- Un an après le drame de Sivens, le dialogue environnemental est en panne

Posté par admin le 27 octobre 2015

Un an après le drame de Sivens, le dialogue environnemental est en panne

Le Monde.fr | 26.10.2015 à 15h18 • Mis à jour le 26.10.2015 à 15h31 | Par Rémi Barroux

La mort de Rémi Fraisse, en octobre 2014 à Sivens dans le Tarn, a accéléré la réforme du dialogue environnemental.
La mort de Rémi Fraisse, en octobre 2014 à Sivens dans le Tarn, a accéléré la réforme du dialogue environnemental. REGIS DUVIGNAU/REUTERS

Un an après la mort du jeune militant écologiste Rémi Fraisse à Sivens, dans le Tarn, tué lors d’une manifestation contre le projet de barrage par une grenade lancée par les forces de l’ordre dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, la question reste entière : comment éviter qu’un nouveau drame ne survienne à l’occasion des grands projets d’infrastructure ? De l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, au Center Parcs à Roybon en Isère, en passant par les lignes à grande vitesse dans le Sud-Ouest, les oppositions sont nombreuses.

Les réformes du débat public et le renforcement de la démocratie environnementale promises après le drame de Sivens tardent à venir. Et les débats publics autour de certains projets restent grippés.

Bon ou mauvais projet

« Un mauvais projet doit être arrêté rapidement […] et un bon projet doit être mené à bien rapidement », avait assuré le chef de l’Etat lors de la conférence environnementale, le 27 novembre 2014.

Mais qu’est-ce qu’un bon ou un mauvais projet ? Des procédures existent déjà pour évaluer les impacts environnementaux, sociaux et économiques. L’enquête d’utilité publique, lancée par le préfet, d’une durée minimum d’un mois, permet en principe d’informer et de consulter le public à partir d’une étude d’impact. Elle débouche généralement sur une déclaration d’utilité publique, la DUP.

De nombreux dossiers font aussi l’objet d’une saisine de la Commission nationale du débat public (CNDP), créée par la loi Barnier du 2 février 1995, sur la protection de l’environnement. Cette autorité administrative indépendante a pour mission « d’informer les citoyens et de faire en sorte que leur point de vue soit pris en compte dans le processus de décision ». Quand le coût de ces équipements (création d’autoroutes, de lignes ferroviaires, de voies navigables, d’installations nucléaires, d’aéroports, de gazoducs, de barrages hydroélectriques, d’équipements industriels, sportifs, culturels, scientifiques ou touristiques) dépasse les 300 millions d’euros, la saisine du CNDP est automatique.

Enquête défavorable

Mais ces outils de la démocratie environnementale sont en panne. Les projets de ligne à grande vitesse, dans le cadre du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), par exemple, ont fait l’objet d’avis défavorables des commissions d’enquête, en mars 2015, doutant notamment de leur « utilité publique ». De son côté, la Cour des comptes avait émis des doutes sur la rentabilité financière de l’ensemble, dès l’automne 2014. Résultat : le 26 septembre, le ministre des transports, Alain Vidalies, a annoncé la validation de ce projet de lignes à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse.

Le sénateur socialiste (Val-d’Oise) Alain Richard, animateur de la Commission sur la modernisation du droit de l’environnement et chargé, en février 2015 par la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, de conduire les travaux d’une « commission spécialisée sur la démocratisation du dialogue environnemental », n’est, lui, pas choqué par ce scénario.« L’opportunité d’une ligne TGV n’est pas régie par des textes réglementaires, cela reste à l’appréciation des pouvoirs publics, y compris en surmontant des objections, explique-t-il. Nous ne travaillons pas sur une réforme de la Constitution : c’est le gouvernement qui gouverne et prend ses responsabilités. »

Lire aussi : Les opposants de Notre-Dame-des-Landes, Sivens… reçus au ministère de l’écologie

Cette commission sur la démocratisation du dialogue a présenté ses conclusions en juin. Alain Richard propose notamment d’organiser des procédures de « concertation en amont » sur des préprojets, avant que tout ne soit décidé.

Le président de la CNDP, Christian Leyrit, ingénieur général des Ponts, des eaux et forêts, n’est pas le dernier à déplorer l’inefficacité du dispositif actuel. A l’occasion de plusieurs débatsmenés par cette autorité, il a constaté l’impossibilité de faire évoluer les projets, y compris quand ceux-ci étaient contestés.

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/10/26/534×0/4797204_6_c576_les-grands-projets-d-infrastructure-mettent_41a66dd9e1454840ac2accebca9269c7.jpg

Les grands projets d'infrastructure mettent souvent des années à se réaliser, comme à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), ce qui rend inefficaces les concertations et le dialogue.

Les grands projets d’infrastructure mettent souvent des années à se réaliser, comme à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), ce qui rend inefficaces les concertations et le dialogue. ALAIN JOCARD / AFP

« Impératifs de confidentialité »

Le cas du parc éolien en mer de Dieppe-Le Tréport (Seine-Maritime), dont les conclusions du débat ont été présentées au public le 1er octobre, est emblématique. La zone maritime retenue pour ce parc de soixante-deux éoliennes est identique à celle qui avait fait l’objet d’une forte opposition des pêcheurs lors d’un précédent débat public en 2010. « C’est d’autant plus incompréhensible que des concertations approfondies avec les pêcheurs ont permis de trouver des solutions acceptables par tous », écrit M. Leyrit dans ses conclusions.

Dans le cadre de ce débat, la préfecture maritime n’a pas été en mesure, écrit le président de la CNDP, d’indiquer les modalités de la pêche ou son interdiction à l’intérieur du parc. En outre, le maître d’ouvrage n’a pas apporté les éléments économiques et financiers relatifs à son offre, invoquant des « impératifs de confidentialité liés au contexte concurrentiel ». Christian Leyrit prévient donc pour sa part qu’il ne « fera plus de débat dans de telles conditions, où l’on ne peut rien changer, où tout est décidé ».

Autre dossier : les conclusions de deux débats publics sur des projets de Center Parcs, au Rousset (Saône-et-Loire) et à Poligny (Jura), vont être présentées le 3 novembre. Là aussi, les oppositions ont été virulentes. Là aussi, l’information et la confrontation entre les protagonistes ont montré leurs limites. « Un débat public doit porter sur l’opportunité du projet, or un projet de Center Parcs est peu malléable : il correspond à un modèle clés en main peu susceptible d’intégrer les demandes de modifications des citoyens », conclut la CNDP. L’impression de« passage en force » prévaut encore.

Lire aussi : Grands projets : après le drame de Sivens, un rapport dessine les contours de la « démocratie environnementale »

Les associations de défense de l’environnement n’apprécient guère ces contradictions entre la volonté affichée de dialogue du gouvernement et la réalité. France Nature Environnement (FNE) a ainsi boycotté la dernière réunion de la commission Richard, le 14 octobre, qui devait discuter des projets d’ordonnance sur la réforme du droit environnemental. « Pendant que l’on discute dans cette commission, des décisions contraires à l’esprit du dialogue sont prises par le gouvernement, par exemple sur les lignes TGV dans le Sud-Ouest. Manuel Valls sait-il seulement ce que veut dire dialogue ? », s’insurge Denez Lhostis, président de FNE.

« Ce processus peut paraître assez long, mais le fait est que le ministère de l’écologie veut faire évoluer le dialogue environnemental, justifie Laurence Monnoyer-Smith, commissaire générale au développement durableC’est un travail de fond et complexe. »

Conflit entre l’intérieur et l’écologie

Un projet de décret de réforme de l’autorité environnementale en région est toujours en phase de rédaction. Il prévoit de transférer celle-ci à une autorité indépendante, alors que le préfet l’exerçait jusqu’alors. Mais ce dernier, dans nombre de dossiers, est aussi maître d’ouvrage, d’où de possibles conflits d’intérêts ou l’impossibilité de réaliser des médiations entre deux positions opposées. Pour se mettre en conformité avec la réglementation européenne, la France doit réformer ce système.

Mais, explique-t-on au ministère de l’écologie, les préfets et le ministère de l’intérieur ne voient guère d’un bon œil la perspective d’être dessaisis de cette prérogative. « L’indépendance de cette future autorité ne peut pas être discutée, et le préfet reste une autorité déconcentrée de l’Etat », explique Mme Monnoyer-Smith.

Les ordonnances et le décret devraient être publiés au début de l’année 2016. Ces nouveaux textes ne changeront donc rien s’agissant des dossiers déjà en cours. « L’effet modérateur qu’apportera cette réforme de la démocratie environnementale profitera aux projets qui sortiront dans les prochaines années », précise le sénateur Alain Richard.

Lire aussi : Le durcissement des conflits environnementaux

  • image: http://s2.lemde.fr/image/2014/06/18/24×24/1100512568_4_1f25_14030869959977-barroux-remi-international-201311_9da4b56e167bdda45ad0200f7f89db1e.jpg

      Rémi Barroux
    Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/10/26/un-an-apres-le-drame-de-sivens-le-dialogue-environnemental-est-en-panne_4797205_3244.html#L75Sui2BsPlUj7Bd.99

Publié dans Actualités, Archivage brut, Autres projets nuisibles et destructeurs, Presse nationale, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaire »

- Notre-Dame-des-Landes : les fausses certitudes de François Hollande

Posté par admin le 5 janvier 2015

D’abord Manuel Valls, puis André Vallini, et maintenant François Hollande …
Les déclarations des sommités de l’état semblent indiquer que le gouvernement a choisi « au nom de l’emploi » l’obéissance aveugle au dogme de la croissance et a décidé de lancer partout de « grands projets ».
Plus inquiétant, leurs paroles prononcées au futur sont à coup sur annonciatrices d’une proche épreuve de force, virulente et surement violente contre les zadistes.
Ces gens là devraient relire leurs livres d’histoire, en urgence.
En d’autres temps, pas si lointains, d’autres hommes politiques ont prétendu résoudre les crises du capitalisme en lançant de « grands travaux », pour donner du travail au peuple, l’unifier derrière ses chefs, exalter la patrie qui gagne …
Nous ne leur ferons pas l’injure de citer certains de ces hommes politiques. Ils les ont en mémoire, comme nous.
Nous ne leur ferons pas l’injure de leur rappeler comment ces civilisations des grands travaux imposés ont finalement mis le monde à feu et à sang, et les peuples à genoux.
Doit-on inlassablement laisser l’histoire se répéter ?
La civilisation du travail n’a jamais rendu libre, la destruction méthodique de la nature n’a jamais sauvé aucune civilisation !
.
.

Notre-Dame-des-Landes : les fausses certitudes de François Hollande

Le Monde.fr | 05.01.2015 à 16h46 • Mis à jour le 05.01.2015 à 17h08 | Par Rémi Barroux

  .

Dans la ZAD, la zone à défendre, les constructions des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD
Dans la ZAD, la zone à défendre, les constructions des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes se fera, dès que les recours auront été épuisés. La déclaration de François Hollandelors de son interview sur France Inter lundi 5 janvier, annonce-t-elle un prochain démarrage du chantier au nord de Nantes et la réouverture du conflit avec les zadistes installés dans le bocage ?

Le 18 décembre dans Ouest France, le premier ministre Manuel Valls avait été encore plus précis sur le calendrier, évoquant la mi-2015 pour la construction de l’aéroport. En réalité, le début des travaux pourrait bien être renvoyé à plusieurs années, et peut-être après le rendez-vous de l’élection présidentielle de 2017 qui était, à l’origine, la date annoncée de mise en service de la nouvelle plate-forme aéroportuaire, sise dans le bocage nantais.

Nombreux recours

Les deux arrêtés préfectoraux pris en décembre 2013 sur la protection des espèces et la loi sur l’eau ont été attaqués devant la juridiction administrative, que ce soit pour le chantier du futur aéroport ou celui des dessertes routières de la plate-forme. « Plusieurs requérants, associations, élus, etc. ont visé ces deux textes. Le tribunal devrait statuer vers la fin mars ou le mois d’avril, estime Raphaël Romi, l’un des avocats des opposants à l’aéroport. Si la décision nous est défavorable, nous ferons appel, puis nous irons devant le Conseil d’Etat en cas de nouvelle décision défavorable et, enfin, devant la Cour de justice de l’Union européenne. »

Le chef de l’Etat entend-il vraiment respecter tous ces délais ? « Chiche, nous prenons au mot M. Hollande et voulons bien que les travaux ne commencent qu’après toutes les démarches effectuées, y compris devant l’Europe, avance Me Romi. D’autant que le permis de construire de l’aéroport n’a toujours pas été accordé officiellement et s’il ne correspond pas à la déclaration d’utilité publique, ce qui est probable, nous l’attaquerons aussi. »

Huit autres recours, non suspensifs, ont été déposés, fin octobre 2014, devant les tribunaux administratifs de Nantes, Rennes et Paris concernant les aides apportées par les collectivités locales à Aéroport du Grand Ouest (AGO), filiale de Vinci« 38 millions d’euros ont été versés à AGO avant que la Commission européenne ne notifie la compatibilité de ces versements avec le marché, par des collectivités locales, comme les assemblées régionales de Bretagne et des Pays de la Loire, le conseil général de Loire-Atlantique, Nantes Métropole, etc. détaille Thomas Dubreuil, avocat des requérants. Nous avons demandé à ces collectivités d’exiger le remboursement de ces sommes versées entre 2011 et fin 2013, mais elles ne l’ont pas fait. »

Demandes européennes

Le tour d’horizon de cette guérilla judiciaire ne serait pas complet sans évoquer les démarches effectuées par la Commission européenne à l’égard de la France sur ce dossier. Une mise en demeure avec des questions précises avait été envoyée, fin février 2014. « La France avait obtenu un délai pour répondre mais il faut maintenant étudier les arguments du gouvernement, fait valoir Yannick Jadot, député européen Europe Ecologie-Les Verts. Plusieurs points de la réglementation européenne n’étaient pas respectés, s’agissant des mesures de compensation pour la destruction de zones humides, ou sur le processus de consultation du public et la proposition d’alternatives. » Les opposants ont demandé à être reçus à nouveau par la commission des pétitions du Parlement européen

Ce dialogue entre la France et Bruxelles fait-il aussi partie des échéances dont M. Hollande dit vouloir attendre les conclusions ? Du côté de la préfecture de Loire-Atlantique, « le dossier européen n’en est qu’à une étape pré-contentieuse, il est donc exclu des recours dont il faudraiattendre l’issue ».

Les difficultés ne sont pas que juridiques. Le déménagement de certaines espèces protégées constitue un autre obstacle : les fûts (troncs d’arbre) qui abritent les grands capricornes, les tritons crêtés ou marbrés, ne pourront être déplacés avant plusieurs mois, pas avant l’automne.

Pour autant, ces différentes entraves ne rassurent pas les opposants qui craignent la détermination d’un Manuel Valls, soucieux d’asseoir l’autorité de l’Etat. Et l’emploi par M. Hollande du futur – « quand les recours seront épuisés, le projet sera lancé »  inquiète les anti-aéroports. « Les jeux sont faits, le tribunal ne nous donnera pas raison et il accélère même les rythmes, s’offusque Françoise Verchère, conseillère générale (Parti de gauche) de Rezé et animatrice du Collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (CeDpa). Il y a des recours, mais on sent que le chef de l’Etat prépare l’opinion au démarrage des travaux, c’est le sens du discours sur le marqueur, l’investissement nécessaire »

Risque de nouvelles violences

La ZAD, contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a été le théâtre à de nombreuses reprises, en 2013, d'affrontement entre gendarmes et opposants.  AFP PHOTO / FRANK PERRY
La ZAD, contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a été le théâtre à de nombreuses reprises, en 2013, d’affrontement entre gendarmes et opposants. AFP PHOTO / FRANK PERRY | FRANK PERRY / AFP

Il reste que cette décision de démarrer le chantier est d’abord et avant tout politique. Pour engager les premiers coups de pelle et couper les premiers arbres de cette zone humide, il faudra au préalable évacuer les dizaines, voire centaines, d’opposants disséminés dans les cabanes et maisons érigées depuis deux ans dans la zone à défendre, la ZAD.

Le gouvernement et la majorité socialiste prendront-ils le risque, à la veille de l’élection présidentielle, d’un conflit qui promet d’être plus violent encore qu’à Sivens dans le Tarn, où un jeune opposant au projet de barrage a été tué, le 26 octobre 2014, lors des affrontements avec les gendarmes ? Rien n’est moins sûr.

Dans un courrier adressé, le 22 décembre, au premier ministre, le président socialiste du conseil général de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet, exprime ses inquiétudes. « La mort d’un homme, à Sivens, doit nous alerter. L’usage de la force, le recours aux experts ne suffiront pas à faire, comme je le souhaite, du projet de transfert de l’aéroport, une réussite », dit ce fervent partisan de l’aéroport. L’Etat a la lourde mission d’assurer l’ordre et la tranquillité publique sans jamais générer davantage de désordres que le trouble initial. (…) Une nouvelle intervention des forces de l’ordre, sans discussion, sans planification, aboutirait à de nouvelles violences. »

M. Grosvalet rappelle au chef du gouvernement la précédente opération César qui, en octobre 2012, avait mis le bocage nantais à feu et à sang. Cette opération « qui a abouti à une radicalisation de la situation, au détriment de la population, sans permettre la mise en œuvre sereine du projet, invite à la plus grande vigilance. Un nouvel échec signifierait probablement la fin du dossier. » C’est probablement cet ultime argument, plus que les échéances judiciaires, qui risque de tempérer les ardeurs aéroportuaires du couple exécutif.


Source:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/01/05/notre-dame-des-landes-les-fausses-certitudes-de-francois-hollande_4549533_3244.html

.
.
.

Publié dans Actualités, Autres projets nuisibles et destructeurs, Communication des institutionnels, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Center Parcs de Roybon : Pierre et Vacances prêt à un compromis (??…)

Posté par admin le 28 décembre 2014

C’est marrant, en 2010, déjà, le père Brémond avait dit à la presse, suite aux blocages juridiques, qu’il était prêt à rencontrer les opposants pour discuter ….
Son avion n’a jamais atterri en Isère !
Et Vallini, lui, avait nommé une médiatrice …
Sa voiture ne s’est jamais garée à Roybon, ah, si, une fois, pour aller essayer de voir des riverains un par un, ce qu’ils ont refusé !

Et de toute façon, personne ne parle « d’aménager » son projet …
Surtout quand le préalable est qu’il ne reviendra sur rien …

Il attend des suggestion des opposants ?
Nous, on en a bien une, mais elle est impolie …

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Presse nationale | 3 Commentaires »

- Coup d’arrêt pour les travaux du Center Parcs de Roybon

Posté par admin le 25 décembre 2014

Coup d’arrêt pour les travaux du Center Parcs de Roybon

23 DÉCEMBRE 2014 |  PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Archivage brut, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- A Roybon, ZAD en formation

Posté par admin le 25 décembre 2014

A Roybon, ZAD en formation Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Archivage brut, Dans les sites et les blogs, Presse nationale | 1 Commentaire »

- Moi, Martin, 20 ans, zadiste à visage découvert

Posté par admin le 15 décembre 2014

Une maison occupée par les "zadistes" pour empêcher le projet de centre de loisirs du groupe Pierre & Vacances à Roybon, dans l'Isère.

Publié dans Actualités, Presse nationale, ZAD Roybon | Pas de Commentaire »

- Les partisans du Center Parcs de Roybon marchent aussi ( ou quand le populisme ravi défend les destructions )

Posté par admin le 7 décembre 2014

 

 

 

A propos de la manifestation des « pour » du 7/12/2014.

 Cette manifestation a été appelée par l’ensemble des partis institutionnels, par mails privés et annonces publiques, par une très forte majorité d’élus, invitant par courriers leurs pairs de l’Isère et de la Drôme à s’y rendre en famille et  par l’ensemble des organisations patronales. Le PS, l’UMP, L’UDI, le FN se sont retrouvés ensemble et complices à battre le sentier avec les syndicats patronaux. Elle est pas belle la grande union nationale ? Et les organisateurs, « commerçants et artisans de Roybon pour Center Parcs » se nomment  » la majorité silencieuse ». Un peu de relents de poujadisme, non ?

1200 personnes présentes, à la lumière de ces appels massifs, ne nous semble pas une participation significative. 

Nous ne la nions pas, mais savons remettre les choses à leur place. 

Nous notons également la propagande de peur qui a été organisée autour des  » zadistes » dépeints comme des « anarchistes,  feignants, sales, casseurs, saccageurs » venus de partout et même de toute l’Europe pour semer la terreur à Roybon. De nombreuses rumeurs de casse circulent, non étayées et non validées par la gendarmerie.

Nous notons qu’alors que le maire de Roybon a prétendu devant les micros que 98% des roybonnais étaient pour le projet, les 1200 personnes présentes ( ce qui correspond à l’ensemble de la population) à cette manifestation sont venues de loin en voiture ( parking à l’entrée du village saturé). Or, c’est ce  que les partisans nous reprochaient, nous traitant d’étrangers qui se mêlent des affaires des roybonnais.

Alors, il y a donc les bons étrangers, aliénés à la propagande de Center Parcs et les mauvais étrangers la dénonçant ??

Du temps de la décharge que le préfet voulait imposer à Roybon (2006/2007/2008), les écologistes étaient les bienvenus à Roybon pour grossir les troupes d’opposants …

 

Nous regardons les panneaux-slogans de cette manif.

 

 » laissez nous travailler  » … pour 319 euros par mois, en cdd ?
Et de toute façon, une société qui doit détruire pour « créer du travail » n’est-elle pas une société à l’agonie qu’il est suicidaire de continuer?
Et qui porte ces panneaux ? Des chômeurs ? Ou des commerçants et petits patrons qui parlent en leur nom ? Disons plutôt: « laissez nous détruire « , sans réfléchir à ce que l’on fait pour le bienfait des caisses des gérants de trois ou quatre sociétés à l’oeuvre pour seulement 1 an .
A Toulouse, la FDSEA, le syndicat des agriculteurs industriels, a eu dans une autre manif contre les zadistes de Stivens le même slogan, ou presque:  » Laissez nous produire « , à traduire, en fait par « laissez nous continuer à ravager la terre par les pesticides et à entasser des animaux-machines dans des structures industrielles ».

 

 » Oui au renouveau du village » … en instituant cette misère sociale  et ce précariat organisé ?
( le nombre d’emplois annoncé, l’est sur la base d’une occupation à 90%, qui n’est atteinte qu’en période de vacances scolaires, on travaille « au coup de sifflet » chez Center parcs ).

 

« L’avenir de nos enfants c’est maintenant » … En leur volant à jamais ce patrimoine forestier et en laissant un nouveau seigneur disposer à son gré de leur « force de travail », leur temps, leur vie ?

 

« Chantier autorisé » … Et si la justice l’interdit à la suite des plaintes déposées, on détruit d’abord et on verra après ?

 

 » Zadiste, les Chambarans c’est pas ton pays », variante du nationaliste « on est chez nous » ( mais le fn était officiellement dans le cortège et madame d’Ornano y dénonçait le « diktat des écologistes »). Mais à qui appartient l’eau détruite qu’on empêche autoritairement de se répandre chez les populations voisines ??? A qui appartient l’air que les forêts ne purifieront plus ???  Et plus généralement à qui appartiennent les territoires de cette planète ? Pierre et Vacances et ses complices ont le droit de dessiner des frontières et de les fermer à qui ils veulent ?

 

Rien de nouveau, au fond, sous le soleil.

Le monde capitaliste exige des destructions et des sacrifices pour ses intérêts privés et pour assoir son pouvoir. Il associe par la propagande et la peur la population ouvrière à ses diktats au nom du travail bienfaiteur et rassembleur. Mussolini et Hitler n’en disaient pas moins …

Les camps de vacances de Center Parcs sont aussi des camps d’aliénation collective et de travail forcé .

 

 » ARBEIT MACHT FREI « 

 

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Communication des partisans, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- A Roybon, une marche aux flambeaux « pour que la nature reprenne ses droits »

Posté par admin le 7 décembre 2014

A Roybon, une marche aux flambeaux « pour que la nature reprenne ses droits »

Le Monde.fr | 07.12.2014 à 03h00 • Mis à jour le 07.12.2014 à 09h13 | Par Camille Bordenet (Envoyée spéciale à Roybon (Isère))

Publié dans Actualités, Archivage brut, Presse nationale | 1 Commentaire »

- A Roybon, partisans du Center Parcs et zadistes se mènent une guerre des nerfs

Posté par admin le 5 décembre 2014

 

A Roybon, partisans du Center Parcs et zadistes se mènent une guerre des nerfs

Publié dans Actualités, Archivage brut, Presse nationale | 1 Commentaire »

- Center Parcs de Roybon: les zadistes jouent au chat et à la souris

Posté par admin le 4 décembre 2014

 

Center Parcs de Roybon: les zadistes jouent au chat et à la souris

AFP 4 DÉCEMBRE 2014 À 19:20 (MIS À JOUR : 4 DÉCEMBRE 2014 À 19:42) Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Archivage brut, Presse nationale, ZAD Roybon | 1 Commentaire »

- Sivens, Notre Dame des Landes, Center Parcs en Isère… Les cinq projets les plus décriés de France

Posté par admin le 4 décembre 2014

Sivens, Notre Dame des Landes, Center Parcs en Isère… Les cinq projets les plus décriés de France

Publié dans Actualités, Archivage brut, Autres projets nuisibles et destructeurs, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- «Le Center Parcs de Roybon se fera» (Brémond)

Posté par admin le 4 décembre 2014

«Le Center Parcs de Roybon se fera» (Brémond)

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Archivage brut, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Center Parcs de Roybon : élus, zadistes, écolos… qui veut quoi ?

Posté par admin le 4 décembre 2014

Center Parcs de Roybon : élus, zadistes, écolos… qui veut quoi ?

Publié dans Actualités, Archivage brut, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Mobilisation des opposants au Center Parcs de Roybon

Posté par admin le 3 décembre 2014

Mobilisation des opposants au Center Parcs de Roybon

Le Monde.fr avec AFP | 30.11.2014 à 08h58 • Mis à jour le 30.11.2014 à 13h36

Le projet de Center Parcs de Roybon, en Isère, est qualifié de « carnage » pour l'environnement.

Plusieurs centaines de personnes ont prévu de manifester, dimanche 30 novembre, en milieu de journée, dans la forêt de Chambaran, à quelques kilomètres au nord du plateau du Vercors contre le projet de Center Parcs de Roybon, qualifié de « carnage » pour l’environnement.

Organisé par le collectif ZAD (zone à défendre) Roybon, c’est au moins le troisième rassemblement contre le projet dans la région depuis le lancement des travaux de défrichement, le 20 octobre. Cette nouvelle manifestation a lieu après l’annonce par le président de la République de sa volonté d’ouvrir le grand chantier d’une démocratie plus locale et participative sur les projets d’aménagement ayant des impacts sur le territoire.

« NOUVEAU SIVENS »

Depuis quatre ans, les promoteurs du projet et leurs opposants se livrent une bataille judiciaire sans relâche. Le 3 octobre, le préfet de l’Isère avait pris un arrêté validant le projet, après un avis consultatif favorable du conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires. L’enquête publique avait en revanche rendu cet été un avis défavorable, pointant l’impact néfaste du futur complexe touristique sur l’environnement. Qualifiant le projet de « rédhibitoire », elle a notamment pointé l’absence de débat public et un impact sur les zones humides évalué « au minimum » entre 110 hectare et 120 hectares. « Dix fois Sivens ! », crient les opposants.

Recharger son véhicule depuis son mobile c‘est possible ?

- Mobilisation des opposants au Center Parcs de Roybon dans ActualitésRecharger son véhicule depuis son mobile c‘est possible ?Connaître l’état de la batterie, programmer la recharge avant son départ, le tout depuis son mobile… autant de possibilités offertes par l’Audi A3 Sportback e-tron et ses services Audi connect.

La situation « est en train de passer au stade d’un nouveau Sivens », estime Francis Meneu, président de la Frapna (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature) Isère. La référence aux manifestations contre le barrage de Sivens ou l’aéroport Notre-Dame-des-Landes revient régulièrement dans la bouche des opposants, qui espèrent provoquer un débat national sur le dossier.

Avec la Frapna et la Fédération de pêche de la Drôme, l’association d’opposants Pour Chambaran sans Center Parcs (PCSCP) a déposé un recours en référé au tribunal administratif de Grenoble pour faire arrêter l’abattage des arbres, qui touche déjà plus de 30 hectares. Une audience est prévue le 12 décembre.

CRÉATION D’EMPLOIS

A l’issue des travaux, le site s’étendra sur 150 hectares, soit « 0,42 % de la superficie totale de la forêt », souligne le groupe Pierre & Vacances, qui met en avant aussi 697 emplois créés et des retombées fiscales pour les collectivités locales. Ces arguments ont convaincu une grande partie des élus isérois, de droite comme de gauche, au premier rang desquels le secrétaire d’Etat André Vallini (PS), ancien président du conseil général.

« Les commerçants attendent Center Parcs avec impatience. On a besoin d’activité économique. Sous prétexte qu’on a 33 000 hectares de forêt, on ne va pas rester à regarder tomber les châtaignes à l’automne », fait valoir Marcel Bachasson, conseiller général (UMP) et ancien maire de Roybon (2001-2014).

DÉGRADATIONS SUR LE CHANTIER

Pierre & Vacances assure au contraire avoir conçu le projet « dans le plus grand respect de l’environnement », selon Eric Magnier, directeur grands projets du groupe Pierre & Vacances-Center Parcs, qui dénonce des « contre-vérités » et évoque seulement 76 hectares de zones humides détruites. La construction des résidences doit commencer à l’automne 2015.

S’il voit le jour, fin 2017, le Center Parcs de Roybon sera le sixième en France et le 25e en Europe. Le chantier fait l’objet de « harcèlement » et d’actes de« vandalisme » presque « toutes les nuits », avec des clôtures détériorées, des piquets de géomètre déplacés et un incendie de matériel, selon Eric Magnier. « On est obligé de déplacer les engins de défrichement toutes les nuits », a-t-il précisé, expliquant que les travaux avaient déjà pris quinze jours à trois semaines de retard.

Source:
http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/11/30/mobilisation-des-opposants-du-center-parcs-de-roybon_4531653_3244.html

Publié dans Actualités, Archivage brut, Presse nationale | 2 Commentaires »

- Les opposants au Center Parc de Roybon occupent une maison forestière

Posté par admin le 3 décembre 2014

Les opposants au Center Parc de Roybon occupent une maison forestière

AFP 1 DÉCEMBRE 2014 À 12:00
Entre 600 et 1 000 zadistes ont manifesté dimanche dans la forêt de Chambaran.
Entre 600 et 1 000 zadistes ont manifesté dimanche dans la forêt de Chambaran. (Photo Philippe Desmazes. AFP)

Le collectif Zone à défendre souhaite empêcher la construction d’un village de vacances à Roybon qui aurait un impact néfaste sur l’environnement. Dimanche, une manifestation a rassemblé près de 1 000 personnes dans la forêt de Chambaran.

Des opposants au projet de Center Parcs de Roybon (Isère) occupent une maison forestière à proximité du chantier de défrichement depuis dimanche soir, ont-ils annoncé dans un communiqué. Membres du collectif Zad (Zone à défendre) Roybon, ces opposants participaient à la manifestation qui a rassemblé entre 600 et 1 000 personnes dimanche dans la forêt de Chambaran.

«Notre promenade s’est achevée à la maison forestière de la Marquise, propriété abandonnée de l’ONF (Office national des forêts, ndlr) que nous occupons massivement (…) jusqu’à l’abandon définitif du projet de Center Parcs», écrivent-ils. La gendarmerie a confirmé cette occupation illégale.

La maison forestière de la Marquise, située à 5 km du village de Roybon, est en cours de vente par l’ONF. Elle ne se situe pas sur le terrain de Pierre & Vacances-Center Parcs, destiné à abriter le village de vacances. «Cette maison nous servira de base arrière pour organiser notre lutte pour une forêt sans Center Parcs», écrivent les«zadistes»«Pierre, les vacances sont finies!», concluent-ils.

 697 CRÉATIONS D’EMPLOIS

Les opposants au projet mettent notamment en avant l’enquête publique qui a rendu cet été un avis défavorable, pointant l’impact néfaste du futur complexe touristique sur l’environnement. Le Center Parcs de Roybon doit accueillir un millier de cottages, des commerces et des restaurants autour de l’«Aquamundo», une bulle transparente maintenue à 29°c, avec piscine, jacuzzi, etc. Le projet prévoit 697 créations d’emplois et d’importantes retombées fiscales pour les collectivités locales.

La construction des résidences doit commencer à l’automne 2015. S’il voit le jour, fin 2017, le Center Parcs de Roybon sera le 6e de France et le 25e en Europe. Le tribunal administratif de Grenoble doit examiner le 12 décembre plusieurs recours d’associations demandant la suspension des travaux de défrichement. Plus de 30 hectares de forêt ont déjà été abattus.

Source:
http://www.liberation.fr/societe/2014/12/01/les-opposants-au-center-parcs-de-roybon-occupent-une-maison-forestiere_1154316

Publié dans Actualités, Archivage brut, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- La contestation enfle contre le projet de Center Parcs à Roybon

Posté par admin le 3 décembre 2014

La contestation enfle contre le projet de Center Parcs à Roybon

Publié dans Actualités, Archivage brut, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- En Isère, l’implantation contestée d’un Center Parcs ( Le Figaro )

Posté par admin le 26 novembre 2014

.

Reprise à but informatif:

.

 

En Isère, l’implantation contestée d’un Center Parcs

Des opposants à l'implantation du complexe touristique lors d'une manifestation le 16 novembre.
 

VIDÉO – Malgré l’avis défavorable de la commission d’enquête publique, le préfet a donné son feu vert à la construction du complexe touristique dans le massif des Chambaran, classé zone naturelle sensible.

• Quel est ce projet?

À l’automne 2007, la société Pierre & Vacances entame les premières démarches auprès de la ville de Roybon, dans l’Isère, pour installer un Center Parcs dans le massif des Chambaran. 1000 cottages, un espace aqualudique, des boutiques et restaurants, ainsi qu’une salle de congrès seront déployés sur environ 200 hectares. La vaste base de loisirs devrait s’accompagner de la création de 700 emplois permanents, dont 468 à temps plein, et générer 12 millions d’euros par an de retombées économiques, indique le protocole d’accord signé entre l’État et Pierre & Vacances.

L’investissement global est évalué à 387 millions d’euros. Le conseil général participe à hauteur de 15 millions d’euros, répartis entre la modernisation des réseaux d’eau et d’assainissement ainsi que l’aménagement des voies d’accès et de stationnement. La communauté de commune participera pour 4,5 millions d’euros aux travaux d’assainissement. La région Rhône-Alpes doit débloquer 7 millions d’euros destinés à la formation.

• Pourquoi est-il contesté?

Comme à Sivens ou Notre-Dame-des-Landes, le «Center Parcs de la forêt de Chambaran» est qualifié de «grand projet inutile et imposé» par ses détracteurs. Ils s’appuient sur l’avis négatif d’une enquête publique publiée en juillet dernier : «À l’examen de toutes les observations, tant écrites qu’orales, du public (…) et après avoir auditionné des experts, la commission émet unanimement un avis défavorable au projet». Absence de délimitation et de caractérisation de la zone humide, sous-évaluation de la surface détruite et impactée, insuffisance des mesures compensatoires, risques de crues et d’érosion… Au total, douze points rédhibitoires sont exposés. «Le site est sensible sur le plan environnemental, avec la présence de deux Zones Naturelles, de corridors écologiques et d’un site Natura 2000», rappelle la commission.

Les anti font aussi le parallèle avec le barrage de Sivens. Un projet pour lequel la Commission publique a rendu un avis positif et où 13 hectares de zones humides doivent être détruites contre 76 à Chambaran. Ces zones humides jouent notamment un rôle pour les nappes phréatiques qui alimentent une centaine de communes en eau potable. Le projet met aussi en péril l’habitat de près de 35 espèces animales et végétales protégées.

Par ailleurs, sur les 727 observations du public recueillies dans l’enquête, 60 % y sont opposés.

• Qui sont ces opposants?

L’implantation du village est contestée par les défenseurs de l’environnement. La fédération de pêche de la Drôme, la fédération de Protection de la Nature (Frapna) d’Isère et de la Drôme ont multiplié les recours en justice. Depuis 2010, une association d’habitants Pour les Chambaran Sans Center Parcs informe et mobilise contre le projet. Ces dernières semaines, des zadistes ont également fait leur apparition dans la fôret, devenue une Zone à défendre (ZAD). La contestation a pris de l’ampleur: ils étaient 600 à manifester la semaine dernière et une nouvelle journée d’action est prévue le 30 novembre.

Les élus d’Europe-Ecologie-Les Verts sont aussi sur le front. Sur France Bleu Isère, la députée européenne d’EELV Michèle Rivasi a appelé Ségolène Royal à stopper le chantier de défrichement de Roybon qui a démarré «alors que les commissaires enquêteurs avaient donné un avis négatif». La ministre de l’Environnement, pour l’instant muette sur le sujet, est prévenue: «Tu arrêtes Sivens mais il faut arrêter le Center Parcs aussi. Sinon on va avoir des violences comme on a eu à Sivens», a lancé l’élue écologiste.

• Quels sont les arguments des partisans?

De gauche comme de droite, la majorité des élus des collectivités locales se sont déclarés favorables au projet. Le nouveau maire de la commune de Roybon, Serge Perraud, a signé la vente du terrain le 17 octobre. «Ce qu’il faut retenir c’est que le projet va générer 450 équivalents temps plein», a-t-il déclaré sur France 3 Alpes. Dans un contexte de crise, l’arrivée de Center Parcs est «une vraie bouffée d’oxygène» pour les entreprises de BTP. Des citoyens pro Center Parcs se sont aussi regroupés autour de l’association Vivre en Chambaran.

De son côté, Pierre & Vacances assure avoir pris en compte les observations de la commission d’enquête et réaliser un ouvrage respectant l’écosystème local. La capacité du bassin principal de stockage des eaux pluviales a par exemple été revue à la hausse, en passant de 2500 m3 à 8500 m3.

• Où en sont les travaux?

L’ouverture, initialement prévue pour 2013, a été reculée à 2017 suite aux recours judiciaires. En octobre, après un avis favorable du Conseil départemental de l’environnement, le préfet de l’Isère a publié deux arrêtés préfectoraux au titre de la Loi sur l’Eau et des espèces protégées autorisant Pierre & Vacances à commencer les travaux. Le groupe a aussitôt entamé le défrichement. «Cela va se passer en trois phases: d’abord, nous procéderons à la coupe du bois. Ensuite, l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) va réaliser des fouilles. Enfin, nous passerons au dessouchage. Tous ces travaux vont durer jusqu’au début de l’été 2015», indique Eric Manier, le directeur grands projets du groupe.

«Ils travaillent sept jours sur sept pour accélérer et passer en force», déplore Stéphane Perron, président de l’association Pour les Chambaran sans Center Parcs. De nouveau, l’association va déposer une requête en référé et une sur le fond devant le tribunal administratif de Grenoble pour dénoncer l’illégalité de l’autorisation préfectorale. Elle joint ainsi les derniers recours déposés par les pêcheurs de la Drôme et la Frapna. Une démarche soutenue par les écologistes. «Il y a une grosse fragilité juridique du projet, il pourrait être déclaré illégal sur le fond», espère Olivier Bertrand, conseiller général EELV.

«Les observations pertinentes ont été prises en compte dans l’autorisation délivrée, notamment une obligation de réaliser des écuroducs (passage à écureuils) sur la route départementale et la voie d’accès», se justifie le préfet, qui rappele que les travaux sont «réalisés avec des autorisations délivrées dans le respect des procédures».

 

 

 

 

 

 

.

Source:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/11/24/01016-20141124ARTFIG00177-en-isere-l-implantation-contestee-d-un-center-parcs.php

.

.

.

 

Publié dans Actualités, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Barrage de Sivens, Center parcs en Isère : mêmes causes, mêmes effets ?

Posté par admin le 1 novembre 2014

Barrage de Sivens, Center parcs en Isère : mêmes causes, mêmes effets ?

Publié dans Actualités, Autres projets nuisibles et destructeurs, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- La valse des directeurs généraux se poursuit chez Pierre et Vacances

Posté par admin le 23 octobre 2014

La valse des directeurs généraux se poursuit chez Pierre & Vacances

Publié dans Actualités, Pierre et Vacances bilans et gestion, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Mouvement de grève à Center parcs de Chamouille

Posté par admin le 11 octobre 2014

Mouvement de grève à Center parcs de Chamouille
Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Emploi, Non classé, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Trois projets de Center Parcs contestés en régions

Posté par admin le 5 juin 2014

 

Trois projets de Center Parcs contestés en régions

Les Center Parcs s’articulent autour d’un espace aquatique

Les Center Parcs s’articulent autour d’un espace aquatique - D.R.

Lire la suite… »

Publié dans Archivage brut, Presse nationale, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaire »

- Le projet Villages Nature d’Euro Disney a trouvé son financement

Posté par admin le 25 mai 2014

Le projet Villages Nature d’Euro Disney a trouvé son financement

Lire la suite… »

Publié dans Archivage brut, Pierre et Vacances bilans et gestion, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Center Parcs à la recherche de financements internationaux

Posté par admin le 10 avril 2014

Center Parcs à la recherche de financements internationaux

  •  
    • Par Jean-Bernard Litzler
    • Mis à jour le 10/04/2014 à 10:11
    • Publié le 10/04/2014 à 06:03
Présent à travers l'Europe de l'Ouest, Pierre & Vacances Center Parcs (ici son installation d'Avoriaz en Haute-Savoie) est à la recherche d'investisseurs internationaux. Crédit: DR
 

Déjà présent dans plusieurs pays d’Europe, le groupe Pierre & Vacances Center Parcs se dote d’une nouvelle structure pour séduire les investisseurs asiatiques, moyen-orientaux ou d’Europe de l’Est.

Et si les villages de vacances Center Parcs allaient financer leurs bungalows et leurs bulles tropicales du côté de la Hongrie, de Dubaï ou de la Thaïlande? Né aux Pays-Bas voilà 45 ans, ce concept de loisirs s’est bien étendu depuis à travers l’Europe depuis. Le groupe français Pierre & Vacances Center Parcs qui les exploite compte pas moins de 25 domaines (dont 9 aux Pays-Bas, 5 en Allemagne et 4 en France) et envisage désormais de trouver des investisseurs dans des endroits plus reculés.

Le groupe a annoncé mercredi la création d’un nouveau pôle, baptisé W2-IM (pour Worldwide Invest Management). Cette petite structure dirigée par Isabelle de Wavrechin, présente de longue date dans le groupe, sera implantée à Londres et aura pour mission de «rechercher des capitaux et partenariats étrangers en particuliers au-delà des frontières de l’Europe de l’Ouest», selon un communiqué. C’est notamment le succès des projets récents du groupe, en Moselle, dans la Vienne ou en Allemagne, qui a poussé le groupe dans cette direction. Ce type d’investissement immobilier a trouvé sans trop de difficulté des investisseurs particuliers ou institutionnels, privés et publics, français ou étrangers.

Des projets en format réduit

Alors que les projets actuels du groupe sous différentes marques (Center Parcs mais aussi Adagio, Pierre & Vacances ou les Sénioriales) représentent un potentiel de plus d’un milliard d’euros, l’heure est venue d’élargir les sources de financement et les implantations possibles. Parmi les régions identifiées: les pays de la zone Asie-Pacifique, du Moyen-Orient ainsi que l’Europe centrale et orientale. La prospection ne fait que démarrer, aucun projet n’est actuellement en cours.

À côté de cette prospection internationale, Pierre & Vacances Center Parcs a également annoncé le mois dernier le lancement de Center Parcs en format réduit dans le Jura et la Saône-et-Loire. Ces installations dont l’ouverture est prévue pour l’été 2018 comporteront 400 cottages, un peu moins de la moitié de la taille standard des domaines français.

Source:
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/10/01016-20140410ARTFIG00017-center-parcs-veux-exporter-son-modele-hors-d-europe.php

 

Publié dans Archivage brut, Pierre et Vacances bilans et gestion, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Le Center Parcs de Roybon maintes fois classé dans les projets inutiles et destructeurs.

Posté par admin le 8 juillet 2013

. Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Autres projets nuisibles et destructeurs, Dans les sites et les blogs, Presse nationale, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaire »

- Chambard dans les Chambarans – article pour la revue Silence

Posté par admin le 5 juin 2013

L’opposition contre la démolition du parc Gezi à Istanbul  a déclenché une répression féroce qui a gagné aujourd’hui toute la Turquie. À l’origine du mouvement de contestation, la volonté des pouvoirs publics de construire une réplique d’anciennes casernes militaires de l’empire ottoman qui accueillerait un centre culturel, un musée et un centre commercial en plein centre-ville, en lieu et place du parc de Gezi, près de la place Taksim. Lorsque les bulldozers ont commencé à arracher les arbres du parc, des manifestants se sont interposés devant les machines.  La violence des forces de l’ordre s’est faite immédiatement et  sans limite et a provoqué la mort de deux personnes et fait plus d’un millier de blessés. La contestation qui demande actuellement la démission du premier ministre, Recep Tayyip Erdogan. s’est rependue dans une soixantaine de villes. « Depuis dix ans, Istanbul connaît une inflation de projets d’aménagement, qui s’est accélérée ces deux dernières années. Le premier ministre veut en faire la vitrine internationale de la Turquie, explique Benoit Montabone, géographe à l’université de Rennes et spécialiste de l’urbanisation turque. Recep Tayyip Erdogan cherche à se poser en bâtisseur avant l’élection présidentielle. » (cf. « Des projets d’urbanisme démesurés à l’origine des émeute d’Istanbul » in Le Monde du 5juin 2013)

 

« Le pays tout entier est vendu à des sociétés par le gouvernement, pour la construction de centres commerciaux, des condominiums de luxe, des autoroutes, des barrages et des centrales nucléaires » nous rapporte le blog Insanlik Hali dans l’article : « Que se passe-t-il à Istanbul ? » (http://defnesumanblogs.com/2013/06/01/what-is-happenning-in-istanbul/ traduit par Atlas Alternatif : http://atlasalternatif.over-blog.com)

 

Cette réalité dépasse bien évidemment les frontières turques. La mégalomanie de certains élus et technocrates et le fait de vouloir faire des territoires des vitrines alléchantes pour attirer les clients (qui bénéficieront de toutes les infrastructures de transports qu’on leur aura aménagées)  sont inhérents à la société capitaliste actuelle qu’elle soit administrée par l’AKP (Parti de la justice et du développement) comme en Turquie ou par d’autres comme partout ailleurs. En France aussi les projets et les profits se multiplient : la revue Silence du mois de juin consacre un dossier sur les contestations aux « grands projets inutiles imposés » auquel nous avons été invités à participer. Le lecteur pourra donc retrouver un article sur le projet de Center Parcs dans les Chambarans et notre opposition que nous vous livrons ci-dessous et en pièce jointe. Vous pourrez également consulter dans ce dossier de la revue Silence un article sur l’opposition à l’A831, un article sur la lutte contre la ligne grande vitesse Lyon-Turin, un autre sur l’opposition paysanne à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et  un dernier à propos de la lutte contre la construction à Flamanville du réacteur EPR.

 

Quelques opposants à Center Parcs

 

 

Pour l’imprimer :fichier pdf Chambard dans les Chambarans – Silence

______________________________

 

Chambard dans les Chambarans

Contrairement aux projets de centrales nucléaires, décharges, aéroports ou autoroutes, en général mal accueillis par les riverains ou les environnementalistes pour ce qu’ils engendrent de nuisances, pollutions et dangers palpables, le projet de Center Parcs isérois se voyait au début plutôt peu critiqué, voire accepté.

 

Dès le départ fin 2007, la communication de ses promoteurs fut adroitement tournée sur la « région à l’agonie », les « centaines d’emplois créés », et l’assurance d’une exemplarité sur son « impact environnemental ». Un vrai sauvetage écologiste et durable de la région ! C’est dans ce contexte qu’une opposition a dû se constituer.

 

Mais de quoi s’agit-il au juste ? Si ce projet voyait le jour, il s’agirait d’édifier à Roybon (1300 habitants) dans les Chambarans, en détruisant l’actuel bois des Avenières, une ville de vacances clôturée et payante de 200 ha dans laquelle seraient construits 1021 bungalows pouvant accueillir plus de 5000 touristes. N’oublions pas « l’aquamundo » qui fait le succès des Center Parcs : sous cette serre maintenue à 29°C toute l’année, au milieu d’une végétation tropicale, autour d’une piscine à remous ou dans la « rivière sauvage », le client pourrait pratiquer de multiples activités sportives et « écologiques ». Sous la bulle, il dépenserait sans compter, au restaurant ou dans les boutiques. À l’extérieur mais toujours dans l’enceinte grillagée, il aurait la liberté de visiter la mini-ferme que l’on aurait reproduite pour qu’il puisse apprécier une représentation de la vie paysanne que les Center Parcs contribuent à détruire. Il pourrait suivre à cheval, à VTT, ou en se glissant dans la peau d’un aventurier accrobranchiste, quelques parcours dans ce bois privatisé que l’on aurait préalablement nettoyé des arbres dont le tronc ferait moins de 30 cm de diamètre, le cahier des charges l’exigeant.

 

Paradis fabriqué pour juteux profits

 

Cette sorte de ville-camp-refuge est proposée à des touristes préférant se retrouver dans un décor et une ambiance modelés, à l’écart de la vie réelle, là où ils peuvent consommer une représentation d’un exotisme rassurant et se divertir en ayant tout à portée de main (et de portefeuille !).

La société Pierre & Vacances, qui développe ce concept de paradis fabriqué, sans voiture et sous surveillance, est avant tout alléchée par l’opération immobilière. Elle choisit les emplacements potentiels des futurs Center Parcs, en « zone de revitalisation rurale » afin que les investisseurs bénéficient d’avantages fiscaux juteux. Outre la récupération de la TVA sur le bien acheté, les investisseurs et propriétaires seraient en partie exonérés de l’impôt sur les bénéfices locatifs.

Gérard Brémond, PDG de Pierre & Vacances, a toujours su jouer de ses relations au parlement, pour faire voter des décrets qui lui sont favorables, décrets d’ailleurs baptisés dans les couloirs de l’assemblée « les amendements Brémond ».  Il aura même réussi, cet automne, à convaincre le ministre du Budget de renoncer jusqu’en 2016 à tailler dans les avantages fiscaux de la loi Scellier dont la fin était prévue par la loi de finance en 2012. Cet industriel habile, pour choisir un emplacement à son futur Center Parcs, a mis en concurrence deux départements, l’Isère et la Drôme.

Entre 2008 et 2009, André Vallini, président du Conseil général de l’Isère a dû concéder, pour remporter le challenge face à la Drôme, une aide de 15 millions d’euros dont 7 millions offerts directement aux investisseurs au titre des subventions aux créateurs de gîte (7000 euros versés par « cottage ») et 8 millions pour la viabilisation et les équipements publics. La Région Rhône-Alpes, quant à elle, contribuerait à hauteur de 7 millions et la communauté de communes pour 15 millions.

Le terrain, propriété de la commune de Roybon, était jusqu’alors classé non constructible ; il a été acquis pour 30 centimes d’euros le m² alors que le m² constructible dans la région dépasse parfois 80 euros… Il a suffi par la suite de modifier le PLU pour rendre possible le projet de construction. La société Pierre & Vacances pourrait ensuite proposer la vente des « cottages », sur plan à des investisseurs, à des prix exorbitants (235 000 € pour un 54 m² et 372 000 € pour 85 m²).

 

Oser lutter pour un territoire sans valeur marchande

 

Dans ce contexte de projet plutôt bien accueilli, l’opposition au Center Parcs dans les Chambarans, s’est tout d’abord manifestée, dès 2008, de manière sporadique et individuelle. Le bois des Avenières ne présentant pas d’espèces « emblématiques » remarquables ou en voie de disparition, la plupart des associations environnementalistes manifestaient seulement quelques inquiétudes et suggéraient d’accompagner le projet et d’en surveiller l’exemplarité. Certaines se virent publiquement félicitées par les élus pour leur esprit constructif. Elles espéraient imposer quelques mesures rendant la construction du Center Parcs plus respectueuse de l’environnement.

C’est alors que nous, les « Quelques opposants à Center Parcs« , nous sommes réunis de manière informelle pour nous opposer à la construction de cette ville artificielle. Nous défendions, non seulement un environnement qui se verrait dévasté (zone humide, biodiversité, nappes phréatiques, gaspillage d’eau…), mais aussi notre attachement à un territoire sans valeur marchande. Nous avons collé des affiches et rédigé des textes que nous sommes allés distribuer sur les marchés et dans les boîtes aux lettres. Un blog d’archivage (1) a été créé, réunissant des documents sur le sujet et reproduisant les textes que nous diffusions.

Nous avons alors vu apparaître des témoignages de désapprobation au projet. Des pancartes hostiles furent plantées chez des riverains. Des graffitis apparurent autour de Roybon. Le panneau légal du permis de construire fut arraché. Lors de la journée organisée par Pierre & Vacances pour faire visiter l’endroit aux investisseurs, un riverain alluma dans son champ un feu de paille assez humide pour enfumer les visiteurs. Il y eut aussi quelques sabotages du travail des géomètres et notamment du bornage. On nous a rapporté que des arbres avaient été marqués de peinture comme l’étaient ceux que le cahier des charges voulait garder dans le projet, afin d’échapper à la coupe.

 

 Refuser le « développement économique » même « alternatif »

 

Pour réunir cette opposition grandissante, une première promenade fut organisée sur les lieux en 2008. À sa suite, l’association officielle, « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » (2), fut créée. Très vite nous nous sommes heurtés, au sein de l’association, à une volonté marquée de proposer des alternatives : ici un tourisme un peu plus vert et un peu plus durable ; là un parc régional. Certains proposant ce même projet à seulement quelques kilomètres de l’emplacement choisi par les promoteurs. Nous nous retrouvions ainsi, au sein de l’association, avec ceux qui, sous couvert de défendre un « développement économique dans le respect de l’environnement », voulaient améliorer l’ordre établi que nous dénoncions. Nous avons cependant réussi à ce que la contestation officielle, écologiste et associative, s’engage contre la construction. Ensemble nous avons décidé que l’association devait porter le projet en justice. Nous, les « Quelques opposants à Center Parcs » (QoCP), n’avions aucune illusion quant aux demandes de recours, mais cela nous donnait un temps de répit pour décider de la suite du combat. Et de fait, ces recours ont fortement contrarié les promoteurs et notamment André Vallini et le maire de Roybon, Marcel Bachasson, qui s’indignèrent vigoureusement dans la presse et lancèrent un appel à soutenir le projet.

Nous, QoCP, avons choisi, entre 2009 et 2010 de nous retirer de l’association officielle trop respectueuse d’un monde que nous condamnions pour continuer cette lutte en toute indépendance et sans compromission. Un recueil des textes que nous avions distribués fut publié sous le titre « Chambard dans les Chambarans »(3). 

 

« Compensations » et promesses contre loi sur l’eau

 

Suite à l’appel du président du Conseil Général et du maire de Roybon, une association de soutien au projet, réunissant essentiellement des commerçants, organisa avec l’aide des élus quelques manifestations dont l’ampleur fut loin d’être celle escomptée.

La nervosité des pro-Center Parcs étant vive, nous devons, depuis, affronter la brutalité, les quolibets et les menaces de certains élus et commerçants lorsque nous diffusons nos textes à Roybon.

La société Pierre & Vacances a toujours préféré prendre le temps de se débarrasser de ses opposants avant de commencer les travaux. Aujourd’hui la plupart des recours ont été rejetés. Seul le dossier concernant la loi sur l’eau et la compensation des zones humides lui pose problème : selon cette manière technocratique de gérer le monde, il est demandé à Pierre & Vacances de compenser les 60 ha de zones humides qu’elle devrait détruire durant le chantier, par l’achat et la préservation de 120 ha de zones humides (le double) dans le département ; ce qu’elle n’arrive pas à réunir puisqu’elles sont de plus en plus rares.

Ceci n’inquiète pas André Vallini, le monsieur justice du PS, qui n’en a que faire du dossier sur l’eau et accepte l’idée de s’affranchir illégalement de ses contraintes. À la tribune du rassemblement des pro-Center Parcs, il a clairement soutenu : « si les choses s’étaient passées normalement, [sans les recours] ce soir nous inaugurerions Center Parcs ».

Nous savons par ailleurs qu’à Notre-Dame-des-Landes, les promoteurs du projet d’aéroport sont prêts à démarrer leur chantier sans que les zones humides soient compensées ; la promesse de les reconstituer (sans trop savoir ce que cela veut dire) suffirait… Le chantier pourrait donc démarrer bientôt si les décideurs jugeaient que le conflit sur le terrain est à leur avantage. Il reste à l’opposition à prouver le contraire !

Et nous, QoCP, sommes déterminés à ce que ce bois reste une forêt libre.

 

Quelques opposants à Center Parcs

QOCP, lotissement n°1, La Roseraie,

26350 Le Grand-Serre

qocp@orange.fr

 

 

 

 

(1) chambarans.unblog.fr : archivages, nombreux articles de fond, des liens vers d’autres luttes anti-GPII.

(2) Pour les Chambaran sans Center Parcs, Chez René Meynier, 1910 route de Verne,

38940 Roybon. Sur pcscp.org : suivi des recours, vie de l’association, réactions d’élus, infos environnementalistes.

(3) Chambard dans les Chambarans, s’opposer à Center Parcs et à la marchandisation du monde, Henri Mora, éditions Le monde à l’envers, 2011.

 

 

Article paru dans la Revue Silence N°413 – juin 2013

http://www.revuesilence.net/

Publié dans Autres projets nuisibles et destructeurs, Dans les sites et les blogs, lois, défiscalisation, Presse nationale, Presse, sites et blogs, Soutiens et solidarités, Subventions, aides et autres cadeaux, Textes et affiches | 1 Commentaire »

- La privatisation de la marchandise papillon par Center Parcs

Posté par admin le 16 janvier 2013

Lire la suite… »

Publié dans Autres structures de Pierre et Vacances, Communication Pierre et Vacances, Dommages collatéraux, Le tourisme vert, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Center Parcs et carrière pour TGV, Ségo et Raff soutiennent les défonceurs de la nature

Posté par admin le 30 décembre 2012

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Autres structures de Pierre et Vacances, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Center Parcs Vienne, Le département dépense sans compter, galère et appelle au secours les voisins qui refusent de l’aider

Posté par admin le 29 décembre 2012

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Presse nationale, Subventions, aides et autres cadeaux | Pas de Commentaire »

- Vienne Center Parcs touche le Jackpot

Posté par admin le 22 octobre 2012

Publié dans Actualités, Archivage brut, Autres structures de Pierre et Vacances, Les partis, les associations et Center Parcs, Presse nationale, Subventions, aides et autres cadeaux | Pas de Commentaire »

- Maroc : L’aide au développement de l’UE pour éradiquer la pauvreté finance un complexe touristique Pierre et Vacances

Posté par admin le 2 octobre 2012

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Autres structures de Pierre et Vacances, Investisseurs, Presse nationale, Subventions, aides et autres cadeaux | Pas de Commentaire »

- Mouvement de grève à Center parcs, encore …

Posté par admin le 16 juillet 2012

Lire la suite… »

Publié dans Archivage brut, Emploi, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Des supérettes « Carrefour » dans les Center parcs.

Posté par admin le 25 mars 2012

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Entreprises liées à Center Parcs, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Ils créent une association pour défendre Center Parcs

Posté par admin le 23 mars 2012

Publié dans Autres structures de Pierre et Vacances, Communication des partisans, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Le transport ferroviaire pour dynamiser le territoire

Posté par admin le 22 mars 2012

Publié dans Archivage brut, Autres structures de Pierre et Vacances, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Center Parcs recrute à Hattigny

Posté par admin le 22 mars 2012

Center Parcs recrute à Hattigny

 publié le 17/03/2012 à 05:00

Publié dans Archivage brut, Autres structures de Pierre et Vacances, Emploi, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Les élus du Charonnais-Brionnais ne ménagent pas leur peine pour Center Parcs

Posté par admin le 13 mars 2012

charolais-brionnais

Lire la suite… »

Publié dans Archivage brut, Communication des institutionnels, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Pierre Vacances : Portzamparc souligne la force du concept Center Parcs

Posté par admin le 12 mars 2012

 

Pierre Vacances : Portzamparc souligne la force du concept Center Parcs

Lire la suite… »

Publié dans Archivage brut, Pierre et Vacances bilans et gestion, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Le tourisme pour relancer l’emploi dans la Vienne

Posté par admin le 1 mars 2012

Le tourisme pour relancer l’emploi dans la Vienne

Lire la suite… »

Publié dans Archivage brut, Autres structures de Pierre et Vacances, Communication des institutionnels, Emploi, Presse nationale | Pas de Commentaire »

- Chlore et acide sulfurique chez le très écoblanchi Center Parcs

Posté par admin le 17 décembre 2011

La bulle évacuée à Center Parcs
16/12/2011 05:26

  • Chaumont-sur-Tharonne
    Comme à chaque fois qu’il est question de fuite de matière dangereuse et de risque chimique, d’importants moyens sont mobilisés par les secours. Hier après-midi, vers 16 h 30, lorsqu’un fort dégagement de chlore est détecté aux abords de la piscine bulle du parc de loisirs, l’alerte est donc tout naturellement donnée.
    Les pompiers convergent vers Chaumont-sur-Tharonne depuis Lamotte-Beuvron, Romorantin, Neung-sur-Beuvron, Nouan-le-Fuzelier, Salbris, La Ferté-Saint-Aubin, Blois-Nord, l’état-major et bien sûr Chaumont-sur-Tharonne. Dix-neuf camions en tout.
    Pendant ce temps et sans attendre, la direction de l’établissement fait procéder à l’évacuation d’environ 50 person- nes se trouvant dans la bulle. « Dès que nous avons senti une odeur suspecte, nous avons stoppé le cycle de traitement de l’eau et alerté les pompiers. Cela fait partie de la procédure », indique Thomas Pineau, responsable sécurité hygiène à Center Parcs. « Maintenant, tout est rentré dans l’ordre. »
    La fuite, localisée sur une vanne dans un local technique de traitement de l’eau de piscine, est neutralisée et les litres d’acide sulfurique à l’origine de ce dégagement malodorant devraient être rapidement récupérés.
    Aucun malaise ni atteinte respiratoire n’ont été constatés par les pompiers.
    O.B. et cor NR : Jean Plouviez

      Source:
      http://www.lanouvellerepublique.fr/loir-et-cher/ACTUALITE/Faits-Divers/24-Heures/La-bulle-evacuee-a-Center-Parcs

  • Publié dans Actualités, Autres structures de Pierre et Vacances, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    - Pierre et Vacances Avoriaz : des ouvriers obligés de faire grève pour être payés

    Posté par admin le 3 décembre 2011

    Lire la suite… »

    Publié dans Emploi, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    - Grève à Center Parcs, « On est des esclaves, souffle une manifestante »

    Posté par admin le 22 novembre 2011

    Lire la suite… »

    Publié dans Emploi, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    - Répercussions de Center Parcs? Les gens restent sur place et boudent Laon.

    Posté par admin le 7 septembre 2011

    Lire la suite… »

    Publié dans Autres structures de Pierre et Vacances, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    - Quand Jean Pierre Raffarin, l’actif propagandiste du futur Center Parcs de la Vienne, se bat pour la rentabilité des parcs de loisirs

    Posté par admin le 4 septembre 2011

    Lire la suite… »

    Publié dans Les partis, les associations et Center Parcs, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    Pierre et Vacances-Center Parcs en difficulté

    Posté par admin le 25 décembre 2010

    Lire la suite… »

    Publié dans Actualités, Dans les sites et les blogs, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    Gérard Brémond, pdg de Pierre et Vacances, 153e fortune professionnelle de France

    Posté par admin le 17 juillet 2010

    Lire la suite… »

    Publié dans Actualités, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    « Nous devons trouver des sites exceptionnels … Ce qui n’est pas une mince affaire, tant le bord de mer est protégé par la loi »

    Posté par admin le 17 juillet 2010

    Lire la suite… »

    Publié dans Actualités, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    « Pas facile de faire sortir les clients du Center Parcs de leur bulle »

    Posté par admin le 17 juillet 2010

    Lire la suite… »

    Publié dans Actualités, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    Pierre et Vacances ne remplit plus ses résidences ?

    Posté par admin le 17 juillet 2010

    Lire la suite… »

    Publié dans Actualités, Dans les sites et les blogs, Presse locale, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    Quand Center Parcs devient un interlocuteur privilegié pour des choix communaux

    Posté par admin le 7 juillet 2010

    Lire la suite… »

    Publié dans Actualités, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    Des méthodes differentes pour faire avaler Center Parcs et des opposants « de plus en plus virulents »

    Posté par admin le 7 juillet 2010

    Lire la suite… »

    Publié dans Autres structures de Pierre et Vacances, Presse nationale | Pas de Commentaire »

    12
     

    BARAKA |
    Les Moniteurs d'Ateliers e... |
    Les professionnels du negoc... |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
    | jechangetout
    | SIVOS - Mondreville / Tilly