- Petite chronique épisodique des travaux en cours

Posté par admin le 8 novembre 2014

Petite chronique épisodique des travaux en cours, et rappel sur le barrage illégal de Fourogue dans le Tarn

Jeudi matin (06-11-2014), notre correspondant local a fait quelques photos à l’entrée de la zone de défrichage actuelle. Un engin de débardage de bois était sur le chemin d’accès.

JPEG - 215.4 ko
JPEG - 173.5 ko

Avec la pluie qu’il y a eu, les engins du défrichage labourent allègrement les sols.

JPEG - 284 ko

Depuis le bord de la zone, on entendait le bruit des scies circulaires de la machine à abattre les arbres, qui était juste un peu plus loin.

JPEG - 195.7 ko

A comparer avec les jolies images d’Epinal proposées par Pierre et Vacances dans sa propagande sur Facebook :

JPEG - 145.9 ko
JPEG - 46.3 ko
JPEG - 130.5 ko

Pour info, avant le désastre du barrage de Sivens, les mêmes (Carcenac & co) ont construit illégalement le barrage de Fourogue (Tarn). En Isère, les aménageurs du conseil général allié au préfet veulent de la même façon réaliser les travaux avant que la justice ait pu réellement se prononcer ; comme ça ils veulent mettre devant le fait accompli (ils diront : « trop tard, tout est détruit », ou « on ne va quand même pas annuler alors qu’on a déjà mis là dedans des millions d’euros d’argent public »).
Avec Fourogue, on voit bien que nos chers (au sens où ils nous coûtent beaucoup d’argent) aménageurs se moquent de la justice même dans les rares cas où elle veut tenter de bloquer un projet aberrant. voir :http://www.ladepeche.fr/article/2014/11/06/1986180-avant-sivens-il-y-a-eu-fourogue.html extrait :
« Pour le barrage de Fourogue, Bernard Viguié se remémore que le 16 octobre 1997, le tribunal administratif avait ordonné l’arrêt du chantier dans un sursis à exécution. « Et pourtant, ils ont continué ou laissé faire les travaux malgré la décision du tribunal. En 2000, la cour administrative d’appel de Bordeaux nous a donné encore raison mais le barrage était fait. La cour indique bien dans son jugement que tous les appels à cesser le chantier sont restés vains en raison de la résistance délibérée de la compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne. Même nos sommations d’huissier, les interventions du préfet, du président du tribunal administratif n’y ont rien fait. Le barrage s’est construit en infraction et en toute impunité. Mais dans ce cas, il n’a pas été fait recours à la force publique ». »

Conclusion :
Nos élus sont illégitimes, le système de loi censé protégé les biens communs (nature, eau potable, biodiversité, etc.) est inopérant, car conçu structurellement par l’Etat et ses alliés capitalistes pour ne pas entraver ce genre de projet. Comme le disent Mme Royal et Mr Sarkozy (approximativement) : « il ne faut pas qu’une cause environnementale porte atteinte au développement économique de notre pays ».
Qu’ils partent tous !

Camille
Groupe local pour la libération des Chambaran

Source:
http://grenoble.indymedia.org/2014-11-07-Photos-du-defrichage-de-Center

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly