• Accueil
  • > Actualités
  • > - Roybon, Center Parcs et les élus choisissent le coup de force et la brutalité.

- Roybon, Center Parcs et les élus choisissent le coup de force et la brutalité.

Posté par admin le 19 octobre 2014

Brutalité, froide détermination, cynisme et violente mise devant le fait accompli.

Voila bien les mots qui viennent de suite à l’esprit à propos de la société Pierre et vacances-Center Parcs et de la méthode qu’ils ont décidé d’employer à Roybon.

Les trois dernières années, cette entreprise a refusé toute communication sur ce dossier, jouant la carte du silence pour se faire oublier et tenter de démobiliser les opposants.

L’enquête publique légale a pourtant enfoncé ce projet et en a prouvé à la fois l’aberration et l’illégalité. Pour ceux qui en doutaient encore, nous venons d’avoir la preuve éclatante de l’inutilité totale de ces procédures dites  » démocratiques » ou l’on invite les citoyens a s’exprimer pour mieux s’assoir sur leurs remarques et oppositions.

Patiente par force, la société Pierre et vacances a donc travaillé tout ce temps dans l’ombre avec les élus locaux et la préfecture, fourbissant ses armes et préparant en douce son attaque massive contre cette forêt.

Le dernier obstacle à peine levé, puisque le préfet a, coup sur coup, donné les deux autorisations qui manquaient pour démarrer le chantier, l’entreprise et le maire de Roybon ont mis 48h pour décider dans l’urgence le début du défrichement et donc l’abattage de centaines d’arbres.

Les engins de destruction étaient, de toute évidence, déjà réservés, les réservoirs remplis et le personnel prêt à lancer cette offensive. Un tel chantier se prépare à l’avance.

Et quoi de mieux qu’une période de vacances pour lancer brusquement l’offensive …

Voulant par cette méthode rendre toute opposition inutile en créant l’irréversibilité, l’entreprise et ses complices montrent leurs  vrais visages et comptent la museler par cette intervention brutale et faite dans une urgence sidérante.

Contrairement aux rêves de Pierre et vacances et de ses complices du monde politique et économique, la méthode va, à n’en point douter, créer au contraire une radicalisation de l’opposition qui après avoir sagement utilisé tous les artifices juridiques que le capitalisme fait mine de proposer va devoir, de fait, passer à des méthodes plus énergiques et plus déterminées.

A Notre Dame des Landes, ce ne sont pas les recours multiples qui ont arrêté le projet, mais bien l’installation d’une ZAD et l’occupation déterminée des lieux.

Au Testet, c’est physiquement que des dizaines d’opposants à un barrage destructeur s’opposent aux engins.

Et à Décines, la même détermination veut venir à bout de la destruction de terres pour un « stade des lumières » voulant imposer son monde d’artifice et de fric facile.

Nul aujourd’hui ne peut douter qu’à Roybon, comme ailleurs, les défenseurs de la nature sauvage et d’une vie non aliénée à la folie destructrice du capitalisme sauront également  opposer leur détermination sans faille.

Soyons présents massivement sur le terrain à parti de ce lundi 20 octobre, mais aussi devant les bâtiments et édifices des politiques qui accompagnent ces destructeurs et croient pouvoir bâillonner ceux qui ont décidé de choisir la vie et de s’opposer à la privatisation massive et à la mise en capitalisation des derniers territoires libres.

.
.
.

Roybon: les anti Center Parcs manifestent demain

Une manifestation silencieuse, menée par l’association “Pour les Chambaran sans Center Parcs”, aura lieu demain matin dès 8 h 30 à l’entrée du Bois des Avenières. Le collectif s’oppose aux arrêtés préfectoraux signés en octobre ainsi qu’au lancement de la phase opérationnelle du centre de loisirs en Isère.

Une manifestation silencieuse, menée par l’association “Pour les Chambaran sans Center Parcs”, aura lieu demain matin dès 8 h 30 à l’entrée du Bois des Avenières. Le collectif s’oppose aux arrêtés préfectoraux signés en octobre ainsi qu’au lancement de la phase opérationnelle du centre de loisirs en Isère

Les anti Center Parcs accélèrent. Alors que Pierre & Vacances a été autorisé à implanter son centre de loisirs à Roybon (lire notre édition d’hier), Stéphane Peron, président de l’association “Pour les Chambaran sans Center Parcs”, ne compte pas en rester là.

« Non, le Center Parcs n’est pas fait »

Demain à 8 h 30, au moment du début des travaux, les principaux opposants au projet, évoqué pour la première fois en 2007, se réuniront à l’entrée du bois des Avenières (route de la Perrache). Un rassemblement décidé dans la journée d’hier. « On ne lâchera rien. Nous allons démontrer l’illégalité des deux arrêtés préfectoraux [arrêtés au titre de la Loi sur l’eau du 3 octobre et au titre des espèces protégées du 17 octobre, NDLR] afin d’annuler le lancement des travaux, explique Stéphane Peron. Ce sera une manifestation non violente et silencieuse. En effet, nous aurons du scotch sur la bouche. La démocratie a été complètement bafouée. N on, le Center Parcs n’est pas fait. »

Le président de l’association met en cause le manque de transparence autour de ce dossier. « La commission d’enquête publique “Loi sur l’eau” a rendu un avis négatif [le 25 juillet]. Comment a-t-il pu devenir positif ? On est face à un pouvoir autocratique qui impose ce projet pour créer des emplois, précaires de surcroît, à tout prix. Sans respecter l’avis négatif du Conseil national de la protection de la nature [commission administrative à caractère consultatif missionnée par le ministère de l’Écologie]. Des zones humides seraient détruites de manière irrémédiable. »

Le rassemblement de demain est un vrai test pour les opposants au projet de Center Parcs. « Nous attendons du monde. La Fédération Rhône-Alpes pour la protection de la nature (Frapna) est impliquée. » Europe Écologie – Les Verts a confirmé la participation de plusieurs de ses représentants à la manifestation.

Source:
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2014/10/19/les-anti-center-parcs-manifestent-demain

.
.

ISÈRE Roybon : les travaux du Center Parcs vont débuter !

Les dernières autorisations nécessaires pour le projet Center Parcs sont tombées hier. La phase de défrichement devrait débuter la semaine prochaine. Mais la construction des équipements ne devrait  pas commencer avant 2015. Si tout va bien…

Les dernières autorisations nécessaires pour le projet Center Parcs sont tombées hier. La phase de défrichement devrait débuter la semaine prochaine. Mais la construction des équipements ne devrait pas commencer avant 2015. Si tout va bien…

Pierre & Vacances n’attendait plus qu’une décision pour passer à l’action. Elle est tombée hier matin. Le préfet a donné un avis favorable au projet Center Parcs des Chambaran, au titre des espèces protégées. Quelques jours auparavant, le 3 octobre, il avait également signé un arrêté favorable, cette fois au titre de la Loi sur l’eau.

Concrètement, ces deux arrêtés signifient que Pierre & Vacances est autorisé à implanter son Center Parcs à Roybon. Et le groupe n’a pas l’intention de perdre de temps. « Nous sommes propriétaires de la parcelle de forêt depuis aujourd’hui [hier, NDLR], affirme Valérie Lauthier, responsable de la communication de Pierre & Vacances. Nous allons donc commencer le défrichement la semaine prochaine. Cela va se passer en trois phases : d’abord, nous procéderons à la coupe du bois. L’Inrap [Institut national de recherches archéologiques préventives, NDLR] va ensuite réaliser des fouilles sur la zone. Enfin, nous passerons au dessouchage. Tous ces travaux vont durer jusqu’au début de l’été 2015. »

Mais si le groupe Pierre & Vacances n’a pas l’intention de perdre une seconde maintenant que les voyants sont au vert, du côté des opposants au projet, la bataille est loin d’être finie.

Lire l’intégralité de notre dossier dans le Dauphiné Libéré de ce samedi 18 octobre (éditions sud-Isère)

Par Marie ROSTANG et Karine BONNET | Publié le 18/10/2014 à 11:50 Vu 30118 foisSource:
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2014/10/18/les-travaux-du-center-parcs-vont-debuter-ylkf.
.
.

Center Parcs dans les Chambarans : un nouveau Notre-Dame-des-Landes ?

Samedi 18 octobre 2014 à 12h46

Après le feu vert du Préfet de l’Isère, les associations écologistes se donnent rendez-vous lundi 20 Octobre sur le chantier du futur centre aquatique à Roybon à la limite entre la Drôme et l’Isère

- Roybon, Center Parcs et les élus choisissent le coup de force et la brutalité. dans Actualités foret-recadre-maxstockworld171104Image d’illustration  © Maxppp

C’est fait ! Le feu vert a été donné vendredi après-midi pour la création du Center Parcs des Chambarans à la limite de l’Isère et de la Drôme.

Le projet, porté par le groupe Pierre et Vacances, est en cours depuis plus de 7 ans sur la commune de Roybon.

Le Préfet de l’Isère a signé la dernière autorisation. Dans la foulée, le promoteur a acheté les 200 hectares de terrain et promet le début des travaux lundi 20 octobre.

A l’image de la Frapna, la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, les opposants parlent de provocation.Selon eux, Center Parcs met en peril les ressources en eau du secteur.

Les défenseurs de la nature ont décidé de déposer un recours en référé pour suspendre le début du chantier. Ils vont aussi attaquer les arrêtés du Préfet de l’Isère et Lundi matin, Stéphane Péron sera sur place avec ses amis. Ce drômois est président de l’association « Chambaran sans Center Parcs » .

Source:

http://www.francebleu.fr/infos/center-parcs-dans-les-chambarans-un-nouveau-notre-dame-des-landes-1861174

.
.
.

Center Parcs : « Il y a ceux qui avancent et ceux qui… »

Le président Alain Cottalorda (PS) : « Depuis cet été, je suis sur le terrain, je rencontre beaucoup d’élus, et je n’en ai pas entendu un seul qui a nié l’intérêt de ce projet. »

Le président Alain Cottalorda (PS) : « Depuis cet été, je suis sur le terrain, je rencontre beaucoup d’élus, et je n’en ai pas entendu un seul qui a nié l’intérêt de ce projet. »

Comme l’a dit le vice-président Christian Pichoud, le projet Center Parcs à Roybon aura connu, depuis son lancement en 2009, voire ses prémices en 2007, une jolie « chronologie judiciaire », avec sa multitude de recours. Et aussi sa multitude de soubresauts, comme l’avis négatif de la Commission indépendante sur l’eau, puis finalement le feu vert du préfet de l’Isère après les modifications du dossier approuvées par le Coderst (Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques).

Hier, le projet est revenu sur la table avec un avenant au protocole entre le Département et le groupe Pierre & Vacances. Ainsi, on a appris qu’une nouvelle forme de l’intervention départementale avait été définie. Le budget initial de 7 millions d’aides a été pérennisé, mais il n’est plus question d’allouer des subventions aux acheteurs de cottages. Non, l’enveloppe sera différemment utilisée : le Département procédera à l’acquisition, en nue-propriété, de certains éléments, comme les accès principaux et une partie de la forêt. Et l’usufruit sera laissé à Pierre & Vacances. Ces décisions ont été très appréciées par le conseiller de droite Marcel Bachasson – fervent défenseur du projet –, qui semble avoir été passablement énervé par le temps consacré à la fameuse “chronologie judiciaire”. « Maintenant, ce projet doit aboutir ! », a-t-il lancé.

« Cela ne correspond pas à notre vision d’une bonne utilisation de l’argent public »

De son côté, l’écologiste – et fervent opposant – Olivier Bertrand s’est étonné que « le préfet passe outre l’avis négatif de la commission d’enquête », puis il a remarqué que le système d’usufruit « restait très avantageux pour Pierre & Vacances », et il a rappelé que le projet allait au total bénéficier « de 80 millions d’euros d’aides publiques. Ce qui ne correspond pas à notre vision d’une bonne utilisation de l’argent public. »

Le président Alain Cottalorda (PS), très zen, lui a répondu : « Depuis cet été, je suis sur le terrain, je rencontre beaucoup d’élus, et je n’en ai pas entendu un seul qui a nié l’intérêt de ce projet. Eux savent ce qui est bon pour leur territoire. »

Et le dernier mot est revenu à André Vallini, conseiller général et secrétaire d’État. S’adressant directement à Olivier Bertrand, il a lancé : « Comme pour l’A480, Nano 2017, il y a ceux qui avancent et ceux qui freinent tous les projets. Je regrette que vous soyez dans ce dernier camp. »

Une remarque qui a été applaudie par la droite et saluée à gauche. L’avenant a ensuite été voté (sans les deux voix des écologistes). Et un calendrier a été donné. Ah oui, le Center Parcs de Roybon devrait ouvrir ses portes à l’été 2017. À moins d’une nouvelle chronologie judiciaire, bien sûr…

Par Ève MOULINIER | Publié le 17/10/2014 à 06:04 Vu 2617 fois

Source:
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2014/10/16/center-parcs-il-y-a-ceux-qui-avancent-et-ceux-qui

.
.
.

Projet Center Parcs

« Je suis surtout content pour les chefs d’entreprises », explique le maire de Roybon après la vente à Center Parcs

 

Serge Perraud a vécu une journée peu ordinaire, ce vendredi 17 octobre. En début d’après-midi, le nouveau maire de Roybon a signé un document qu’il juge « crucial » pour sa commune: la vente de terrains pour que le projet Center Parcs décolle enfin.

 

  • Par Franck Grassaud
  • Publié le 17/10/2014 | 17:51, mis à jour le 18/10/2014 | 00:47
Dans les champs de Roybon © France 3 Alpes
© France 3 Alpes Dans les champs de Roybon
C’est un projet qui divise Roybon et sa région depuis plusieurs années. Un projet attaqué, avec des victoires des opposants et des défaites des partisans. Puis l’inverse. Finalement, fin septembre, après la conclusion défavorable de l’enquête publique, le Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires a donné un avis positif. Du coup, les « pro » se sont sentis poussés des ailes et le préfet a donné son autorisation le 3 octobre.Ce vendredi, une nouvelle étape a été franchie. Devant un notaire de Saint-Siméon-de-Bressieux, le maire a signé la vente de 200 hectares à une filiale de Pierre & Vacances. Difficile de connaître le prix, « je ne veux pas attiser les reproches une fois encore », explique Serge Perraud, « ce qu’il faut retenir c’est que le projet va générer 450 équivalents temps plein. » On n’en saura pas plus. En revanche, le maire est intarissable sur la « formidable opportunité » pour les chefs d’entreprises du coin: « je suis surtout content pour eux. En cette période de crise dans le BTP, le Center Parcs va apporter une vraie bouffée d’oxygène. »Les travaux doivent commencer dès lundi. Le défrichement prendra plusieurs mois et la pose de la première pierre des cottages n’est pas prévue avant avril 2015. « Si tout va bien », ajoute le premier magistrat, « l’ouverture aura lieu en 2017. »Si tout va bien… la prudence est toujours de mise car on sait les opposants remontés. Particulièrement les membres de l’association « Pour les Chambaran sans Center Parcs » qui a mené bataille en justice. Ils jugent aujourd’hui l’arrêté préfectoral illégal et ils « entendent bien le prouver », comme c’est écrit sur leur site internet. De nouveaux recours sont donc attendus.

Le Conseil général débloque 7 millions

En attendant, jeudi, le Conseil général de l’Isère a aussi apporté sa pierre à l’édifice. Il a voté, à l’exception de deux élus Verts, pour débloquer 7 millions d’euros. Cette somme sera consacrée à la construction des accès au site et aux parkings. « C’est notre contribution a un projet qui va apporter de l’emploi dans notre département, nous en sommes sûrs », explique-t-on au département.

« Un mépris des règles environnementales »

La réaction d’Europe-Ecologie-Les Verts n’a pas tardé à tomber: « Cette précipitation marque un véritable mépris des règles environnementales minimums à respecter dans un tel dossier: jamais une opération de ce type n’avait pu démarrer après un avis négatif. EELV Isère fera tout pour faire respecter la loi et s’associera donc aux recours contre les arrêtés du préfet. »

Source:
http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2014/10/17/je-suis-surtout-content-pour-les-chefs-d-entreprises-explique-le-maire-de-roybon-apres-la-vente-center-parcs-573778.html

.
.
.

Projet Center Parcs

Appel à un rassemblement  »bouche bâillonnée » contre le projet de Center Parcs à Roybon

 

Indignés par la vente des terrains, signée vendredi par le maire de Roybon, et l’annonce du début des travaux dès le lundi 20 octobre, les opposants au futur Center Parcs appellent à manifester pour dénoncer « un déni de démocratie ».

 

  • Céline Serrano
  • Publié le 18/10/2014 | 19:37, mis à jour le 19/10/2014 | 00:48
central_parc.jpg

Pour les opposants, « tous les recours ne sont pas épuisés ». Ils regardent donc avec énervement l’accélération des promoteurs du projet, qui profitent des dernières décisions favorables pour faire démarrer le défrichement.

>>> Lire aussi – Satisfaction du maire de Roybon après la vente des terrains

Endurants, leurs adversaires mènent combat depuis sept ans contre l’installation de ce parc. Lundi matin, à 8 heures, au moment de l’arrivée des premières machines, ils promettent de se manifester, un bâillon sur la bouche. Ils n’ont pas supporté que l’enquête publique leur donne raison et que, après selon eux « un tour de passe-passe », le préfet valide malgré tout le projet, éclairé par le Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires.

« On est indignés de cette décision de s’asseoir sur un avis qui déclare le projet hors la loi. Hors la loi sur l’eau, c’est pas simplement pour une histoire de cosmétique et de paysage, c’est la ressource en eau », explique l’un d’eux.

Reportage d’Isabelle Guyader et Joëlle Céroni

 dans Actualités

polémique Center Parcs

Soutenus par EELV-Isère, les opposants au projet vont déposer deux recours contre les deux derniers arrêtés préfectoraux, mais avant tout ils veulent saisir le juge des référés pour qu’il suspende en urgence les travaux.

Source:
http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2014/10/18/appel-un-rassemblement-bouche-baillonee-contre-le-projet-center-parcs-574250.html
.
.
.

Projet de Center Parcs à ROYBON

  • a_moins
  • a_plus
  • imprimante
  • Bookmark and Share

le 1 août 2014

Réaction du monde économique (*) à l’avis de la commission d’enquête émis le 23 juillet 2014.

Malgré l’avis défavorable de la commission d’enquête au titre de la Loi sur l’eau, les acteurs économiques restent confiants dans la volonté et la capacité des pouvoirs publics pour faire aboutir le projet de Center Parcs à Roybon.Cet avis, simplement consultatif, et dont nous ne souhaitons pas commenter le contenu, ne doit pas freiner l’avancée d’un tel projet structurant à un moment où l’activité économique doit être soutenue avec volontarisme.
Le projet de Center Parcs présente les principales caractéristiques suivantes :
- la région de Roybon a des ressources très limitées pour développer son économie à l’exception des atouts dont le projet de Center Parcs offre localement :
• les ressources liées au chantier (environ 250 M€ injectés dans la région) et celles provenant du centre de loisirs (320 000 visiteurs/an représentant 1 500 000 nuitées).
- ce projet, sans équivalent pour la région, présente l’intérêt de créer une activité nouvelle, créatrice d’emplois, dans un périmètre élargi, s’étendant de Saint-Marcellin, La Côte-Saint-André au Pays Voironnais :
• on peut estimer que la réalisation de ce projet intéresse 1 000 personnes (fin chômage ou en insertion) pendant la construction et en vitesse de croisière de l’ordre de 700 emplois permanents correspondant à 460 ETP.On peut aussi observer que ce projet n’a pas d’équivalent à proximité, ce qui devrait en garantir le fonctionnement dans la durée.
Les aspects environnementaux qui ont été évoqués font apparaître que ce projet favoriserait une meilleure gestion des ressources en eau et ouvrirait la possibilité pour la communauté de communes de gérer les eaux usées (notamment la réfection des réseaux obsolètes – taux de fuite de 70 % – et leur interconnexion).
Les remarques qui ont été faites sur le respect de la faune, comme on l’a déjà rencontré dans d’autres situations comparables, peuvent trouver une solution en transférant les espèces concernées sur des sites proches ou du même type.En conséquence, le monde économique demande instamment à Monsieur le Préfet de Région et à Monsieur le Préfet de l’Isère, de bien vouloir, lors de l’examen de ce projet, faire une juste appréciation des intérêts économiques en cause et des objections formulées, qui peuvent être surmontées sans difficultés majeures.

Une décision favorable irait dans le sens de l’intérêt général.

Nous comptons en conséquence sur les représentants de l’Etat pour poursuivre les procédures engagées et ouvrir la voie à la réalisation rapide d’un tel projet.

(*) 14 institutions de représentation du monde économique : CCI de Grenoble, Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Grenoble, MEDEF Isère, CGPME Isère, FBTP Isère, FNAIM, Groupement des Industries Papetières de l’Isère, CNPA, UIC, UNIRV, UMIH Isère, FNTV, Fédération Bancaire Française et l’Automobile Club de l’Isère.

Source:
http://salledepresse.grenoble.cci.fr/projet-de-center-parcs-a-roybon-30172.kjsp

.
.
.

AVIS FAVORABLE DU PRÉFET  : LES TRAVAUX DU 6ÈME CENTER PARC FRANÇAIS VONT DÉMARRER EN ISÈRE

Après une longue guérilla procédurière, le préfet de l’Isère vient de donner un avis favorable pour la construction de 990 cottages et d’un complexe de loisirs aquatiques sur le territoire de la commune de Roybon. Pierre et Vacances, le promoteur lance les travaux. Mais les opposants ont encore quelques cartouches.

Avis favorable du préfet  : les travaux du 6ème Center Parc français vont démarrer en Isère

Le premier Center Parc de la moitié sud de la France, verra-t-il le jour en 2017, en Rhône-Alpes ? Très précisément dix ans après le lancement du projet ?

Ce n’est plus du tout exclu. On pensait le projet mort et enterré, vu la multiplicité des recours à l’encontre de ce projet d’ampleur prévu pour s’étendre sur 202 hectares au sein du bois des Avenières, sur le le territoire de la commune iséroise de Roybon, à une centaine de kilomètres de Lyon et à une soixantaine de celle de Grenoble.

Création d’un millier d’emplois

Ce projet qui a l’appui de la municipalité de Roybon qui voit avec intérêt la création d’un millier d’emplois, mais aussi du Conseil général de l’Isère et du Conseil régional Rhône-Alpes, avait reçu, au printemps dernier un avis défavorable de la commission d’enquête mise sur pied au titre de la loi sur l’eau.

Organisée du 14 avril au 28 mai 2014, l’enquête publique avait recueilli 727 observations, à 60 % défavorables au projet.
Mais il ne s’agissait là que d’un avis consultatif, le préfet restant décisionnaire en dernière instance.

Or, Richard Samuel, préfet de l’Isère, vient de donner un avis favorable à ce projet au titre de la Loi sur l’eau, après avoir donné un deuxième avis favorable, au titre, cette fois, des espèces protégées.

C’est clair, désormais,, suite à ce double paraphe, le promoteur, Pierre et Vacances est autorisé à implanter son Center Parcs à Roybon.

Démarrage quasi-immédiat des travaux

Le Groupe qui patiente depuis 2007 n’a pas l’intention de perdre du temps, comme l’a fait en son temps Jean-Michel Aulas pour un autre dossier sensible, lui aussi très attaqué, celui du Stade des Lumières, à Décines. Il a annoncé son intention de débuter les travaux dès cette semaine.

Des travaux qui vont se dérouler en trois temps, à commencer par le défrichement du bois où va se déployer le nouvel équipement touristique. L’Institut natio­nal de recherche archéologique (Inrap) réalisera dans la foulée des fouilles sur la zone.

Ce sera ensuite le temps du dessouchage : ces travaux vont durer jusqu’au début de l’été 2015.

Les travaux de voiries et réseaux devraient ensuite prendre la suite au cours des mois de mai/juin 2015

La construction des 990 cottages annoncées, ainsi que celle des équipements ludiques et aquatiques devraient ensuite être engagée d’ici un an, à l’automne 2015.

Dans la foulée, en collaboration avec les partenaires locaux seront lancées les formations “métiers” et le recrutement des différents personnels pour, in fine, une ouverture escomptée du sixième Center Parc français et le premier de Rhône-Alpes au plus fort de la saison : à l’été 2017.

Ceci dans le cadre du scénario idéal pour le promoteur Pierre et Vacances. Car les opposants du projet remontés contre la décision préfectorale et la volonté de Pierre et Vacances de démarrer illico les travaux, entendent ne pas lâcher prise.

Deux mois pour attaquer les arrêtés préfectoraux

Ils comptent bien attaquer les deux arrê­tés préfectoraux. « Nous avons déjà préparé les dossiers. Mais nous savons que Pier­re et Vacances veut aller vi­te. Malheureusement, nos recours prendront plusieurs mois avant d’être traités. Nous allons donc demander au juge des référés de se prononcer sur une suspen­sion des travaux. Et tout ce­la, dès la semaine prochai­ne… », a expliqué la semaine dernière à notre confrère le Dauphiné Libéré, le président de l’association de défense, Stéphane Peron.

La loi donne en effet deux mois de délai aux associations ou aux particuliers pour attaquer les deux arrêtés du préfet de l’Isère, au titre de la Loi sur l’eau et celle concernant les Espèces protégées.

Dernier baroud d’honneur ou relance de la guérilla juridique pour de longs mois encore ? Réponse d’ici la fin de l’année. Seule certitude, malgré tout : l’épilogue approche, et pour l’heure, c’est Pierre et Vacances qui reprend la main.

Publiée le 18 oct. 2014 par LARGERON Dominique.Source:
http://www.lyon-entreprises.com/News/L-article-du-jour/Avis-favorable-du-prefet-les-travaux-du-6eme-Center-Parc-francais-vont-demarrer-en-Isere,i63549.html.
.
.

PNG - 82.3 ko

****

Le préfet de l’Isère a signé, le 3 octobre dernier, l’arrêté préfectoral (illégal et nous entendons bien le prouver) autorisant la réalisation du projet de Center Parcs de Roybon, au titre de la Loi sur l’eau.

Nous nous attendions à cela dans la mesure où le préfet annonçait depuis belle lurette et à qui voulait l’entendre qu’il allait donner cette autorisation. Ajoutons que ces propos étaient formulés bien avant l’enquête publique. C’est, cependant, toujours un choc de constater à quel point le pouvoir et certains hauts représentants de l’État méprisent la démocratie !

Monsieur le Préfet, ainsi, s’assoit sur l’avis des 3 commissaires enquêteurs, en acceptant de misérables cautères sur le dossier « Loi sur l’eau », vagues rustines réalisées à la « va-vite » par Pierre & Vacances, afin de faire légitimer sa décision par une commission majoritairement acquise à sa cause ( le CODERST ).

Il s’assoit également sur l’avis de la grande majorité des citoyens qui se sont prononcés contre ce projet lors de enquête publique.

En fait, c’est toute la consultation démocratique qui est niée !

PCSCP a travaillé des mois, sur cette enquête publique. Nous ne pouvons qu’en conclure que Monsieur le Préfet, par cet arrêté autoritaire qui s’abstient évidemment de citer l’enquête publique, a méprisé et ignoré ceux qui travaillent, paient des impôts, réfléchissent et passent le peu de temps de libre qu’ils ont à tenter de protéger un patrimoine naturel inestimable (le bois des Avenières), de la cupidité aveugle d’une minorité irresponsable.

Dans cette logique autocratique, Monsieur le Préfet n’a pas même daigné prendre la peine de répondre à la demande de rendez-vous que nous lui avions adressée.

Le pouvoir ne doit pas outrepasser ses limites, et la colère gronde parmi nos concitoyens. Une telle décision constitue manifestement un déni de démocratie.

Car ce qui s’est passé, ainsi, dépasse largement la seule cause du Center Parcs et ignore délibérément la participation citoyenne aux décisions qui nous concernent tous.

Rappelons que le groupe Pierre & Vacances, alors qu’il aurait dû saisir la Commission Nationale des Débats Publique, s’est purement et simplement abstenu. Cela n’a pas troublé Monsieur le Préfet.

Rappelons de plus, que pour imposer cette ville de presque 6000 habitants sur une zone humide et au sommet de deux bassins versants, il n’y a jamais eu de consultation – en dehors de l’enquête publique limitée à Roybon.

Madame Royal, qui a tant parlé de démocratie participative, a brillé par son absence lorsque nous lui avons révélé, par courrier en date du début septembre, le scandale qui allait se produire.

Pourquoi donc cet aveuglement politique ? Il semble, en fait, que malgré l’aspect inacceptable de ce projet, tant d’un point de vue social, qu’ économique et environnemental, chacun des maillons du pouvoir tente de profiter de la situation :
- La mairie de Roybon : Etat des finances lamentable ( 44ième commune la plus endettée de France ), prête à tout pour trouver un sauveur. Rappelons que le dernier avatar en date était une décharge de DIB ( déchets industriels banaux ) de classe II…
- L’État : peu importe que la démocratie soit bafouée, peu importe que des emplois à 240 euros par mois soit proposés à ceux qui attendent un salaire décent autour de Roybon, peu importe qu’un lieu sauvage soit dévasté, des espèces protégées anéanties, des zones humides saccagées, des sommes publiques énormes investies, le but unique est de créer de l’activité économique MAINTENANT … Tout cela pour générer de la TVA dans les 2 ans qui viennent. Tout cela pour tenter de masquer – un tant soit peu – le chômage sur cette période !
- La communauté de Communes de Roybon, elle, compte déjà sur les rentrées fiscales qu’apporterait ce projet et l’idée que ce dernier puisse se voir abandonner, fait trembler grand nombre d’élus.

Chacun est prêt à tout, semble-t-il, pour imposer un projet au mépris de ses conséquences, telles que les avaient courageusement et lucidement décrites la commission de l’enquête publique « loi sur l’eau ».

Rappelons enfin que cet arrêté ainsi que celui concernant la destruction des espèces protégées attendu sous peu sont tous deux ILLEGAUX.

C’est pourquoi nous sommes en train d’agir :
- Pour faire annuler le plus tôt possible ces deux arrêtés devant les tribunaux avec toutes chances de succès
- Pour demander l’annulation en suspension de travaux, au cas où ces derniers démarreraient, avec démolition des ouvrages qui auraient été réalisés, privés et éventuellement publics (cf. jurisprudence )

****

Source:
http://www.pcscp.org/

.
.
.

Roybon: lancement de la phase opérationnelle du Center Parcs Isère

Posté: le 17 octobre 2014. Tags: 

 

Des avancées significatives cette semaine permettent le lancement de la phase opérationnelle du Center Parcs Isère.

 

Après la signature par M. le Préfet de l’Isère, de l’arrêté « Loi sur l’eau » le 3 octobre 2014, s’appuyant sur l’avis largement favorable du Comité départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques de l’Isère, le représentant de l’Etat a signé ce vendredi 17 octobre, l’arrêté « Espèces protégées ».

 

Toutes les autorisations étant désormais dument obtenues, Center Parcs passe en phase opérationnelle.

 

Toutes les conditions étant dorénavant remplies, la vente ferme du Bois des Avenières par la commune de Roybon est signée ce vendredi, par M. Serge Perraud, Maire de Roybon.

 

L’Entreprise Iséroise choisie pour réaliser le défrichement démarrera par conséquent les travaux lundi. Ce chantier de défrichement est conduit sur la période hivernale pour tenir compte des précautions environnementales prescrites. Les coupes réalisées progressivement permettront aux services de l’archéologie de mener les sondages préventifs.

 

 

 

Le Conseil général modifie le protocole d’accord avec Center Parcs

 

Réuni en session, le Conseil général a validé à l’unanimité moins 2 voix, un avenant au protocole d’accord signé en 2009 avec le groupe Pierre et Vacances.

 

En effet, le Département procèdera à l’acquisition, en nue-propriété, de certains équipements structurants (accès principaux, voies et réseaux, partie de la forêt, etc.). Son investissement ne dépassera pas un montant global de 7 millions €, conformément à son engagement initial.

 

Ce nouveau montage répond aux critiques émises quant à la mobilisation de fonds publics en faveur d’investisseurs privés. Il permet à la collectivité la constitution d’un patrimoine, et de garder un bras de levier sur le devenir du site à long terme.

 

L’usufruit étant laissé à Pierre et Vacances, le Département ne sera impliqué ni dans l’exploitation touristique du site, ni dans les charges d’entretien et de renouvellement des équipements. Ces dernières demeureront de manière pérenne à charge des bénéficiaires des servitudes d’accès aux voies et réseaux.

 

En outre, les engagements de Pierre et Vacances sur les mesures en faveur de l’insertion par l’activité économique sont renforcés.

Source:
http://www.sillon38.com/blog/2014/10/17/roybon-lancement-de-la-phase-operationnelle-du-center-parcs-isere/

Une Réponse à “- Roybon, Center Parcs et les élus choisissent le coup de force et la brutalité.”

  1. Simone dit :

    Il faut s’adresser à la commission européenne et leur faire part de cette transgression sur la loi sur l’eau et les espèces protégées; demander un arbitrage
    Européen.

Laisser un commentaire