- Plasne s’interroge sur le projet de Center Parcs de Poligny

Posté par admin le 8 novembre 2014

Plasne s’interroge sur le projet de Center Parcs de Poligny

Mercredi 29 octobre 2014
Le projet de construire 400 bungalows en forêt de Poligny impacte déjà les habitants de Plasne, l’un des trois villages riverains où le Pic noir, association d’opposants au projet, a tenu une première réunion publique.
Le Pic noir à Plasne

Marie-Hélène, animatrice efficace d’une réunion où tous les avis ont pu s’exprimer. ph DB

C’est peu dire que le projet de construction d’un village de vacances Center Parcs en forêt de Poligny est venu perturber le village de Plasne. En bordure du premier plateau, cette commune agricole dispose d’une dynamiquecoopérative à comté dont un quart en production bio. Une trentaine de producteurs de lait de plusieurs villages voisins la composent. Lors d’une première réunion réservée aux agriculteurs et à quelques habitants invités, initiée par le maire Hubert Mottet, les représentants de Pierre&Vacances avaient fait miroiter un nouveau débouché pour la fromagerie, celui des locataires des quelque 400 maisonnettes qu’il est question de construire dans la forêt toute proche.

Jeudi 24 octobre, Hubert Mottet est venu à la réunion organisée par le Pic noir, l’association qui doute sérieusement de l’utilité de l’équipement touristique et milite pour une information un peu plus critique à l’égard des promesses du promoteur et des collectivités locales qui lui déroulent le tapis rouge. « Les trente maires de la communauté de communes sont tous pour », a-t-il notamment indiqué après la présentation du Pic noir. Il a apporté des précisions quant aux interrogations sur l’assainissement. On a ainsi découvert, après l’hypothèse de l’envoi des eaux usées à la station d’épuration de Poligny, par des tuyaux descendant puis remontant sur plusieurs kilomètres, que le doublement de capacité de la station de Plasne était à l’étude.

N’allez pas croire que la forêt de Poligny est près de la petite ville, au pied du premier plateau au niveau de la reculée de Vaux. Non, la forêt de Poligny est justement sur la plateau, 200 m plus haut, à une dizaine de kilomètres de la ville, entre trois petits villages : Plasne, Baretaine et Le Fied.
Plasne est au bord du plateau, Baretaine à quelques encablures du haut de la reculée de Vaux, Le Fied carrément sur le plateau…

Deux hypothèses pour les eaux usées

Opposant au projet, Guy Mottet, le frère d’Hubert, est aussitôt monté au créneau. Tous deux paysans, ils ont eu un débat agronomique sur l’épandage des boues supplémentaires que ne manquerait pas de produire la station. Pour Guy, agrobio, militant à la Confédération paysanne, cet épandage « pose problème, notamment aux producteurs bio, mais aussi parce que la zone de l’AOP comté est excédentaire en azote ». « Il n’y a pas d’azote dans ces boues, et elle est valorisée », a répliqué Hubert. « Mais si, il y a nitrification, ça donne de l’azote ammoniacal, il y a beaucoup d’azote dans ces boues », a maintenu Guy. « Très peu », a soutenu Hubert.

Il a aussi dévoilé les raisons de l’étude des deux solutions : « Poligny aurait davantage d’aides de l’Etat. Si c’est sur Plasne, le financement serait différent car c’est le pollueur majoritaire [donc Center Parcs] qui paierait le plus. S’il y a possibilité de traitement à Plasne, le conseil décidera… » Une voix s’élève au fond de salle : « Référendum ! » Un habitant s’inquiète : « le Conseil général risque de privilégier Plasne car il paiera moins cher que si c’est à Poligny… »

« Faudrait-il payer l’assainissement ? », demande une habitante. « Possible », répond Hubert Mottet, « ça ferait peut-être des économies d’échelles, mais je n’en sais rien… Une station d’épuration coûte cher aux habitants… » Atale Mottet, épouse de Guy et passionaria du Pic noir, s’engouffre dans la brèche : « Ils sont gonflés ! Les retombées seraient pour la communauté de communes et Poligny, et les emmerdements sur Plasne ! »

Le maire : « On subit les choix »

Hubert Mottet en convient : « On subit les choix, Poligny vend le terrain, Pierre&Vacances a choisi l’endroit à un quart d’heure de plusieurs petits sites touristiques… Je ne sais pas s’ils nous disent vrai en annonçant que les touristes vont sortir du Center Parcs… » Antoine Bérodier, un militant du Pic noir assure que « ce n’est pas le concept de sortir ». Hubert est perplexe : « Ils nous ont dit que les activités coûtent cher et qu’ils vendront des excursions, je suis sceptique ». « C’est invérifiable, ils tiennent le même discours en Saône-et-Loire où le secteur est moins attractif sur le plan touristique, c’est des paroles », s’exclame un habitant.

Un autre problème est dans la tête des quelque quarante personnes. Si le Center Parcs se fait, il faudra faire le remembrement. Ne serait-ce pour revoir les trajets des troupeaux vers les pâturages. Aujourd’hui, ils empruntent les routes alentour, parfois sur un kilomètre. Les gens du coin ont l’habitude de patienter quelques minutes, mais le statut quo parcellaire est inimaginable avec plusieurs centaines de véhicules lors des chassés-croisés des départs et arrivées au Center Parcs. Et le chasse-croisé des camions pendant les travaux ? A l’évidence, il y a là un os. Une association foncière a beau avoir été créée ces derniers temps pour commencer à étudier le remembrement, celui-ci ne se décide pas d’un claquement de doigts. Il y en a bien pour « quatre ou cinq ans », souligne Hubert Mottet en pesant bien ses mots : « sans aménagement foncier, ce n’est pas gérable avec douze exploitations, et je serais pas du même avis… »

« Serait-on contre un projet à Saint-Julien ? »

Une dame qui avait écouté avec attention depuis plus de deux heures se tourne vers le maire : « Comment ça se fait que ce ne soit pas toi, Hubert, qui nous ait consultés, qui ait eu l’idée de cette réunion ? Tu pensais peut-être la faire plus tard ? » Hubert Mottet sent que se joue un moment important pour le village. Il a été convainquant en expliquant qu’on pouvait raccorder le Center Parcs au syndicat des eaux du Centre-Est qui peut fournir 470 m3 supplémentaires par jour. Posé, réfléchi, il entend rester arbitre, essayer de voir si le projet peut se faire sans trop de dégâts : « C’est difficile d’adhérer à l’association car elle est contre. Si le projet était à saint-Julien1, serait-on contre ? »

De la réponse à la question, découlent non plus l’intérêt local, mais une conception plus générale du tourisme, des équipements. Ce débat a aussi eu lieu, un peu plus tôt dans la réunion quand le projet a été décortiqué et son montage financier exposé. Selon le Pic noir, les 300 emplois annoncés sur le site représentent 255 équivalents temps plein et il n’est pas sûr que ce soient des Jurassiens qui les occupent. Et surtout, un chiffre fait frémir : le financement public de l’opération, quand on additionne les subventions, les crédits d’impôts et l’exonération de TVA, est estimé à 88 millions d’euros. Autrement dit, 344.300 euros par emploi créé.

C’est que Pierre&Vacances, assurent les opposants, ne peut survivre qu’en pratiquant la fuite en avant, en construisant de nouveaux équipements pour les louer. « C’est l’activité montagne qui est en déficit, mais les Center Parcs marchent bien », avait répondu Hubert Mottet à Antoine Bérodier qui avait expliqué les difficultés du groupe. N’empêche, notre propre calcul arrive à un chiffre à peine inférieur que nous avions soumis il y a quelques jours à la présidente de région, Marie-Guite Dufay. Elle ne l’a pas contredit, répondant même : « je sais, c’est une faiblesse du dossier… »

La petite musique du chantage

Il y a enfin une petite musique qui commence à ne pas trop plaire aux oreilles de plusieurs habitants. C’est Guy Mottet qui a mis les pieds dans le plat : « je ne comprends pas qu’on conditionne les attentes du secteur au Center Parcs, ça devient du chantage ». De quoi s’agit-il ? De l’amélioration de la route tellement défoncée qui monte de Poligny qu’elle en devient dangereuse. « Quand on demande l’amélioration de la route, on nous rit au nez et on nous dit : attendez le Center Parcs et 2018 », dit Florence Bérodier, conseillère municipale. « Il y avait aussi un projet de passage alterné pour rallentir les véhicules, mais avec le Center Parcs, il faudra l’élargir », souligne Hubert Mottet. Tout en faisant le remembrement dont il chiffre le coût à 2 millions d’euros…

Le prix de l’acceptation du projet ? Pas sûr : « si tout le monde est contre ici, que se passera-t-il ? », dit quelqu’un. Antoine Bérodier l’assure : « les conseils municipaux ne doivent pas attendre que les choses tombent d’en haut, mais être offensifs. Pas forcément pour contrer, mais pour ne pas subir ».

1.à une cinquantaine de kilomètres plus au sud

Source:
http://factuel.info/article/plasne-sinterroge-sur-projet-center-parcs-poligny-001400

Laisser un commentaire