- Sauvons notre eau, Sauvons la nature, Non au Center Parcs des Chambaran ( FRAPNA Drôme )

Posté par admin le 14 avril 2014

CENTER PARCS DES CHAMBARAN

 

 

Sauvons notre eau, Sauvons la nature, Non au Center Parcs des Chambaran

Quel projet touristique ?

Appelé « CenterParcs du Domaine de la forêt de Chambaran » il est situé sur la commune de Roybon sur une surface 202 hectares.
Il comportera 1000 « cottages » répartis dans le bois des Avenières, des bâtiments collectifs de loisirs sur 3,6 ha comprenant une bulle tropicale « Aqua Mundo » (loisirs aquatiques dont l’eau sera maintenue à 29°C en permanence) des équipements de restauration et de loisirs. Pour le réaliser il sera nécessaire de défricher 92 Ha de forêt sur les 202 hectares impactés, d’imperméabiliser 31 Ha et de détruire 62 Ha de zone humide. La consommation en volume d’eau serait l’équivalent d’une ville de 8000 habitants par jour, soit une consommation de 1100 m3, ou encore 220 litres par personne, ce qui représente près de 60 % de plus que la consommation moyenne nationale (137 l / j / pers).

Le massif des Chambaran, un « château d’eau » vital à préserver

Toutes les études existantes montrent que le massif des Chambaran est « le château d’eau » qui alimente des nappes, en particulier la nappe de la molasse du miocène du Bas-Dauphiné considérée comme une ressource stratégique qui fournit, actuellement, l’eau potable de 100 communes de la Drôme et 40 de l’Isère. Le captage du Poulet exploité par le Syndicat intercommunal d’AEP de la Galaure qui distribue l’eau potable aux habitants du canton de Roybon prélève l’eau de la nappe de Bièvre Valloire en partie alimentée par cette zone humide. Pour les drômois, les isérois, les générations futures, il est vital de maintenir la qualité de l’eau sur ce secteur encore préservé, et de pérenniser ainsi l’alimentation en eau d’une partie de la Drôme et de l’Isère.

Une zone humide source de cours d’eau

La protection de la zone humide qui sera détruite par la construction du CenterParcs est primordiale pour les bassins de l’Herbasse et de la Galaure qui sont des cours d’eau à enjeux piscicoles et hydrobiologiques élevés. Les sources de l’Herbasse et de certains affluents de la Galaure sont situées dans cette zone humide. Celle-ci joue un rôle essentiel dans la régulation des eaux (épanchement des crues, soutien d’étiage, relations nappes – milieux superficiels, régulation des eaux pluviales…), dans l’autoépuration et constitue un réservoir de biodiversité.

35 espèces protégées animales et végétales détruites

Les plus emblématiques sont l’écrevisse à pattes blanches et un poisson, le chabot.

La ressource en eau constitue un enjeu transversal pour la santé, la protection de l’environnement, la sécurité alimentaire, l’éducation, l’énergie, le développement économique et l’aménagement du territoire…

Supportera-t-on cette situation absurde ? D’une part, un CenterParcs consommant d’énormes quantités d’eau, d’autre part une population locale et des agriculteurs soumis à des restrictions drastiques ?

Pour l’éviter, sur la base de ces quelques arguments, soyez très, très nombreux à participer à l’enquête publique et à manifester votre refus.

 

Participation des citoyens à l’enquête publique

Qu’est ce qu’une enquête publique ?

Une enquête publique est une procédure réglementaire, préalable aux grandes décisions ou réalisations d’opérations d’aménagement du territoire qu’elles soient d’origine publique ou privée. Il existe plusieurs types d’enquêtes publiques en fonction de la nature des projets. L’enquête publique a deux objectifs :

  • informer les personnes concernées : habitants, associations, acteurs économiques ou simple citoyen.
  • recueillir les observations et avis de ces personnes sur un registre spécifiquement mis à sa disposition dans les Mairies qui permet au public d’exprimer en toute liberté son opinion sur le bien-fondé de ces travaux ou sur leurs modalités. Son objet est de recueillir les observations, les avis des habitants, des associations d’un territoire sur les conséquences d’un projet. Quel que soit leur lieu de résidence, toutes les personnes peuvent déposer leur contribution.

Les commissaires enquêteurs sont chargés de recevoir les citoyens, de répondre à leurs questions, d’en faire la synthèse et de formuler un avis. Cet avis est important en cas de recours.

Les modalités de l’enquête publique : les permanences des commissaires enquêteurs en mairie de Roybon :

Lundi 14 avril 11h30 à 14h30 ; Samedi 19 avril de 9h à 12h
Mardi 22 avril de 17h à 20h ; Samedi 26 avril de 9h à 12h
Lundi 5 mai de 17h à 20h ; Lundi 12 mai de 17h à 20h
Jeudi 15 mai de 9h à 12h ; Samedi 24 mai de 9h à 12h
Mercredi 28 mai de 13h30 à 17h30.

Les réunions d’information :

Animées par les commissaires enquêteurs, elles auront lieu à la salle de la Résistance à Roybon le mercredi 16 avril et le lundi 19 mai à partir de 19h.

Comment participer à l’enquête publique :

  1. En rencontrant un des commissaires enquêteurs lors des permanences, en discutant avec eux, et pour conclure l’entretien en écrivant des remarques, des demandes sur le registre d’enquête. Le fait que de nombreux citoyens expriment les mêmes demandes les alertent. Bien spécifier son nom, prénom et adresse. Ne pas oublier de signer.ATTENTION : toute demande ou remarque ne peut être prise en compte que si elle figure par écrit dans le registre. Certains commissaires enquêteurs, pour simplifier leur travail, incitent les citoyens à ne s’exprimer qu’oralement car il faut savoir qu’ils sont tenus de donner une réponse à toutes les observations écrites, et non à celles orales.
  2. Ou en écrivant des observations sur le registre d’enquête en dehors de ces permanences, pendant les heures d’ouverture de la Mairie.
  3. Ou en écrivant aux commissaires enquêteurs : par lettre simple, ou lettre recommandée avec AR (envoyée par voie postale à la Mairie de Roybon, place de la Mairie 38 940 Roybon) ou par message électronique à enq-pub-center-parcs@roybon.fr

 

 

 

Documents sur le projet CenterParcs des Chambaran

Le projet de Center Parcs dans les Chambaran prévoit l’aménagement de centaines de cottages, de nombreux équipements de loisirs, boîte de nuit, bulle gigantesque chauffée à 29°c toute l’année… tout cela au coeur du patrimoine naturel remarquable de la forêt des Chambaran. Un projet qui exposerait le site à la destruction d’hectares de forêt, la mise en danger de ses espèces, une coupure des corridors biologiques, une imperméabilisation des sols, une dégradation des zones humides, un énorme gaspillage d’eau et d’énergie… Un projet loin d’être durable et contre lequel s’oppose la FRAPNA Drôme.

Vous trouverez ci-dessous des articles parus dans notre revue les Épines drômoises, qui détaillent le projet et ses problématiques :

 

 

Consultez également l’excellente analyse des Fédérations de pêche de la Drôme et de l’Isère :

 

 

Ci-dessous, deux présentations du projet réalisées par la FRAPNA Drôme et l’association Pour les Chambaran sans Center Parcs et présentées lors de réunions publiques :

 

Vous pouvez aussi retrouver de nombreuses informations et documents sur le dossier en vous rendant sur le site de l’association Pour les Chambaran Sans Center Parcs (PCSCP).

Source:

http://www.frapna-drome.org/index.php/component/content/article/86-preserver-l-eau-et-les-terres/102-center-parcs-chambaran 

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly