• Accueil
  • > Actualités
  • > - Conseils à Monsieur Cottalorda pour devenir plus célèbre que Monsieur Vallini.

- Conseils à Monsieur Cottalorda pour devenir plus célèbre que Monsieur Vallini.

Posté par admin le 1 janvier 2015

 

 

Lettre à Monsieur Cottalorda, dimanche 7 décembre

Conseils à Monsieur Cottalorda pour devenir plus célèbre que Monsieur Vallini.

Ne pensez pas Monsieur, que j’aie une acrimonie particulière à votre égard. J’avais pourtant raison de m’inquiéter de la manière dont vous stigmatisiez les « extérieurs ».

Aujourd’hui dimanche 7 décembre, j’entends dans différentes radios, que le gouvernement s’inquiète d’une remontée importante de l’antisémitisme. Pourtant ce n’est pas seulement sur les Juifs qu’on jette l’anathème, mais sur tous ceux qui n’ont pas tout à fait le même faciès, le même nom, la même façon de vivre que la majorité. Le rejet est d’autant plus virulent que la personne est pauvre. Un émir de l’Arabie Saoudite, musulman, adepte de la « charia » sera accueilli, en France, les bras ouverts, quand il viendra racheter un hôtel parisien. Un Français de 2ème ou 3ème génération, d’origine maghrébine, sera systématiquement contrôlé, surtout s’il porte sa casquette à l’envers ! Il y a eu l’époque des « ritals » et des « macaronis », travailleurs italiens qui « volaient le pain des Français », et qu’il fallait chasser : certains en sont morts. Je n’ai pas connu cette époque. Il y a eu l’époque des « ratons » et des « bougnoules » que j’ai connue, quand, le 17 octobre 1961, le sinistre Papon lacha ses sbires contre une manifestation pacifique d’Algériens dans la capitale, causant plusieurs dizaines de morts.

Samedi 6 décembre, j’ai été interpelée par Serge Perraud, maire de Roybon. Etrangère – je m’appelle Pistone ! – je n’avais rien à faire à Roybon. J’étais « indésirable » et n’avais qu’à « foutre le camp ! ». Serge n’est pas un grossier personnage, mais, comme beaucoup à Roybon, il est victime de la tension que créent ces « politiques » incapables de maîtriser les troupes qu’ils recrutent. Les commentaires que l’on entend, depuis que quelques dizaines de personnes se sont installées dans la maison forestière de la Marquise à Roybon, ont de quoi effrayer. Les « zadistes » sont aujourd’hui la cible de la vindicte commune. « D’extrème gauche, révolutionnaire, révolté, anarchiste », lit-on. « Drogué, alcoolique, chômeur de profession, » entend-on. Tous s’accordant pour penser qu’ils vivent aux dépens de la collectivité dont ils reçoivent des subsides. Est-ce un nouvel appel à la chasse à l’homme ?

Mais, Monsieur, c’est surtout votre analyse de la « sous utilisation des objets (taux inférieur à5% pour une voiture, 10% pour une résidence secondaire, 30% pour un gite) qui conduit à … une surconsommation de nos ressources naturelles et qui rend nécessaire une économie de partage. Avec un taux de remplissage moyen de 90% les cottages des Center Parcs remplissent la même fonction que … 3 gîtes avec une empreinte écologique bien moindre. Cette analyse m’incite à vous envoyer ce courrier. Qui ne pourrait être d’accord avec cette inquiétude ? Elle est d’autant plus justifiée que tous s’accordent à dire l’aggravation du réchauffement climatique dont on remarque déjà les effets tragiques. Mais, pour conduire à une utilisation plus complète de l’habitat, ce n’est pas un Center Parc qu’il faut construire, mais une – ou des – prisons. Leur taux d’occupation, en juillet 2013 était de 118%, certaines d’ailleurs dépassant les 200%. Un taux de 100% serait déjà pas mal et c’est l’objectif que devrait essayer d’atteindre le conseil général.

Nous pourrions y héberger tous les roms, tsiganes, gitans, manouches, romanichels, populations sans foi et surtout sans loi venant de toute l’Europe. Nul doute que nous aurions alors des crédits du conseil européen. Les Syriens, Chrétiens irakiens, Ukrainiens de l’Est et autres, tous ces réfugiés qui créent des désordres dans les bidonvilles des grandes cités, viendraient sur le territoire des Avenières et c’est l’ONU qui nous subventionnerait. Nous pourrions aussi demander quelques subsides aux Anglais dont l’humanisme est désagréablement chatouillé par ce qui se passe à Calais et dont ils se sentent un peu responsables. Les Africains qui quittent leur pays à bord de bateaux pourris seraient aussi internés, car sans papiers. Peut-être que ceux venant de nos anciennes colonies, donc parlant français, pourraient servir de liens entre les matons et les autres prisonniers. Et là, c’est l’Italie qui nous féliciterait, débarrassée enfin du centre d’internement de Lampédusa. Quant à tous ces « Gauchistes de merde », difficile de les interner sans motifs, la cour européenne des droits de l’homme risquerait de nous condamner. Nous pourrions les rééduquer dans des centres prévus à cet effet. Et, puisqu’ils aiment tant la nature, ils seraient chargés de l’entretien du site et des abords des prisons. N’ayez crainte monsieur, Vous ne risqueriez pas, d’y rencontrer les personnages politiques, qui tel Cahuzac, prennent d’une main ce que leur glisse « les lobyistes » pour de l’autre signer le transfert de fonds vers des pays défiscalisés. – Attention, je ne dis pas que Cahuzac a été acheté, je ne veux pas avoir un procès ! Bizarre cependant que ce soit sur son intervention à la chambre des députés après sa rencontre avec Brémond, que les scandaleuses niches fiscales, dont vit Pierre et Vacances, aient été prolongées. – Les délinquants financiers, qui privent la société de milliards d’euros, ne sont guère inquiétés alors qu’on poursuit sans vergogne les « tricheurs » du RSA ou de la sécurité sociale. Il est bien entendu que le nombre d’emploi serait beaucoup plus important qu’avec la création du Center Parc. Outre le personnel de surveillance, il y aurait aussi le personnel d’entretien. Et pourquoi ne pas créer une prison modèle que l’on viendrait visiter de toute l’Europe ? Assurément, que ce soit pour les emplois, pour le commerce ou tout simplement pour la renommée du village de Roybon, ce sont des prisons dont le conseil général doit encourager la construction. Monsieur Vallini s’est rendu célèbre en impulsant un Center Parc, votre célébrité Monsieur Cottalorda dépasserait la sienne si vous faisiez revivre Roybon, les Chambarans et toute une partie de l’Isère en y faisant construire des prisons.

Michelle Pistone.

3 Réponses à “- Conseils à Monsieur Cottalorda pour devenir plus célèbre que Monsieur Vallini.”

  1. Anonyme dit :

    .
    Au sujet de la sous utilisation des objets, Michelle Pistone fait référence aux propos Alain Cottalorda, publié dans un communiqué du 1er 2014:

    - Alain Cottalorda, président socialiste du conseil général de l’Isère:
    «Le concept même du Center Parcs de Roybon est  écologique»
    http://www.ledauphine.com/isere-sud/2014/12/01/alain-cottalorda-le-concept-meme-du-center-parcs-de-roybon-est-ecologique

  2. gudule dit :

    Je suis partisan d’un referendum citoyen des communes touchées par ce projet. je vous trouve très excessive. Pourquoi parler du 17 octobre 1961 des ratonnades alors que la police faisait son travail dans des conditions difficiles
    J’aimerais vous rappellera que la propagande avait déclare 400 morts un histo

  3. gudule dit :

    Un historien Brunet en a dénombre une cinquantaine. De plus on sait qu’aujourd’hui on a attribué des morts aux français qui sont le résultat du combats FLN et mena. Hollande a déposé une plaque commemo rative Il q oublié de rendre hommage au 22 policiers français morts en service par des gens du fln la veille des évènements du 17 octobre 1961.

Laisser un commentaire

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly