES

 

C’est bien connu, les zones industrielles qui encerclent Romans sont vraiment trop petites en taille et ridicules en offres commerciales. Alors vite, les élus se précipitent pour permettre leur agrandissement et tant pis s’il faut, pour cela, bétonner des dizaines d’hectares de terres agricoles.

 

En 2014, le nouveau Parc commercial Saint Paul situé quartier Saint-Vérant (en face d’Emmaüs) sur la commune de Saint-Paul-lès-Romans devrait ouvrir ses portes.

 

Ce nouveau complexe commercial regroupera une trentaine d’enseignes de bricolage, équipement de la personne et de la maison, loisirs et services, et ce sur 27 000 m2. En ajoutant le pôle restauration, la nouvelle voirie, les parkings et les (petits) espaces verts, ce sont 11 hectares de terres agricoles qui vont être définitivement perdus.

 

Ce projet ne vous dit rien ? C’est normal, il a été élaboré loin du contrôle citoyen dans une instance peu connue: le R.B.E. pour Romans Bourg de Péage Expansion. C’est là qu’élu.e.s locaux et chefs d’entreprise décident main dans la main de transformer nos lieux de vie en des espaces bétonnés, aseptisés, marchands et surveillés. A l’heure où les enfants n’ont plus le droit de courir dans les cours d’école tellement notre air est pollué par les transports(1) et l’industrie, et où dans le même temps la demande en produits agricoles de qualité et locaux ne cesse d’augmenter, il est tout a fait irresponsable de la part des élu.e.s de cautionner et d’organiser le bétonnage de dizaines d’hectares de terres agricoles.

 

Au passage, on pourra s’étonner de l’incohérence des discours de la ville de Romans sur la démocratie participative et le développement durable quand on sait que le président du R.B.E n’est autre que Philippe Dresin, le maire de Romans. Tandis qu’on sacrifie des espaces agricoles indispensables à la faune et aux insectes, la mairie de Romans inaugure sans ironie des « hôtels à insectes » certifiés développement durable…

 

Les pansements que l’on essaye de mettre sur les nuisances créées par notre modèle de développement ne suffisent plus : c’est à la cause des nuisances qu’il faut s’attaquer, et non aux symptômes. Ni les nouvelles normes écologiques de construction, ni le chantage à l’emploi ne peuvent légitimer ce projet commercial d’un autre temps.

 

En 10 ans, la Drôme a perdu 26 493 hectares de terres agricoles (soit 12% de la surface agricole utile) alors que la demande alimentaire augmente proportionnellement à l’augmentation de la population. Pas étonnant donc, que les jeunes agriculteurs.trices galèrent à trouver des terres à exploiter, et que les citoyen.nes soient réduit.e.s à aller consommer des produits industriels dont la nocivité pour la santé n’est plus à démontrer.

 

Le terrain du futur Parc commercial Saint-Paul pourrait permettre de nourrir 200 familles en légumes variés et de bonne qualité, et de créer de l’emploi pour une dizaine de maraîchèr.e.s. Relocaliser l’économie, organiser une petite industrie à taille humaine, favoriser la coopération, développer une agriculture paysanne… de multiples solutions existent.

 

En ce moment à Valence, des habitant.e.s, des associations et quelques élu.e.s se battent pour le retrait du projet d’implantation d’un nouveau Village sportif Decathlon/Oxylane sur 45 hectares de terres agricoles.

 

Nous ne voulons pas d’une grande métropole bétonnée continue entre Valence et Romans.

 

Nous, paysan.ne.s, habitant.e.s, chomeur.euse.s, salarié.e.s de Romans et ses alentours ne laisserons pas les décideurs mettre en place des projets nuisibles à notre territoire.

 

Nous défendrons les terres à cultiver !

 

 

Le collectif contre le Parc commercial St Paul

 

 

__________________________________________

 

(1) « Le trafic généré par le projet est évalué à 900 véhicules/heure de pointe le samedi et 630 véhicules/heure de pointe le soir en semaine », extrait de l’Avis de l’autorité environnementale sur l’étude d’impact du projet commercial « Retrail Parc » à Saint-Paul-lès-Romans dans la Drôme, 17 décembre 2010.

Réunion publique

CONTRE LE PARC COMMERCIAL Saint-Paul

 

Parce que nous pensons qu’il est urgent de protéger les terres fertiles en périphérie des villes pour permettre des installations agricoles et nourrir intelligemment les populations locales avec des produits agricoles locaux et de qualité.

 

Parce que ce projet de zone commerciale signifie pollution, nuisances pour les habitant.e.s et la faune et un bétonnage irréversible.

 

Nous nous opposons fermement au projet du parc commercial Saint-Paul qui condamne 11 hectares de terre agricole à proximité de Romans.

 

Pour une agriculture nourricière pour les habitant.e.s de Romans et des alentours

TERRES AGRICOLES SAINT-VERANT: ZONE A DEFENDRE

Venez en discuter avec nous MERCREDI 13 février

à 18h30
à la Maison de quartier

Saint-Nicolas
(14, rue du Chapitre à Romans)

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly