- La guérilla des grands chantiers ( l’express )

Posté par admin le 17 février 2013

.
Extrait d’un article de L’express sur  la résistance à l’aéroport de Notre Dame des Landes, ou il est fait un parallèle avec d’autres luttes et notamment avec celle contre le Center Parcs de Roybon:
.
.

La guérilla des grands chantiers

Inspirée des mouvements Occupy et Indignés, la résistance des opposants au futur aéroport du Grand Ouest essaime un peu partout en Europe. Du chantier de la future gare de Stuttgart aux lignes à grande vitesse Lyon-Turin, Bordeaux-Bilbao ou Londres-Birmingham, ce type de protestation, par l’occupation durable d’un espace public, est devenu la hantise des urbanistes et des politiques. En France, la guérilla de Notre-Dame-des-Landes a aussi redonné du souffle à diverses associations hostiles à des projets d’équipements jugés pharaoniques. Ici et là, des alliances inédites se nouent entre bobos bio, paysans et vrais gauchistes. Qu’ils soient opposés au Grand Stade de Lyon, au golf de Fontiers-Cabardès, dans l’Aude, au centre commercial Europa City à Gonesse (Val-d’Oise) ou au parc de loisirs de Chambaran (Isère), tous ces adversaires du béton et de la croissance à tout prix se revendiquent, peu ou prou, des Robin des bois nantais. 

.
.
Source:
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/notre-dame-des-landes-vol-au-dessus-des-robin-des-landes_1220699.html?xtmc=notre_dame_des_landes&xtcr=2 
.
.

Une Réponse à “- La guérilla des grands chantiers ( l’express )”

  1. Anonyme dit :

    Février 2013 : Capital n°257 : Temps de chien pour Pierre et Vacances

    L’article qui vient de paraître dans la revue Capital, aux pages 46 et 47, révèle à tous les français ce que nous dénonçons depuis plusieurs années.

    Voici quelques passages qui en disent long sur la situation grave du groupe et son modèle économique à bout de souffle :

    LA MARTINGALE DU PROMOTEUR NE FONCTIONNE PLUS

    Sur l’exercice 2011-2012, le groupe, qui détient aussi les marques Center Parcs et Maeva, a perdu 27,4 millions d’euros. Une « première historique », martèle le président.

    Depuis 2007, son activité a été divisé par trois et il ne vaut plus que 150 millions d’euros, trois fois moins que le Club Med de taille pourtant équivalente

    En fait, c’est le modèle économique de Pierre & Vacances qui est remis en cause. Le promoteur s’est retrouvé pris à son propre piège : celui de la défiscalisation. … Gavé par cet arsenal législatif, le groupe a cru que les arbres montaient au ciel. Il n’a pas hésité à gonfler les prix de ses biens de 20, voire 40% au dessus du marché, sous prétexte qu’ils étaient défiscalisables

    Pour desserrer l’étau, les équipes n’hésitent pas à faire des économies sur le dos des propriétaires. Depuis deux ans, ceux qui arrivent en fin de bail, après neuf ou dix ans, se voient infliger des baisses de loyer spectaculaires

    … des travaux de rénovation facturés au prix fort

    Sur les forums Internet, les propriétaires furieux se déchainent.

    Les banques deviennent plus réticentes à financer ce type de biens …. les objectifs fixés par la direction sont devenus intenables

    Voilà donc une excellent article d’Emmanuelle Andreani à lire absolument pour qui souhaite connaitre la vérité sur ce groupe.

    http://pcscp.org/spip.php?article219

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly