• Accueil
  • > Recherche : articles presse pierre vacances

Résultats de votre recherche

- Pierre et Vacances : Gérard Brémond réclame (encore!) une prolongation du dispositif Censi-Bouvard, dossier complet.

Posté par admin le 1 janvier 2015

Souvenons nous que ce dispositif est à 100% inspiré, commandé, impulsé par ce très puissant lobbyiste, qu’est Gérard Brémond , le PDG créateur de cette entreprise, et que, comme le relevait déjà en 2009 le journal « les échos », il est ironiquement surnommé , dans les couloirs de l’Assemblée, « amendements Brémond ».
Depuis quelques mois, de nombreux députés demandent l’abrogation de ces lois, sans succès .
A chaque fois ce PDG, qui parle à l’oreille des ministres, revient à la charge, donne ses ordres et gagne ….
Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Dans les sites et les blogs, Investisseurs, lois, défiscalisation, Subventions, aides et autres cadeaux | Pas de Commentaires »

- Pour faire grossir sa bulle, Center Parcs drague les pouvoirs publics

Posté par admin le 15 décembre 2014

Pour faire grossir sa bulle, Center Parcs drague les pouvoirs publics

Pour faire grossir sa bulle, Center Parcs drague les pouvoirs publics
(Crédit photo : Wikimedia)
Enquête – Ce week-end, de nouvelles manifestations ont eu lieu à Roybon, dans l’Isère. Mais l’appétit du groupe Pierre et Vacances, derrière le projet, ne faiblit pas. Il prévoit même de « mailler tout le territoire ». Comment ? Explications.

Sur la place du village de Roybon, une banderole « Center Parcs, un avenir pour notre territoire » répond aux graffiti« Non au Center Parcs » qui longent les départementales iséroises. Chaque dimanche, des milliers d’habitants favorables au projet manifestent contre l’installation d’une ZAD (zone à défendre) par les opposants. Depuis que les tractopelles ont fait leur entrée, le 20 octobre dernier, dans la forêt des Chambarans, la paisible commune de 1 300 âmes est tiraillée.

Sous les projecteurs à cause de sa résonance avec Sivens, le projet de Roybon n’est pas une exception. Depuis le rachat du concept néerlandais de « tourisme nature » par Pierre et Vacances en 2001, les Center Parcs poussent comme des champignons sur le territoire français. De la Moselle à l’Eure, en passant par la Somme, l’Aisne et le Loire-et-Cher, cinq domaines accueillent déjà près d’un million de visiteurs chacun par an. D’ici à 2018, leur nombre devrait doubler. « Le principe de Center Parcs, c’est le tourisme de proximité. Nous ciblons les personnes qui vivent dans un rayon de 200 kilomètres, explique Jean-Michel Klotz, directeur général adjoint du groupe Pierre et Vacances.On en construit tous les deux ans jusqu’à ce que le territoire soit correctement maillé. » Prochaine ouverture : le Center Parcs des Trois-Moutiers, dans la Vienne où les cottages sont déjà sur pied. Puis viendront ceux de Saône et Loire et du Jura, où les enquêtes publiques sont sur le point d’être lancées. Si tout se passe selon les plans de l’entrepreneur, dans quatre ans, dix minivilles d’une capacité d’accueil de 2 000 à 5 600 vacanciers, seront installées sur un total de 2 085 hectares de forêts. Center Parcs occupera alors la superficie de la ville de Chambéry.

Gourmande en terre, la branche « écotourisme » de Pierre et Vacances l’est aussi en argent public.« Le groupe est un champion des montages financiers », souligne Philippe Debard, chargé de mission à l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) de Lorraine, auteur d’une étude sur l’implantation du Center Parcs du Domaine des Trois forêts en Moselle. « Cela peut paraître surprenant, mais ici, le Groupe n’a déboursé que 25% du coût total du projet. » Sa stratégie, un brin alambiquée, est bien huilée. Explications.

Etape 1 : chercher un territoire déshérité

Loudun, dans la Vienne ; Roybon, en Isère ; Poligny, dans le Jura… Qu’ont en commun les sites sur lesquels le groupe Pierre et Vacances décide de s’implanter ? « Leur environnement naturel et la proximité de la clientèle, explique Jean-Michel Klotz, chargé du développement au sein de Pierre et Vacances Center Parcs. On regarde la zone de chalandise, les axes d’accès ferroviaires et autoroutiers », énumère-t-il encore. En resserrant la focale, un autre point commun émerge : le déclin économique qui frappe ces bassins de vie. Dans le cas isérois, « on parle d’une zone extrêmement déshéritée, ni touristique comme dans les stations de montagne, ni industrielle comme à Grenoble, explique Christian Pichoud, vice-président du conseil général de l’Isère chargé de l’économie touristique et de la montagne. On est donc très heureux que le Center Parcs vienne rééquilibrer les choses. » Dans la Vienne, le bassin d’emploi concerné « vit surtout de la production de melon », explique Joël Pageot, responsable du Pôle emploi de Loudun. Dans le Jura, l’affinage de comté reste le secteur qui offre le plus de débouchés. En Moselle, le territoire périclite depuis que l’usine de chaussures Bata est repartie en République tchèque. Quant au village de Roybon lui-même, qui par le passé vivait de l’industrie textile, le pronostic vital est engagé. « La moitié de la population a plus de 50 ans, le nombre d’habitants a chuté de 1 500 à 1 300 ces dix dernières années, note le maire, Serge Perraud. La Poste et la gendarmerie menacent de fermer, l’école est sur le point de perdre une classe, les banques projettent de retirer le dernier distributeur. L’EPHAD(Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, ndlr) est devenu le seul employeur du village : c’est l’exode. »

Les chiffres du ministère de l’Economie assombrissent encore le tableau : entre 2000 et 2012, la dette de la commune a explosé, passant de 599 à à 5 200 euros par habitant. Dans ces circonstances, les 900 000 euros de taxe de séjour annuelle que pourrait rapporter le complexe touristique sont plus que bienvenues. « Quand vous dites aux gens qui ont soif : “on va vous donner de l’eau”, ils ne s’interrogent pas sur la couleur de l’eau », lâche Myriam Laïdouni-Denis, porte-parole du groupe Europe Ecologie - Les Verts (EELV) en Isère.

Etape 2 : promettre des emplois…

« Ce type de projet crée des emplois non délocalisables, ça ne se refuse pas », confirme Denis Brunellière, conseiller pour les équipements touristiques au conseil général de la Vienne. Dans le département, les 600 postes à pourvoir ne sont pas passés inaperçus. « Avant même l’ouverture des recrutements, on avait reçu 2 500 candidatures spontanées », souligne Loïc Pageot,responsable Pôle emploi chargé du recrutement pour Center Parcs. Ce besoin criant d’activité était le même en 2010, lors de l’implantation du Center Parcs de Moselle. Sur les 600 salariés embauchés, 59% étaient auparavant au chômage et 11% bénéficiaient du revenu de solidarité active (RSA), selon l’Insee. Dans la Vienne, comme en Moselle, Center Parcs deviendra finalement le premier employeur du bassin d’activité.

« De l’emploi oui, mais quel emploi ? », s’interroge Myriam Laïdouni-Denis. A l’Insee, Philippe Debard confirme ses craintes :« Center Parcs, ce sont des petits salaires et des petits horaires ». Parmi les salariés du Center Parcs de Moselle, « 60% touchent le smic horaire, dont près de la moitié seulement 319 euros par mois, du fait d’un contrat de travail hebdomadaire de neuf heures, en tant qu’agent technique de nettoyage », lit-on dans son étude. Ainsi, les 697 emplois promis par Center Parcs en Isère tombent à 468 une fois convertis en équivalents temps plein. « Ce sont des postes en pointillés, qui impliquent beaucoup de trajets », souligne Myriam Laïdouni-Denis. « Il y a des gens à qui cette organisation convient très bien, rétorque Christian Pichoud, défenseur du projet au sein du conseil général de l’Isère. Et contrairement aux stations de ski, ce sont des emplois à l’année, il n’y a pas de lits froids. » Son dernier argument : la taille du groupe, qui « implique la présence de représentants du personnel et constitue une garantie sur les conditions de travail ». Un optimisme qui résiste mal à l’examen des Center Parcs existants. En Moselle, l’Insee a relevé un turnover de 30% chez les employés, tandis que, ces dernières années, la vie du Center Parcs de l’Aisne a été émaillée par des conflit sociaux, les salariés dénonçant en 2012 « de graves problèmes de salaires et de conditions de travail », selon les mots de la CGT. Ce bilan sévère mérite tout de même quelques nuances. Les salariés de Center Parcs bénéficient d’un treizième mois et d’embauches pérennes. « A Roybon, 80% seront en CDI », souligne Jean-Michel Klotz, de Pierre et Vacances.

… et des retombées économiques

« Au-delà des emplois directs créés sur le chantier, puis sur le site, l’implantation d’un Center Parcs entraîne, pour nos territoires ruraux, de fortes retombées économiques », poursuit Denis Brunellière, au conseil général de la Vienne. « Les offices du tourisme et les commerçants se réjouissent de voir les vacanciers arriver par milliers », note Joël Pageot, à Pôle emploi. Seul bémol, Pierre et Vacances promet des séjours passés à buller plutôt qu’à vadrouiller. « Le système incite à vivre en vase clos », résume Philippe Debard, de l’Insee. Une étude réalisée par le groupe en 2012 auprès des vacanciers du domaine de Laon, dans l’Aisne, confirme : 76% d’entre eux n’envisagent pas d’escapades hors du site. « On observe clairement une tendance chez les consommateurs à préférer l’expérience simulée, vécue dans un contexte de plus en plus spectaculaire et extravagant, à la réalité », note Antonnella Caru, chercheuse en marketing dans un article paru dans La revue française de gestion. Une analyse contredite par Center Parcs. « Comme les séjours s’allongent, les gens passent plus facilement une journée à l’extérieur », assure Jean-Marie Klotz.« Même si les sorties ne concernent que 10% des visiteurs, 10% sur 300 000, c’est toujours ça de pris, rétorque le maire de Roybon. Ça pourra aider le jeune boucher qui vient de s’installer à tenir sur la durée. » Le commerçant ne pourra miser que sur ces quelques vacanciers échappés. Pour nourrir, sur place, ses milliers de résidents, Pierre et Vacances fait appel à Eléor, l’un des leaders mondiaux de la restauration collective.

Malgré ces occasions manquées, l’impact sur le territoire n’est pas nul. En Lorraine, l’Insee dénombre « une trentaine d’emplois générés par l’activité du domaine, et plus de 90 emplois par la consommation de ses salariés ». Dans le Jura, certains regardent ces promesses de dynamisme d’un œil inquiet : « Si les gens viennent s’installer ici, c’est pour être tranquilles, estime Véronique Guislain, présidente du collectif de vigilance citoyenne Le pic noirUne ville qui se crée du jour au lendemain et 2 000 personnes qui arrivent et repartent en voiture chaque semaine, c’est un sacré bouleversement dans un milieu rural paisible. Parce que, ici, 2 000 habitants, c’est une ville », précise-t-elle dans un rire franc.

Etape 3 : se faire désirer 

Tandis que ses projets se concrétisent dans l’est, Pierre et Vacances prospecte dans le Lot-et-Garonne. « Pour faire en sorte que les Toulousains et les Bordelais puissent profiter du concept », explique Jean-Marie Klotz. Entre les communes des Landes, de Gascogne et celles du Val-d’Albert, semaine après semaine, la presse locale relaie les appels du pied des élus et les hésitations du promoteur. La Saône-et Loire et le Jura ont connu cette phase de suspens. « Que le meilleur gagne », lançait en 2012 Rémi Chaintron, président du conseil général de Saône-et-Loire, à l’époque convaincu que le groupe trancherait entre les deux projets. Finalement, les deux ont été retenus. A la région Rhône-Alpes, on parle même, sous couvert d’anonymat, de « chantage à l’implantation et à la création d’emplois », avant de nuancer : « c’est un cas classique de mise en concurrence territoriale : si le Center Parcs ne trouve pas son compte ici, il ira s’implanter ailleurs ».

Etape 4 : faire financer les infrastructure par les partenariats public-privé

Pour décrocher la timbale, les élus sont donc prêts à débourser. D’un territoire à l’autre, leur soutien prend des formes variées. Dans la Vienne, les collectivités se sont laissé tenter par le partenariat public-privé. « Le complexe touristique passe par une Société d’économie mixte (SEM), qui réunit l’ensemble des collectivités », explique Denis Brunellière. Dans un premier temps, chacun verse son obole : 19,3 millions pour le département, 13 pour la région Poitou-Charentes et 1 million pour la communauté de communes. A cela s’ajoutent 15 millions de subventions versées directement par l’Etat. Une fois cette somme rassemblée, les collectivités peuvent lever des fonds auprès d’investisseurs publics ou privés, comme le Crédit agricole ou la Caisse des dépôts et consignations. Finalement, les 138 millions d’euros de coût d’infrastructures seront pris en charge par la SEM, dans laquelle Pierre et Vacances n’a pas mis un sou.

En Isère, le montage financier diffère. Le département se porte directement acquéreur, pour 7 millions d’euros, des parties communes du futur complexe. De son côté, la région Rhône-Alpes a décidé de verser, en 2009, une subvention du même montant, au titre du soutien à l’emploi et au développement durable. « Dans le cas où le projet se poursuit, c’est grâce à cet investissement que les cottages pourront être certifiés HQE, haute qualité environnementale » explique-t-on au sein du conseil régional. De son côté, le syndicat des eaux investit gros pour construire une nouvelle station d’épuration – « dimensionnée selon les besoins de Center Parcs », selon Christian Pichoud – et pour rénover le réseau d’eau existant. « On en avait bien besoin, on avait 70% de déperdition », se justifie Serge Perraud, le maire de Roybon. A l’image des autres collectivités, la commune se plie en quatre pour accueillir Center Parcs. Pour les besoins du projet, le plan local d’urbanisme a été révisé et le terrain sera vendu 30 centimes le mètre carré, contre 18 euros pour les particuliers. « Ce terrain n’aurait de toute façon rien rapporté, se justifie Serge Perraud. Là, on gagne 600 000 euros, ce n’est pas rien. Et on considère que ce prix attractif est un investissement. » De son côté, Center Parcs revendra ses cottages plus de 3 000 euros le mètre carré.

Etape 5 : faire financer les cottages à grand renfort de niches fiscales

On touche alors la deuxième astuce du groupe. Center Parcs ne finance pas lui-même ses résidences hybrides, à mi-chemin entre le bungalow et le chalet. « On vend des hébergements à des investisseurs privés, institutionnels ou particuliers », explique Jean-Marie Klotz. Cette trouvaille née dans les années 1970 et baptisée « nouvelle propriété » est l’idée phare de Gérard Brémond, l’inoxydable pédégé de Pierre et Vacances. Un système qui a, lui aussi, largement bénéficié de la générosité des pouvoirs publics. Le principe ? L’acquéreur du cottage signe un bail pour neuf ans pendant lesquels Pierre et Vacances gère le bien et lui reverse un loyer. Pendant toute cette période, le propriétaire bénéfice d’attractives réductions d’impôts, la niche dite « Censi-Bouvard ». Mis en avant sur le site du groupe, ce dispositif permet au propriétaire de se voir exonérer jusqu’à 3 666 euros d’impôts par an pendant neuf ans tout en récupérant la TVA de son investissement.« Pour les EPHAD, ces déductions d’impôts ont une justification sociale », estime Jean-Marie Chosson, élu EELV à la région Rhône-Alpes. « Mais les plus gros bénéficiaires sont les mastodontes du tourisme. » Fortement contesté par quelques députés, le dispositif devait arriver à échéance en 2012 et disparaître alors de sa belle mort.

C’était sans compter l’influence de Gérard Brémond. Le 30 octobre 2012, l’homme d’affaires était reçu dans le bureau de Jérôme Cahuzac (voir l’agenda de ce dernier ). Le 14 novembre, celui qui était alors ministre délégué au Budget présente, devant l’Assemblée, un amendement prolongeant le dispositif Censi-Bouvard. Le texte est adopté dans la foulée. En matière de lobbying, le pédégé de Pierre et Vacances n’en serait pas à son coup d’essai. Selon le journal Les Echos qui, en 2007, dressait son portrait, certains textes sont surnommés « les amendements Brémond » dans les couloirs de l’Assemblée.

Pourtant, les vents jusqu’ici favorables à Pierre et vacances pourraient tourner. En 2012, le montant d’abattement fiscal du dispositif Censi-Bouvard est passé de 25% à 11% de la valeur du bien. « La dynamique fiscale est moins forte, reconnaît Jean-Michel Klotz, le modèle va évoluer. » Dans les Center Parcs en projet, comme ceux de la Vienne et de l’Isère, les investisseurs institutionnels, non concernés par la niche fiscale, achètent plus de cottages que les particuliers. Parmi eux, des mutuelles, des banques et la Caisse des dépôts et des consignations. « C’est encore pire que des niches fiscales, c’est un établissement public qui verse directement de l’argent à Center Parcs,s’emporte Stéphane Peron, ancien conseiller fiscal qui a pris la tête de l’opposition au Center Parcs de Roybon. La CDC est censée utiliser l’épargne des Français, notamment le livret A, pour financer des projets d’intérêt général, comme le logement social. Là, elle sert clairement un intérêt privé. »

Niches fiscales, investissements institutionnels, subventions et participations directes des collectivités, agacent profondément Jean-Marie Chosson. « Avec tout cet argent, on pourrait soutenir l’artisanat, les Scop, renforcer des circuits courts, développer un écotourisme mieux réparti sur le territoire et mettre en avant les atouts de la région », souligne l’élu. Sur cette dernière mission, Pierre et Vacances répond présent. « Les tenants du projet disent qu’il est représentatif de l’identité jurassienne, souligne Véronique Guislain, à Poligny. Avec une bulle tropicale à 29°C ? Je reste perplexe… »
.
.
Source:
http://www.terraeco.net/Pour-faire-grossir-sa-bulle-Center,57736.html
.
.

Publié dans Actualités, Dans les sites et les blogs, Pierre et Vacances | Pas de Commentaires »

- Château-Chalon et la bulle infernale de Center Parcs

Posté par admin le 28 octobre 2014

Château-Chalon et la bulle infernale de Center Parcs

Mis en ligne le 25 mai 2014 par  · 1 Commentaire
Le projet de bulle plastico-touristique à 10 km de Château-Chalon, classé parmi les plus beaux villages de France, suscite la consternation dans le Jura, pays de forêts et de vignobles, qui craint de voir construire, à 10km de son prestigieux village, un Center Parcs fait de pavillons et de piscines sous bulle.
Château-Chalon, terroir emblématique des vins du Jura, se retrouvera voisin de la bulle de plastique.

Château-Chalon, terroir emblématique des vins du Jura, se retrouvera voisin de la bulle de plastique.

180 hectares : l’emprise du centre de vacances représenterait, tout bonnement, la superficie de la ville de Poligny elle-même. Car on ne parle pas de quelques maisons isolées, mais de 400 cottages – nom charmant pour désigner des maisons à bas coût construites sur le principe du lotissement. Et quand je dis maison, …. Certainstémoignages de vacanciers sur internet parlent plutôt… « d’algeco » ! J’en ai reproduit un ci-dessous, assez éclairant du concept « vivons une semaine repliés sur nous-mêmes », qui ne fera donc pas profiter les commerces locaux, ni les vignerons d’ailleurs, des visites des vacanciers centerisés.

Cottage, c'est vite dit... Une photo d'un "cottage" du premier Center Parcs, les Bois-Francs (en Normandie).

Cottage, c’est vite dit… Une photo d’un « cottage » du premier Center Parcs, les Bois-Francs. Je remarque la phrase sur le « petit supermarché sous le dôme » : en Center Parcs, on bouffe Center Parcs, on s’amuse Center Parcs, on ne va pas voir les vignerons locaux, ni acheter son fromage à la fruitière du coin.

 

Des emplois ! Des emplois !

Le Center Parcs de Poligny (Jura) serait installé au lieu-dit « Les Tartaroz », entre Le Fied et Plasne, deux hameaux situés à 10 km de Château-Chalon, sur le plateau dont le célèbre village, perché sur son éperon rocheux, est en fait le dernier bastion, avant la grande descente vers la plaine. C’est un pays de bocages, de forêts, de petites routes étroites, qui a vu ses agriculteurs prendre leur retraite sans remplaçants. Aujourd’hui il reste quelques exploitations laitières sur place, et il est clair que l’argument magique de Center Parcs : 300 emplois, fait rêver dans le coin. Qui dirait non à 300 emplois ? Hmmm, vous voulez que tout le monde meure de faim dans une forêt de carte postale, c’est ça ?

Une verrière en plastique crée une atmosphère tropicale : un non-sens écologique sur le plateau jurassien, situe a 500m d'altitude, à moins de trouver intelligent de se baigner tandis que la neige tombe sur le dôme.

Une verrière en plastique crée une atmosphère tropicale : un non-sens sur le plateau jurassien, situé à 500m d’altitude, à moins de trouver intelligent de se baigner tandis que la neige tombe sur le dôme.

Pour autant, on n’entend guère les vignerons du prestigieux vignoble s’étonner de ce curieux voisinage – le gros dôme en plastique qui abritera la futur piscine fera pourtant tache dans le paysage de vieilles pierres et de bois de feuillus qui pourrait prétendre, rêvons un peu, à un Classement au patrimoine mondial de l’Unesco, tels les vignobles de la Côte en Bourgogne, ou les coteaux de Champagne. Les seuls opposants déclarés à la bulle sont des habitants du cru, affolés par la perte de leur forêt, regroupés dans une association, « Le Pic Noir ».
Les maires locaux, on ne les entend pas plus que les vignerons, hypnotisés qu’ils sont par les magiques 300 emplois – entre autres, de super jobs de femme de ménage qui bosseront dans la nuit pour rendre les lieux propres pour la future fournée de vacanciers, du précaire à horaires pourris – des emplois que les Jurassiens sont fiers de financer avec leurs impôts, quoi.

Une forêt foutue

 

A l'appel de l'association Le Pic Noir (Poligny), une centaine de marcheurs ont balisé de rubalise rouge et blanche les limites du futur Center Parcs de Poligny, dimanche 25 mai 2014.

A l’appel de l’association Le Pic Noir (Poligny), une centaine de marcheurs ont balisé de rubalise rouge et blanche les limites du futur Center Parcs de Poligny, dimanche 25 mai 2014.

« On va vendre 180 hectares de feuillus, dans le plus beau secteur de la forêt. Ces 180 hectares étaient prêts à rentrer en production. C’est-à-dire qu’on allait les couper pendant 25 ans, et ils allaient rapporter de l’argent, qui allait à son tour permettre de financer l’entretien du reste de la forêt. Ce sont donc 3000 hectares de forêt qu’on condamne », expliquait « off », un agent de l’ONF (Office National des Forêts) révolté par cette perte sèche – 250 000€ de recettes forestières par an…
Une centaine de marcheurs, appelés en renfort par l’association « Le Pic Noir », de Poligny, ont délimité dimanche 25 mai une partie de parcelles des 180 hectares promis au Center Parcs. Les gens du coin s’inquiétaient à haute voix, rejoints dans leur marche par Jura Nature Environnement, quelques politiques (Anne Perrin (EELV), Gabriel Amard (Front de Gauche) et une poignée de militants venus de Saône-et-Loire, où une association, la CAPEN, lutte également contre un projet de Center Parcs similaire. Un élu de Ladoye-sur-Seille, délégué aux eaux, témoignait publiquement : « on est sur un plateau karstique ici, l’été, on manque d’eau, on est obligés de la faire venir en camion-citerne, alors où va-t-on trouver les 600 mètres cube quotidien pour la piscine, les jeux, les plans d’eau, et les cottages ? » Et où vont partir les eaux usées ? Comme pour un lotissement, c’est aux pouvoirs publics de financer les abductions d’eau … Contents, les locaux !

Dans vingt ans : une friche, une bulle en plastique, du béton ?

 

Article paru dans La Tribune, le 30 mai 2013.

Article paru dans La Tribune, le 30 mai 2013.

Car le Center Parcs sera subventionné. Pour quel usage ? Pierre & Vacances annonce viser la clientèle suisse et lyonnaise… Sauf qu’il a servi le même discours à l’autre projet de Center Parcs qu’il a au feu, en Saône-et-Loire. C’est quand même drôle de voir que certains élus sont prêts à gober les mêmes promesses, à 200km de distance les uns des autres, et que les bonnes questions viennent de la base – habitants et médias locaux, comme ici avec un bon papier du Miroir, la presse dijonnaise donc, qui questionne le projet, et ses fameux 300 emplois (la même promesse, on vous dit !) sur son versant du Rousset, en Saône-et-Loire.

Et quand Pierre&Vacances, déficitaire depuis deux ans, fera faillite, comme le craignent des articles de la presse boursière (La TribuneCapital,…), on en fera quoi des hectares de forêts arasés pour les fameux cottages, et de la bulle de plastique ? Un Musée du Vin, peut-être ?

Source:
http://www.verre2terre.fr/2014/05/chateau-chalon-et-la-bulle-infernale-de-center-parcs/

Publié dans Autres oppositions à Pierre et Vacances | Pas de Commentaires »

- Chambard dans les Chambarans – article pour la revue Silence

Posté par admin le 5 juin 2013

L’opposition contre la démolition du parc Gezi à Istanbul  a déclenché une répression féroce qui a gagné aujourd’hui toute la Turquie. À l’origine du mouvement de contestation, la volonté des pouvoirs publics de construire une réplique d’anciennes casernes militaires de l’empire ottoman qui accueillerait un centre culturel, un musée et un centre commercial en plein centre-ville, en lieu et place du parc de Gezi, près de la place Taksim. Lorsque les bulldozers ont commencé à arracher les arbres du parc, des manifestants se sont interposés devant les machines.  La violence des forces de l’ordre s’est faite immédiatement et  sans limite et a provoqué la mort de deux personnes et fait plus d’un millier de blessés. La contestation qui demande actuellement la démission du premier ministre, Recep Tayyip Erdogan. s’est rependue dans une soixantaine de villes. « Depuis dix ans, Istanbul connaît une inflation de projets d’aménagement, qui s’est accélérée ces deux dernières années. Le premier ministre veut en faire la vitrine internationale de la Turquie, explique Benoit Montabone, géographe à l’université de Rennes et spécialiste de l’urbanisation turque. Recep Tayyip Erdogan cherche à se poser en bâtisseur avant l’élection présidentielle. » (cf. « Des projets d’urbanisme démesurés à l’origine des émeute d’Istanbul » in Le Monde du 5juin 2013)

 

« Le pays tout entier est vendu à des sociétés par le gouvernement, pour la construction de centres commerciaux, des condominiums de luxe, des autoroutes, des barrages et des centrales nucléaires » nous rapporte le blog Insanlik Hali dans l’article : « Que se passe-t-il à Istanbul ? » (http://defnesumanblogs.com/2013/06/01/what-is-happenning-in-istanbul/ traduit par Atlas Alternatif : http://atlasalternatif.over-blog.com)

 

Cette réalité dépasse bien évidemment les frontières turques. La mégalomanie de certains élus et technocrates et le fait de vouloir faire des territoires des vitrines alléchantes pour attirer les clients (qui bénéficieront de toutes les infrastructures de transports qu’on leur aura aménagées)  sont inhérents à la société capitaliste actuelle qu’elle soit administrée par l’AKP (Parti de la justice et du développement) comme en Turquie ou par d’autres comme partout ailleurs. En France aussi les projets et les profits se multiplient : la revue Silence du mois de juin consacre un dossier sur les contestations aux « grands projets inutiles imposés » auquel nous avons été invités à participer. Le lecteur pourra donc retrouver un article sur le projet de Center Parcs dans les Chambarans et notre opposition que nous vous livrons ci-dessous et en pièce jointe. Vous pourrez également consulter dans ce dossier de la revue Silence un article sur l’opposition à l’A831, un article sur la lutte contre la ligne grande vitesse Lyon-Turin, un autre sur l’opposition paysanne à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et  un dernier à propos de la lutte contre la construction à Flamanville du réacteur EPR.

 

Quelques opposants à Center Parcs

 

 

Pour l’imprimer :fichier pdf Chambard dans les Chambarans – Silence

______________________________

 

Chambard dans les Chambarans

Contrairement aux projets de centrales nucléaires, décharges, aéroports ou autoroutes, en général mal accueillis par les riverains ou les environnementalistes pour ce qu’ils engendrent de nuisances, pollutions et dangers palpables, le projet de Center Parcs isérois se voyait au début plutôt peu critiqué, voire accepté.

 

Dès le départ fin 2007, la communication de ses promoteurs fut adroitement tournée sur la « région à l’agonie », les « centaines d’emplois créés », et l’assurance d’une exemplarité sur son « impact environnemental ». Un vrai sauvetage écologiste et durable de la région ! C’est dans ce contexte qu’une opposition a dû se constituer.

 

Mais de quoi s’agit-il au juste ? Si ce projet voyait le jour, il s’agirait d’édifier à Roybon (1300 habitants) dans les Chambarans, en détruisant l’actuel bois des Avenières, une ville de vacances clôturée et payante de 200 ha dans laquelle seraient construits 1021 bungalows pouvant accueillir plus de 5000 touristes. N’oublions pas « l’aquamundo » qui fait le succès des Center Parcs : sous cette serre maintenue à 29°C toute l’année, au milieu d’une végétation tropicale, autour d’une piscine à remous ou dans la « rivière sauvage », le client pourrait pratiquer de multiples activités sportives et « écologiques ». Sous la bulle, il dépenserait sans compter, au restaurant ou dans les boutiques. À l’extérieur mais toujours dans l’enceinte grillagée, il aurait la liberté de visiter la mini-ferme que l’on aurait reproduite pour qu’il puisse apprécier une représentation de la vie paysanne que les Center Parcs contribuent à détruire. Il pourrait suivre à cheval, à VTT, ou en se glissant dans la peau d’un aventurier accrobranchiste, quelques parcours dans ce bois privatisé que l’on aurait préalablement nettoyé des arbres dont le tronc ferait moins de 30 cm de diamètre, le cahier des charges l’exigeant.

 

Paradis fabriqué pour juteux profits

 

Cette sorte de ville-camp-refuge est proposée à des touristes préférant se retrouver dans un décor et une ambiance modelés, à l’écart de la vie réelle, là où ils peuvent consommer une représentation d’un exotisme rassurant et se divertir en ayant tout à portée de main (et de portefeuille !).

La société Pierre & Vacances, qui développe ce concept de paradis fabriqué, sans voiture et sous surveillance, est avant tout alléchée par l’opération immobilière. Elle choisit les emplacements potentiels des futurs Center Parcs, en « zone de revitalisation rurale » afin que les investisseurs bénéficient d’avantages fiscaux juteux. Outre la récupération de la TVA sur le bien acheté, les investisseurs et propriétaires seraient en partie exonérés de l’impôt sur les bénéfices locatifs.

Gérard Brémond, PDG de Pierre & Vacances, a toujours su jouer de ses relations au parlement, pour faire voter des décrets qui lui sont favorables, décrets d’ailleurs baptisés dans les couloirs de l’assemblée « les amendements Brémond ».  Il aura même réussi, cet automne, à convaincre le ministre du Budget de renoncer jusqu’en 2016 à tailler dans les avantages fiscaux de la loi Scellier dont la fin était prévue par la loi de finance en 2012. Cet industriel habile, pour choisir un emplacement à son futur Center Parcs, a mis en concurrence deux départements, l’Isère et la Drôme.

Entre 2008 et 2009, André Vallini, président du Conseil général de l’Isère a dû concéder, pour remporter le challenge face à la Drôme, une aide de 15 millions d’euros dont 7 millions offerts directement aux investisseurs au titre des subventions aux créateurs de gîte (7000 euros versés par « cottage ») et 8 millions pour la viabilisation et les équipements publics. La Région Rhône-Alpes, quant à elle, contribuerait à hauteur de 7 millions et la communauté de communes pour 15 millions.

Le terrain, propriété de la commune de Roybon, était jusqu’alors classé non constructible ; il a été acquis pour 30 centimes d’euros le m² alors que le m² constructible dans la région dépasse parfois 80 euros… Il a suffi par la suite de modifier le PLU pour rendre possible le projet de construction. La société Pierre & Vacances pourrait ensuite proposer la vente des « cottages », sur plan à des investisseurs, à des prix exorbitants (235 000 € pour un 54 m² et 372 000 € pour 85 m²).

 

Oser lutter pour un territoire sans valeur marchande

 

Dans ce contexte de projet plutôt bien accueilli, l’opposition au Center Parcs dans les Chambarans, s’est tout d’abord manifestée, dès 2008, de manière sporadique et individuelle. Le bois des Avenières ne présentant pas d’espèces « emblématiques » remarquables ou en voie de disparition, la plupart des associations environnementalistes manifestaient seulement quelques inquiétudes et suggéraient d’accompagner le projet et d’en surveiller l’exemplarité. Certaines se virent publiquement félicitées par les élus pour leur esprit constructif. Elles espéraient imposer quelques mesures rendant la construction du Center Parcs plus respectueuse de l’environnement.

C’est alors que nous, les « Quelques opposants à Center Parcs« , nous sommes réunis de manière informelle pour nous opposer à la construction de cette ville artificielle. Nous défendions, non seulement un environnement qui se verrait dévasté (zone humide, biodiversité, nappes phréatiques, gaspillage d’eau…), mais aussi notre attachement à un territoire sans valeur marchande. Nous avons collé des affiches et rédigé des textes que nous sommes allés distribuer sur les marchés et dans les boîtes aux lettres. Un blog d’archivage (1) a été créé, réunissant des documents sur le sujet et reproduisant les textes que nous diffusions.

Nous avons alors vu apparaître des témoignages de désapprobation au projet. Des pancartes hostiles furent plantées chez des riverains. Des graffitis apparurent autour de Roybon. Le panneau légal du permis de construire fut arraché. Lors de la journée organisée par Pierre & Vacances pour faire visiter l’endroit aux investisseurs, un riverain alluma dans son champ un feu de paille assez humide pour enfumer les visiteurs. Il y eut aussi quelques sabotages du travail des géomètres et notamment du bornage. On nous a rapporté que des arbres avaient été marqués de peinture comme l’étaient ceux que le cahier des charges voulait garder dans le projet, afin d’échapper à la coupe.

 

 Refuser le « développement économique » même « alternatif »

 

Pour réunir cette opposition grandissante, une première promenade fut organisée sur les lieux en 2008. À sa suite, l’association officielle, « Pour les Chambaran Sans Center Parcs » (2), fut créée. Très vite nous nous sommes heurtés, au sein de l’association, à une volonté marquée de proposer des alternatives : ici un tourisme un peu plus vert et un peu plus durable ; là un parc régional. Certains proposant ce même projet à seulement quelques kilomètres de l’emplacement choisi par les promoteurs. Nous nous retrouvions ainsi, au sein de l’association, avec ceux qui, sous couvert de défendre un « développement économique dans le respect de l’environnement », voulaient améliorer l’ordre établi que nous dénoncions. Nous avons cependant réussi à ce que la contestation officielle, écologiste et associative, s’engage contre la construction. Ensemble nous avons décidé que l’association devait porter le projet en justice. Nous, les « Quelques opposants à Center Parcs » (QoCP), n’avions aucune illusion quant aux demandes de recours, mais cela nous donnait un temps de répit pour décider de la suite du combat. Et de fait, ces recours ont fortement contrarié les promoteurs et notamment André Vallini et le maire de Roybon, Marcel Bachasson, qui s’indignèrent vigoureusement dans la presse et lancèrent un appel à soutenir le projet.

Nous, QoCP, avons choisi, entre 2009 et 2010 de nous retirer de l’association officielle trop respectueuse d’un monde que nous condamnions pour continuer cette lutte en toute indépendance et sans compromission. Un recueil des textes que nous avions distribués fut publié sous le titre « Chambard dans les Chambarans »(3). 

 

« Compensations » et promesses contre loi sur l’eau

 

Suite à l’appel du président du Conseil Général et du maire de Roybon, une association de soutien au projet, réunissant essentiellement des commerçants, organisa avec l’aide des élus quelques manifestations dont l’ampleur fut loin d’être celle escomptée.

La nervosité des pro-Center Parcs étant vive, nous devons, depuis, affronter la brutalité, les quolibets et les menaces de certains élus et commerçants lorsque nous diffusons nos textes à Roybon.

La société Pierre & Vacances a toujours préféré prendre le temps de se débarrasser de ses opposants avant de commencer les travaux. Aujourd’hui la plupart des recours ont été rejetés. Seul le dossier concernant la loi sur l’eau et la compensation des zones humides lui pose problème : selon cette manière technocratique de gérer le monde, il est demandé à Pierre & Vacances de compenser les 60 ha de zones humides qu’elle devrait détruire durant le chantier, par l’achat et la préservation de 120 ha de zones humides (le double) dans le département ; ce qu’elle n’arrive pas à réunir puisqu’elles sont de plus en plus rares.

Ceci n’inquiète pas André Vallini, le monsieur justice du PS, qui n’en a que faire du dossier sur l’eau et accepte l’idée de s’affranchir illégalement de ses contraintes. À la tribune du rassemblement des pro-Center Parcs, il a clairement soutenu : « si les choses s’étaient passées normalement, [sans les recours] ce soir nous inaugurerions Center Parcs ».

Nous savons par ailleurs qu’à Notre-Dame-des-Landes, les promoteurs du projet d’aéroport sont prêts à démarrer leur chantier sans que les zones humides soient compensées ; la promesse de les reconstituer (sans trop savoir ce que cela veut dire) suffirait… Le chantier pourrait donc démarrer bientôt si les décideurs jugeaient que le conflit sur le terrain est à leur avantage. Il reste à l’opposition à prouver le contraire !

Et nous, QoCP, sommes déterminés à ce que ce bois reste une forêt libre.

 

Quelques opposants à Center Parcs

QOCP, lotissement n°1, La Roseraie,

26350 Le Grand-Serre

qocp@orange.fr

 

 

 

 

(1) chambarans.unblog.fr : archivages, nombreux articles de fond, des liens vers d’autres luttes anti-GPII.

(2) Pour les Chambaran sans Center Parcs, Chez René Meynier, 1910 route de Verne,

38940 Roybon. Sur pcscp.org : suivi des recours, vie de l’association, réactions d’élus, infos environnementalistes.

(3) Chambard dans les Chambarans, s’opposer à Center Parcs et à la marchandisation du monde, Henri Mora, éditions Le monde à l’envers, 2011.

 

 

Article paru dans la Revue Silence N°413 – juin 2013

http://www.revuesilence.net/

Publié dans Autres projets nuisibles et destructeurs, Dans les sites et les blogs, lois, défiscalisation, Presse nationale, Presse, sites et blogs, Soutiens et solidarités, Subventions, aides et autres cadeaux, Textes et affiches | 1 Commentaire »

- Une recension du recueil Chambard dans les Chambarans

Posté par admin le 14 janvier 2013

 

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Dans les sites et les blogs, Emploi | Pas de Commentaires »

- André Vallini, le Grand Promoteur inutile

Posté par admin le 7 janvier 2013

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Presse locale, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaires »

- Center Parcs et carrière pour TGV, Ségo et Raff soutiennent les défonceurs de la nature

Posté par admin le 30 décembre 2012

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Autres structures de Pierre et Vacances, Presse nationale | Pas de Commentaires »

- Maroc : L’aide au développement de l’UE finance un complexe touristique Pierre et Vacances-Center Parcs

Posté par admin le 17 octobre 2012

Maroc : L’aide au développement de l’UE finance un complexe touristique

Publié le 01.10.2012 à 15h24 | Par Julie Chaudier

L’Union européenne, dans le cadre de sa politique de voisinage avec le Maroc, participe au financement de l’Oasis de Noria, complexe touristique, à proximité de Marrakech.

cab9cdde4051530e0130a5c60ea615e1400 dans Archivage brutL’Oasis de Noria financé pour un million d’euros par l’aide de l’UE.

« Révélation : 800 000 £ d’aide donné à un parc aquatique au Maroc », titre le Telegraph, samedi 29 septembre. Le quotidien britannique révèle que « L’Oasis de Noria », projet de complexe touristique géant, à 10mn de Marrakech, est financé, pour un million d’euros par l’Union européenne, par l’intermédiaire d’EuropAid, dont l’objectif est d’éradiquer la pauvreté.

Le projet total, lancé par la société française Center Parcs en partenariat avec la CGI, coûte 60 millions d’euros. Golf, piscine à vagues, spa, cours de tennis, zone résidentielle et zone touristique, l’immense complexe doit s’étendre sur 50 hectares. L’espace de loisir rappelle beaucoup un autre parc acquatique, déjà construit, a priori sans l’aide de l’Union, non loin de là : Oasiria. « L’argent ne sera pas dépensé pour les pauvres de la région […] mais le double vitrage et l’isolation des murs et du toit », ironise le journaliste du Telegraph.

Promouvoir l’écologie, financer un golf

Contactée, la délégation de l’Union européenne à Rabat, n’a pas été en mesure de nous répondre. L’Union européenne finance de très nombreux projets au Maroc, dans le cadre de la Coopération 2007-2013 favorisée par le statut avancé octroyé au Royaume par l’UE. 1, 235 milliards d’euros devraient au total être offerts au Maroc, par l’Union européenne, de 2007 à 2013. L’UE, selon le Télégraph, insiste sur le fait que cette politique européenne de voisinage permet de consacrer les aides à des projets beaucoup plus larges que la simple lutte contre la pauvreté.

En lisant le « Programme indicatif national » du Maroc sur la période 2011-2012, il est bien difficile d’y trouver une place pour l’Oasis de Noria. Dans la catégorie « Priorité économique », le seul programme à être développé est un « programme de soutien à la réforme agricole », le Plan Maroc Vert, par le soutien à l’agriculture solidaire. 87,07 millions du 1,2 milliards d’euros devraient également être alloués à la protection de l’environnement être 2011 et 2013 ; objectif manifestement incompatible avec le projet de golf de l’Oasis de Noria installé dans une région naturellement très sèche.

Cette polémique, ouverte par la presse britannique sur fond d’euroscepticisme, est particulièrement mal venue alors que la délégation de l’Union européenne prépare une campagne de communication pour valoriser et faire connaître le soutien financier de l’UE aux grandes réformes gouvernementales marocaines.

…Suite : http://www.yabiladi.com/articles/details/13172/maroc-l-aide-developpement-l-ue-finance.html

Publié dans Actualités, Archivage brut, Autres structures de Pierre et Vacances, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaires »

- Maroc : L’aide au développement de l’UE pour éradiquer la pauvreté finance un complexe touristique Pierre et Vacances

Posté par admin le 2 octobre 2012

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Autres structures de Pierre et Vacances, Investisseurs, Presse nationale, Subventions, aides et autres cadeaux | Pas de Commentaires »

- Manifestation des pros Center Parcs à Roybon, ils sont où, les mille ?

Posté par admin le 30 juin 2012

 

Cela faisait près de 15 jours qu’ils menaient une intense campagne.

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Communication des partisans, Emploi | 1 Commentaire »

- Les verts et Center Parcs, positions opportunistes de politiciens aux idées à géométries variables

Posté par admin le 24 juin 2012

 

 

 

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Les partis, les associations et Center Parcs, Presse, sites et blogs | 2 Commentaires »

- Si vous voulez Center Parcs: votez socialiste, Si vous voulez Center Parcs: votez UMP, si vous voulez Center Parcs: votez front de gauche, si vous voulez Center Parcs votez EELV …

Posté par admin le 2 juin 2012

 

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Les partis, les associations et Center Parcs | Pas de Commentaires »

- La cour d’appel de Lyon rejette la demande d’annulation de l’autorisation de défrichement accordée pour les travaux du futur Center Parcs de Roybon

Posté par admin le 28 avril 2012

Nouvel échec pour L’association  » Pour les Chambaran Sans Center Parcs », dans sa tentative d’obstruction judiciaire du projet de center Parcs de Roybon.

Comme nous le pressentions, La cour d’appel de Lyon n’a pas retenu ses arguments environnementalistes et ne l’a, comme celle de Grenoble, pas suivie dans sa demande d’annulation de l’autorisation de défrichement accordée par l’autorité préfectorale.

Plus que jamais nous invitons les opposants à ce projet autoritaire et destructeur de marchandisation et de privatisation des territoires à le combattre sur le terrain politique et par tous les moyens qu’ils jugent appropriés et utiles afin d’empêcher la prospère société Pierre et Vacances et ses complices politiciens locaux de droite et de gauche de détruire irrémédiablement ce bois aujourd’hui libre.

 

Suivent:

1 le mémoire de la demande de l’association

2 le jugement du 24 avril 2012

 

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Communication des institutionnels, Les partis, les associations et Center Parcs, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaires »

- Center Parcs Vienne, Ségolène Royal se sent obligée de verser elle aussi au bassinet des cadeaux

Posté par admin le 14 janvier 2012

Lire la suite… »

Publié dans Autres structures de Pierre et Vacances, Communication des institutionnels | 1 Commentaire »

- Center Parcs Roybon c’est reparti, la lutte aussi.

Posté par admin le 31 décembre 2011

Lire la suite… »

Publié dans Communication des partisans, Textes et affiches | 1 Commentaire »

Golf de Pardigon, une dérive immobilière de Pierre et Vacances

Posté par admin le 7 mai 2011

Lire la suite… »

Publié dans Autres structures de Pierre et Vacances | 2 Commentaires »

« On est assez loin tout de même de la jolie présentation de l’entreprise que le conseil général faisait dans une livraison passée de son magazine de communication »

Posté par admin le 9 mars 2011

 

Lire la suite… »

Publié dans Autres structures de Pierre et Vacances, Emploi | Pas de Commentaires »

Saint Cast le guildo, permis illégal en faveur de Pierre et Vacances, maison d’opposant vandalisée, manifestation pour faire plier le tribunal

Posté par admin le 19 février 2011

 

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Autres oppositions à Pierre et Vacances, Autres structures de Pierre et Vacances, Dépossession des riverains | Pas de Commentaires »

Mrs Brémond et Vallini veulent parler aux opposants, mais sans leur en parler …

Posté par admin le 7 novembre 2010

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Non classé | Pas de Commentaires »

Le futuroscope privatisé mais remis à neuf sur les deniers du Conseil Général de la Vienne au bénéfice d’une société amie de Pierre et Vacances juste avant l’installation d’un Center Parcs

Posté par admin le 26 septembre 2010

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Autres structures de Pierre et Vacances, Non classé | Pas de Commentaires »

Mr Vallini Président du Conseil Général de l’Isère Méprise dans un interview à la presse les opposants à Center Parcs et ment grossièrement sur le dossier

Posté par admin le 19 septembre 2010

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Les partis, les associations et Center Parcs, Non classé | Pas de Commentaires »

Des opposants au projet de Center Parcs dans les Pays de Loire

Posté par admin le 20 juin 2010

 

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Autres oppositions à Pierre et Vacances, Dans les sites et les blogs | Pas de Commentaires »

- Ordre du jour assemblée générale mixte

Posté par admin le 20 avril 2010

Lire la suite… »

Publié dans Archivage brut, Communication Pierre et Vacances | Pas de Commentaires »

Chronologie du projet d’installation du Center Parcs vue dans la communication de Roybon

Posté par admin le 23 septembre 2009

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Chronologies, Communication des institutionnels | Pas de Commentaires »

Campagne d’affichage : « 36 métiers, 40 misères »

Posté par admin le 17 août 2009

Lire la suite… »

Publié dans Textes et affiches | Pas de Commentaires »

Une entreprise de nettoyage peu scrupuleuse du droit pour le Center Parcs de l’Aisne

Posté par admin le 9 août 2009

Lire la suite… »

Publié dans Emploi | Pas de Commentaires »

- Echanges de courriers « nerveux » entre mrs Queyranne et Vallini sur le financement de Center Parcs

Posté par admin le 30 juin 2009

Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Communication des institutionnels, Dans les sites et les blogs | Pas de Commentaires »

Gérard Brémond : Jamais en vacances

Posté par admin le 1 février 2008

Lire la suite… »

Publié dans Pierre et Vacances, Presse nationale | Pas de Commentaires »

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly