- Dans une ambiance de mise en concurrence cynique des régions, La Capen s’oppose à Center Parcs, catalogué Grand Projet Inutile

Posté par admin le 23 octobre 2013

.
.
la méthode est bien rodée. Pierre et Vacances Center Parcs s’amuse à faire monter les enchères, exploiter à fond le très cynique et malsain principe de mise en concurrence entre départements, régions, villes ou villages. Un Center parcs prévu dans l’Isère n’arrive pas à voir le jour à cause des ses multiples opposants? Peu importe, la région a d’autres terres sur les-quelles se rabattre, avec des élus peut-être assez serviles pour accepter le diktats et chantages de l’entreprise et imposer à leurs populations ce pillage à la fois de leurs espaces de nature libre, des finances publiques et l’aliénation des populations locales au travail précaire et servile imposé.
Aujourd’hui, ce sont le Jura et la Saône et Loire qui sont mis face à face et sommés de dérouler le tapis rouge et d’ouvrir la boite à subvention au nom, bien sur de l’emploi … Peut être peut-on voir aussi dans ces annonces un avertissement de l’entreprise à monsieur Vallini, qui en Isère n’a pas su museler ses opposants et est donc le troisième concurrent.
En Saône et Loire, en tout cas, la Confédération des Associations Pour l’Environnement et la Nature
 
s’oppose comme en Isère, déjà fermement à ce projet. Nous souhaitons que la contagion démarrée à Roybon va également prendre vie et forme dans le Jura et partout ailleurs, afin que cette entreprise prédatrice ne puisse plus semer la désolation écologique et sociale nulle part .

A Roybon, en Sâone et Loire, comme à Notre Dame des Landes ou dans le Morvan, la lutte contre la destruction de nos vies et de notre nature sauvage s’étend et les dévastateurs de tout poil nous trouvent encore et toujours sur leurs chemins.
.
.
.

 

Center Parcs : le projet de Saône-et-Loire va-t-il se faire doubler par le Jura ?

 

La question se pose alors que Pierre & Vacances étudie la possibilité d’implanter un nouveau Center Parcs en Franche-Comté, dans le Jura, au coeur de la forêt de Poligny. Le site se trouve à 200 km du Rousset, en Saône-et-Loire, où la construction d’un Center Parcs avait été annoncée en 2012. 

  • B.L. avec D.B.
  • Publié le 10/09/2013 | 17:27, mis à jour le 11/09/2013 | 20:38
Des études se poursuivent sur la commune du Rousset, dans le canton de la Guiche, pour accueillir un éventuel Center Parcs.
Des études se poursuivent sur la commune du Rousset, dans le canton de la Guiche, pour accueillir un éventuel Center Parcs.
Le projet d’un Center Parcs en Bourgogne avait émergé en 2012, à l’époque où Arnaud Montebourg était encore président du conseil général de Saône-et-Loire. « Il s’agit d’un centre de séjour touristique, très créateur d’emplois, non saisonniers car rempli toute l’année », avait-il déclaré. « Les retombées locales représentent 300 emplois potentiels. » Par la suite, on avait appris que le projet concernait la commune du Rousset (à proximité du Mont-Saint-Vincent), comme en témoigne le sujet tourné  par France 3 Bourgogne le 25 septembre 2012.

- Dans une ambiance de mise en concurrence cynique des régions, La Capen s'oppose à Center Parcs, catalogué Grand Projet Inutile dans Autres oppositions à Pierre et VacancesVoir la vidéo
Center Parcs : le projet de Saône-et-Loire va-t-il se faire doubler par celui du Jura ?

Reportage de Sylvain Bouillot et Romain Liboz avec

  • Jean-Paul Quetat, maire du Rousset
  • Mélanie Guedas, restauratrice
  • Rémi Chaintron, président du conseil général de Saône-et-Loire (PS)

Un projet de Center Parcs dans le Jura

Et voilà que la Région Franche-Comté annonce la création d’un projet similaireavec 400 cottages, des boutiques et des équipements de loisirs qui « pourraient être construits en forêt de Poligny si les études se révèlent concluantes ». Des études techniques, financières et administratives ont démarré dans le courant de l’été. « L’objectif est de valider la faisabilité du projet sur le territoire franc-comtois. Les études devraient durer de 18 à 24 mois. Si les résultats sont favorables, une réunion d’information à la population sera organisée. De l’idée à la construction, le chemin vers le Jura est encore long. Les collectivités concernées travailleront ensemble au côté de Pierre & Vacances jusqu’à la décision », indique le conseil régional de Franche-Comté.

Le projet de Saône-et-Loire n’est pas abandonné

De son côté, le conseil général de Saône-et-Loire maintient que le projet bourguignon n’est pas abandonné. « Nous savions que le groupe Pierre & Vacances travaille avec d’autres départements. Nous avons eu une réunion avec eux la semaine dernière et nous en aurons d’autres prochainement. Ils ont plusieurs fers au feu. »

Il reste que la question du foncier n’est pas encore définitivement réglée. En effet, dès le départ, il restait à convaincre la société forestière propriétaire du terrain dans le sud de la Saône-et-Loire. « Nous ne sommes pas encore propriétaires, mais nous travaillons avec la Safer pour trouver une forêt de substitution au propriétaire actuel », explique Rémi Chaintron, président du département.

Les études se poursuivent en Bourgogne et en Franche-Comté

Les espoirs du maire du Rousset et des commerçants de la région seront-ils déçus ? Il faudra patienter pour le savoir. La direction du groupe Pierre & Vacances confirme que les études se poursuivent sur les deux sites. Pour l’heure, aucune décision n’est prise. Mais, à terme, il faudra trancher entre la Saône-et-Loire et le Jura pour implanter le futur centre qui sera situé au nord de Lyon. Pierre & Vacances exploite déjà 22 domaines en Europe, dont 4 en France, et un cinquième est en cours de construction.

Pour en savoir plus sur le projet de Center Parcs dans le Jura 

 dans Autres structures de Pierre et VacancesVoir la vidéo
Center Parcs : le projet de Saône-et-Loire va-t-il se faire doubler par le Jura ?

Reportage de Lise Riger et Damien Boutillet avec :

  • Rémi Chaintron, président du conseil général de Saône-et-Loire (PS)
  • Dominique Bonnet, maire de Poligny (UMP)

Que le meilleur gagne !

« Il n’y a pas de concurrence entre le Jura et la Saône-et-Loire », assure Rémi Chaintron.  »Que le meilleur gagne et peut être qu’un jour il y en aura un dans les deux départements. Mais, il est vrai que, vu la proximité des projets, Pierre & Vacances choisira l’un ou l’autre dans un premier temps. »

Ce qui est sûr, c’est que la Saône-et-Loire ne concrétisera pas ce projet à n’importe quel prix.  »Au total, c’est un projet d’investissement de 160 millions d’euros sur lequel ils attendent des participations publiques. On en est aux discussions du montage technique et financier. Dans les deux mois qui viennent, on aura des décisions à prendre sur l’argent public nécessaire pour ce projet, s’il est faisable ou pas, si les collectivités peuvent suivre ou pas et quel est leur niveau d’exigence en la matière. »

 dans Dans les sites et les blogsVoir la vidéo
Rémi Chaintron : On ne créera pas un Center Parcs à n’importe quel prix

Interview réalisée par Lise Riger et Damien Boutillet
.

Source: http://bourgogne.france3.fr/2013/09/10/center-parcs-le-projet-de-saone-et-loire-va-t-il-se-faire-doubler-par-le-jura-315875.html
.
.

 

SAONE ET LOIRE : La Capen s’oppose à Center Parcs, catalogué Grand Projet Inutile
.

22 oct 2013 – D’apres la Lettre 79 de la Capen 71

Capen71_50698x1

La multinationale Pierre et Vacances, après des recherches quant à l’emplacement menées avec le Conseil Général de S&L dans la plus grande opacité, a choisi la commune du Rousset pour installer un projet de Center Parc(1). Les études de faisabilité menées par le CG71 – en lien avec la SEM de l’agglomération Creusot-Montceau associée avec le Grd Chalon – font état d’une surface de 120 à 150 ha pour une capacité d’accueil de 2500 personnes ( soit 10 fois la population de la commune ). Cette installation se ferait dans une forêt de résineux, le PLU étant en cours de révision pour la rendre possible.

Si l’on se base sur ce que l’on sait des Center Parcs en fonctionnement (2), l’habillement « marketing » en développement durable ( utilisation des énergies renouvelables, économies dans le gaspillage de l’eau, circuits courts d’approvisionnement etc…) ne résiste pas à une analyse de bon sens. Surtout s’y l’on intègre de considérants sociaux et de « gouvernance » démocratique. La CAPEN attend notamment que, conformément à la Charte de l’environnement et de la Convention d’Aarhus, elle ait accès dès à présent, le plus en amont possible, de toutes les informations concernant l’environnement du site.
– L’étang du Rousset (52ha) et le milieu qui l’entoure est classé dans les 49 sites protégés du Schéma départemental des espaces naturels sensibles du CG71
– Les besoins en eau du projet sont estimés à 150l/pers/jour : quel impact sur les ressources locales ? Est-il prévu une enquête publique « loi sur l’eau » ( PLU, étude BRGM ) ?
– Quelle portion de la forêt doit être arasée ? Quel impact sur la biodiversité ( état des lieux) ?

Considérations globales en matière d’aménagement du territoire et de tourisme
Va-t-on déshabiller Paul pour habiller P&V avec de l’argent public ? Combien (3) ? Alors que l’artificialisation des espaces agricoles et naturels se poursuit malgré les déclarations officielles pour contrecarrer ce phénomène ( ex : préserver la « nature ordinaire » dans le Schéma régional de la Biodiversité ; trame verte et bleue…) ?
Le mythe du « grand projet » apportant un miracle économique et social a la peau dure. Il sait aussi se déguiser en « développement durable ». La CAPEN propose que les investissements publics, notamment en matière de tourisme, aillent préférentiellement au développement des potentialités locales, répondant aux besoins et moyens des populations, s’adaptant au tissu existant d’un tourisme vert ( gîtes..) , aux ressources et assurant le maintien des services publics. ?

Analyse financière et économique : un choix d’investissement irresponsable
Quelle est la fiabilité financière d’un groupe qui accuse une perte de 27 millions d’euros en 2012 et dont le modèle économique basé sur la défiscalisation est condamné (4) ? Est-il raisonnable, en ces temps d’argent public contraints, d’engager nos impôts dans une future friche touristique ? Au lieu d’optimiser le potentiel actuel de tourisme vert du secteur, au bénéfice durable des populations voisines, pour un moindre coût, avec des retombées durables en matière d’emplois ? D’autant que l’on sait que les emplois que l’on fait miroiter du fait du projet sont des emplois précaires, que les services de restauration sont externalisés. Les retombées économiques locales sont, comme d’habitude, surestimées. Compte tenu du manque de transparence et d’informations fiables concernant ce projet, compte tenu du danger potentiel qu’il contient pour l’environnement, l’aménagement du territoire, le développement du tourisme rural local, la CAPEN s’y oppose.

(1) En fait, le procédé de P&V consiste à mettre en concurrence des territoires pour venir s’installer chez celui
qui offre le meilleur soutien financier…ou la plus grande servilité.
(2) Contacts autre projet : http://chambarans.unblog.fr – contact@pcsep.org ; liane.center.parcs@gmail.com
(3) Quel est le montage financier du CG 71 ? La participation de la commune ? Y-at-il d’autres subventions
attendues ( Europe, Conseil Régional, SEM Le Creusot-Montceau-Gd Chalon ? )
(4) Revue l’Hémicycle , 26 février 2013 …ceci malgré une niche fiscale prolongée par J.CAHUZAC en 2012

Source :
http://www.vivre-a-chalon.com/lire_SAONE-ET-LOIRE-_-La-Capen-s_oppose-a-Center-Parcs-catalogue-Grand-Projet-Inutile,2303f259938701c7c2216106e52bf3f3f0d2e2ea.html

Lettre de la Capen 79 à consulter ici :

 CAPEN Lettre 79

2 Réponses à “- Dans une ambiance de mise en concurrence cynique des régions, La Capen s’oppose à Center Parcs, catalogué Grand Projet Inutile”

  1. cats dit :

    Center parcs qui veut montrer une belle image d’écologie,malheureusement lorsque on vit dedans et que l’on connait l’envers du décor et les conditions de travail des salariés c’est bien différent et l’usine a touristes prend tout son sens! Quant au tri sélectif de » l’usine » avec les rejets poubelles et autres petits électroménager également et le touriste aussi peu respectueux de l’environnement qu’il n’hésite pas a polluer avec mégots de cigarettes, papiers et autres sans compter le sur chauffage des cottages!miroir aux alouettes pour l’emploi toujours plus d’économie sur les salariés qui occupe le bas de l’échelle!Des hectares de forêts donné qui après la grande tempête du siècle avait été détruit partiellement et tout les arbres supprimés en surplus de cette dernière pour faire un centre de tourisme sommes nous tellement aveugles?

  2. BAILLY dit :

    Le département du Jura fait tout pour promouvoir un tourisme proche de la nature dans un cadre préservé.Comment se fait-il que ce projet de tourisme artificiel puisse voir le jour ? Et sur le plateau, en plus, avec un terrain karstique. Détruire la belle forêt de Poligny ? inimaginable …Les emplois: comment seront considérés les employés ?

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly