• Accueil
  • > Recherche : geai du rousset

Résultats de votre recherche

- Le Geai du Rousset démonte Center Parcs

Posté par admin le 17 mai 2015

Le Geai du Rousset démonte Center Parcs

le 16/05/2015 à 05:00 | N. P. Vu 695 fois

Les membres du collectif Le Geai du Rousse manient l’humour, mais restent mobilisés contre le Center Parcs. Photo N. P.- Le Geai du Rousset démonte Center Parcs dans Actualités zoom_in_magnifier_secureLes membres du collectif Le Geai du Rousse manient l’humour, mais restent mobilisés contre le Center Parcs. Photo N. P.

 

« Une zone tropicale au Rousset ? Mais il y caille six mois dans l’année ! ». Mercredi soir, le collectif du Geai du Rousset a choisi le théâtre et l’humour pour engager les débats. À l’invitation de l’association locale VPEG (Vigilance pour l’environnement à Gueugnon), ces opposants à l’installation d’un Center Parcs en Charolais ont affûté leurs arguments face à une petite assistance réunie en salle Lucie-Aubrac.

En premier lieu, il y a la question environnementale. Le collectif dénonce l’installation de ce projet au cœur d’une forêt de Douglas, avec notamment la construction d’une bulle tropicale, où la température serait de 29 °C toute l’année. « Il faudra 5 200 stères de bois par an pour chauffer ça ! » assure un membre du collectif. Le projet nécessiterait également le défrichement de 20 hectares de bois, construction, parkings et accès compris.

Surtout, c’est la question du financement qui a animé les discussions. S’il est un point qui a fait l’unanimité contre lui au sein de l’assemblée, c’est bien le poids démesuré de l’argent public investi dans cet équipement privé : 66 millions d’euros. En face, il y a néanmoins l’enjeu de l’emploi (250 à 300 personnes travailleraient sur la structure) et la question de la dynamique économique du territoire. À moins que les vacanciers du Center Parcs ne restent dans leur bulle…

Source:
http://www.lejsl.com/edition-charolais-brionnais/2015/05/16/le-geai-du-rousset-demonte-center-parcs

Publié dans Actualités, Autres oppositions à Pierre et Vacances, Autres structures de Pierre et Vacances, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaires »

- Message du Collectif jurassien d’opposants à Center Parcs lu à la Marche des possibles, à Grenoble, le 2 mai 2015

Posté par admin le 12 mai 2015

Message du Collectif jurassien d’opposants à Center Parcs lu à la Marche des possibles, à Grenoble, le 2 mai 2015

Bonjour à toutes et à tous,

Nul besoin d’un historique très long : dans le Jura à Poligny, comme au Rousset en Saône-et- Loire, Pierre & Vacances précise ses ambitions pour et sur nos territoires ― sur nos vies. Ici comme là-bas, le tourisme de masse tente d’étendre son territoire et ses logiques.

Voilà quelques mois, l’association le Pic Noir — qui regroupe des citoyens du secteur de Poligny — a commencé à demander des éclaircissements, puis exigé « du débat » autour de la possible création d’un futur Center Parcs. Si sa démarche affichait une certaine neutralité dans un premier temps ― ses demandes étant cantonnées à la possibilité d’être informée afin de se forger une opinion ―, elle a progressivement affirmé une opposition résolue à ce projet. Ainsi, un travail de collecte d’informations, de diffusion de contre-informations, d’organisation de réunions publiques a été mené par cette association.

Ce travail a sans doute permis de mettre une certaine pression sur le groupe Pierre & Vacances, qui ne souhaitait pas réitérer les erreurs stratégiques faites dans les Chambarans, et a sollicité la Commission nationale du débat public (CNDP) en 2014. Cette dernière a nommé une Commission particulière unique pour les deux sites du Rousset et de Poligny. Elle est donc en charge depuis le 23 avril d’organiser le « débat » jusqu’en juillet prochain. Sachant que Pierre & Vacances souhaite attaquer les travaux en 2017 pour ouvrir en 2019 ses deux nouveaux Center Parcs, on comprend mieux la nécessité pour eux d’en passer par l’illusion du débat pour en finir au plus vite, et passer enfin aux choses sérieuses…

Notre sentiment est que cette Commission est en réalité un instrument visant à la modification à la marge du projet dans le seul but de le rendre acceptable. Sa présidente Claude Brévan ne déclare-t-elle pas le 23 avril dernier (Le Progrès) que « l’objectif du débat est d’informer les gens et de leur permettre de réagir assez tôt aux éventuels problèmes, puis de faire des suggestions pour améliorer le projet » ?…

De notre côté, nous ne sommes pas là pour ça, et nous ne nous faisons aucune illusion sur la pertinence de ce débat « encadré », dont les manières, les sujets et le calendrier sont exclusivement aux mains d’une structure commanditée par Pierre & Vacances. Cette Commission définit le périmètre de la pensée et de la parole, les protocoles, en fait respecter « la charte » (cf. le site de la Commission : http://cp-poligny.debatpublic.fr). Elle veut en maîtriser le temps et les usages.

Nous souhaitons rappeler à toutes fins utiles que la possibilité du débat public n’a pas attendu ― et n’a pas à attendre ― un promoteur à qui l’État donne discrètement la main, pour avoir lieu. Ce cadre n’est pas le nôtre, et le périmètre du débat est pour le coup notoirement sous-dimensionné.

Selon nous, la lutte contre Center Parcs ne peut se dissocier d’une réflexion et d’une action plus larges sur les questions du travail, du chantage à l’emploi, de la croissance. Refuser Center Parcs, c’est aussi, collectivement, s’autoriser à interroger l’utilité ou la nocivité de ce travail, de son sens, de sa finalité. À Poligny, il ne s’agit pas tant de dénoncer le risque de mise en danger d’un espace protégé ― ou à protéger ―, que de soulever ces questions. Pierre & Vacances ne s’y est d’ailleurs pas trompé : la parcelle qu’il convoite se trouve hors zone Natura 2000, hors ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique, floristique et faunistique), et ne laisse pas le moindre espoir de zone humide à brandir face aux engins de chantier. Mais quand bien même ce serait le cas, n’aurions-nous que cela à leur reprocher ?

Par ailleurs, cette parcelle de forêt est presque exclusivement composée de sapins plantés sur un sol acidifié par des décennies de monoculture obéissant à une gestion industrielle de la forêt. Autour du Fied, les tumulus et les murets de pierres sèches n’ont pas attendu Pierre & Vacances pour disparaître sous les assauts des pelles mécaniques et des subventions à une agriculture productiviste. Ce sont ces logiques déjà à l’œuvre que nous dénonçons aussi dans cette lutte. Center Parcs n’est pas seulement une menace, c’est la consolidation et l’intensification d’un monde marchandisé et artificialisé, dans lequel nous n’avons pas ― et ne voulons pas ― de place.

Fin avril, le représentant de Center Parcs expliquait que le choix de cette parcelle de conifères correspondait aussi au fait qu’il jugeait inenvisageable d’imposer à sa clientèle la présence d’arbres défeuillés durant plusieurs mois d’hiver, rappelant son souci de « l’habillage arbustif ». Nous voulons redire à Pierre & Vacances ― pour qui la nature est un habillage, un décor, un support commercial ―, que nous ne voulons pas habiter, fréquenter, travailler, façonner, vivre et subir un monde dans lequel l’eau coule à 29° toute l’année, et dans lequel les arbres ne perdent plus leurs feuilles pour raison de marketing appliqué aux loisirs. Ce monde est stérile, mort. Il n’a pour nous aucun attrait. Nous n’en voulons pas ; même contre la promesse d’y trouver trois cent emplois ― précaires de surcroît ―, ni même contre l’assurance d’y manger ou d’y écouler des produits locaux, bio, entre deux panneaux solaires.

C’est aussi la raison pour laquelle nous n’en appelons pas au développement durable face à Pierre & Vacances. Leur vocabulaire transpire le capital, ils sont le développement durable. Nous ne reconnaissons pas le périmètre vert de la tête de gondole du capitalisme comme pertinent pour tenter de le mettre en échec. Ce périmètre est défini pour nous par les gestionnaires et, à leur suite, par des élus zélés qui s’empressent de nous en vanter les mérites. À l’intérieur de celui-ci, nous ne respirons pas, nous suffoquons : le grillage ne convient pas à nos vies. Nous ne voulons plus nous ressourcer, mais comprendre, et dire pourquoi le travail nous y contraint.

Contrairement à ce que nous rabâchent les communicants de Center Parcs à Poligny, ce projet n’est pas celui de la population, mais le leur, et nous réfutons l’idée que nous soyons tous sur le même bateau, et l’idée selon laquelle nous pourrions ― ou devrions ― co- construire ce projet ensemble. Les salariés qui travaillent pour Center Parcs le savent, ils ne seront jamais ses « collaborateurs » ― comme on nous l’a martelé à longueur de discours à Poligny ― mais ses obligés, parfois ses esclaves. Nous savons d’ores et déjà ― n’en déplaise au président de la CNDP, qui n’imagine pas qu’on puisse avoir une idée toute faite avant la fin du «débat» ― qu’avec Center Parcs, on n’a pas seulement affaire avec des « développeurs » et des « exploitants », comme ils aiment à se qualifier, mais bien plutôt à des développants et des exploiteurs.

Certes, nous ne voulons pas bosser pour 320 euros par mois, mais nous voulons avant tout reprendre la main sur le sens que nous donnons à nos métiers, et à nos vies. Pour cela, nous sommes légitimes sans autre forme de procès (ou de commission).

À un univers clos, aseptisé, climatisé à 29°C, nous préférons le givre, les doigts gours dans les gants mouillés. Au confort de la bulle qui progresse à coup de bulldozers, nous opposons, parfois à tâtons, la possibilité d’une marche. Au travail obligatoire, nous préférons tenter l’autonomie. À l’exutoire, nous préférons la liberté. Center Parcs est l’émanation d’un tourisme doux ? Alors, qu’il gèle à Pierre fendre ! Nous n’avons chaud que de nous tenir ensemble, sur les ZAD … et ailleurs ― avec les gens d’ici … et d’ailleurs.

Publié dans Actualités, Autres oppositions à Pierre et Vacances, Textes et affiches | Pas de Commentaires »

- Center Parcs : « Un massacre à la tronçonneuse organisé »

Posté par admin le 12 mai 2015

Center Parcs : « Un massacre à la tronçonneuse organisé »

le 09/05/2015 à 05:00 | Michel Raymond (CLP) Vu 627 fois

Une petite centaine de personnes était présente  à cette réunion.  Photo M. R. (CLP)- Center Parcs : « Un massacre à la tronçonneuse organisé » dans Autres oppositions à Pierre et Vacances zoom_in_magnifier_secureUne petite centaine de personnes était présente à cette réunion. Photo M. R. (CLP)

Un centaine de personnes ont assisté à la réunion de jeudi, initiée par Attac. Tous les points ont été abordés.

 

À l’initiative d’Attac Mâcon, une réunion publique sur le projet d’implantation du Center Parcs au Rousset a eu lieu jeudi soir, à la salle municipale du Pavillon. Une petite centaine de personnes était présente à cette soirée qui avait pour intervenants Guy Lereuil (Attac), Stéphane Kerckhove (délégué général d’Agir pour l’environnement), Nicole Eschmann, conseillère régionale Europe écologie/Les Verts, quelques membres du collectif le Geai du Rousset. Ils ont expliqué le contexte local de ce projet.

« Un subterfuge pour calmer les esprits »

Plusieurs personnes se sont élevées contre l’argent public injecté dans la réalisation de Center Parcs, notamment pour les 80 millions d’euros investis. À ce sujet, Nicole Eschmann a évoqué les péripéties qu’ont vécues les groupes EEVL et Front de gauche à la Région, en votant contre le protocole d’accord demandé par le président, François Patriat. Il ont dû quitter la salle dans un climat houleux pour ne pas avoir obtenu de vote à bulletin secret.

« Nous avons cherché des points positifs à ce projet, nous n’en avons pas trouvé », a expliqué la conseillère régionale qui a souligné l’opération immobilière juteuse du promoteur Pierre & Vacances. En effet, au final, le groupe deviendrait uniquement prestataire de service sans prendre aucun risque dans cette affaire pour avoir tout vendu, les terrains, la “bulle”, les équipements et les 400 cottages, aux collectivités territoriales et à des investisseurs privés.

Les intervenants ont également parlé du rôle de la Commission nationale du débat public, qui selon eux, n’est qu’un « subterfuge pour calmer les esprits ».

Côté emplois, 250 semble-t-il, au lieu des 300 promis au départ, d’après les dires de la présidente de la CNDP. « Peu d’espoirs avec un maximum de CDI de 9 heures par semaine pour 349 € par mois, sans participation aux frais de déplacements, lesquels seraient pris en charge par des navettes gratuites financées par le conseil départemental. »

Une station d’épuration à construire

Toujours selon les intervenants, ce serait aussi « le massacre à la tronçonneuse organisé de plusieurs dizaines d’hectares d’une belle forêt pour installer les 400 cottages et une consommation faramineuse d’énergie ». Sans parler du bois, gaz, des 450 m³ d’eau consommés par jour et des rejets dans une station d’épuration, qu’il reste à construire avec des financements apportés par les collectivités locales.

Une autre réunion sur le projet de Center Parcs prévue le 13 mai à 19 h 30, salle Lucie-Aubrac à Gueugnon.

Source:
http://www.lejsl.com/edition-macon/2015/05/09/center-parcs-un-massacre-a-la-tronconneuse-organise

Publié dans Autres oppositions à Pierre et Vacances, Autres structures de Pierre et Vacances, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaires »

- MONTCEAU-LES-MINES, 150 personnes en quête d’une « autre information » sur Center parcs

Posté par admin le 20 décembre 2014

MONTCEAU-LES-MINES, 150 personnes en quête d’une « autre information » sur Center parcs

Publié dans Actualités, Archivage brut, Autres oppositions à Pierre et Vacances, Autres structures de Pierre et Vacances, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaires »

- Un nouveau barrage de Sivens ? (Fabrice Nicolino)

Posté par admin le 6 décembre 2014

Un nouveau barrage de Sivens ?

Publié le 3 décembre 2014

Cet article a été publié par Charlie Hebdo le 26 novembre 2014

Les socialos sont impayables. À Roybon, dans l’Isère, ils soutiennent un projet touristique qui passe par la destruction d’une zone humide, exactement comme dans le Tarn. Pour mettre à la place une bulle tropicale à 29 degrés et une rivière « sauvage » en plastique bleu.

Ces enfoirés sont en train de tout saloper. Maintenant, au moment même où vous lisez Charlie. Les engins de chantier de Pierre et Vacances – on va reparler de ces amis de l’homme – travaillent le week-end, les jours fériés, la nuit, pour créer l’irréversible. Depuis le 20 octobre, le chantier du Center Parcs de Roybon (Isère) bousille, hectare après hectare, le bois des Avenières, au bord de l’immense  forêt de Chambaran. Daphné, une jeune nana, au cours d’un rassemblement sur place le 17 novembre : « On n’a plus vraiment le temps d’attendre les recours légaux, et donc, on est un peu forcés de désobéir à la loi pour ralentir et stopper ce chantier ». Le résultat des deux recours sera connu dans une dizaine de jours, et les écrabouilleurs espèrent, dans tous les cas, qu’il n’y aura plus rien à sauver.

Séance décryptage : le 4 décembre 2009, le conseil général d’Isère – socialo, comme celui du Tarn – signe un protocole d’accord avec une transnationale du tourisme de masse, Pierre et Vacances (voir encadré). On déplie le tapis rouge pour une opération officiellement destinée à « équilibrer l’activité touristique » dans la partie Ouest de l’Isère, grâce à « la réalisation d’opérations significatives, à fort impact économique ».

Dans les faits, il s’agit de fourguer 200 hectares, dont une grande partie constituée d’une zone humide forestière, d’une très grande valeur écologique. Le village de Roybon – moins de 1300 habitants en 2011 -, propriétaire des lieux, accepte de vendre, probablement appâté par une taxe locale d’équipement de 1,2 million d’euros, suivie d’une taxe foncière de 500 000 euros chaque année. Passons au magnifique projet. Il s’agit d’installer douillettement un millier de « cottages » en bois, avant de faire venir 5 000 victimes en flux tendu pour se ressourcer « en pleine nature » à la sauce Pierre et Vacances. Après avoir détruit la vraie, cette emmerdeuse de toujours. Compter quand même de 600 à 800 euros pour une semaine et quatre personnes.

La très goûteuse cerise s’appelle AquaMundo, qui est le cœur même du « village ». C’est tellement con que ça décourage la moquerie. On créerait une bulle tropicale à 29 degrés – sur place, le thermomètre peut descendre à – 20 degrés -, traversée par une « rivière sauvage » en plastique bleu, qui sinue entre piscines et bassins surmontés de palmiers. Comme le dit sur le ton juste la publicité officielle, « admirez les poissons dans le bassin aux coraux et détendez-vous dans nos Centres Health & Beauty, Nature & Spa. Et si toute cette eau vous a donné soif, l’Aqua Café est là pour vous désaltérer et vous restaurer ».

On se demande dans ces conditions idylliques-là pourquoi il y a des opposants. Toutes les associations historiques sont vent debout, à commencer par la Frapna (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, http://www.frapna-38.org/thematiques/center-parcs-roybon.html). Mais les opposants les plus directs se retrouvent dans Pour les Chambaran sans Center Parcs (PSCCP,http://www.pcscp.org), notamment pilotée par Stéphane Peron, un informaticien venu de la région parisienne. Dans le clair-obscur de la bataille en cours, des Camille – nom générique donné aux jeunes opposants, de Notre-Dame-des-Landes à Sivens – poussent comme autant de champignons. Des actions illégales – sabotage du piquetage du chantier – ont déjà eu lieu, mais on va probablement vers des affrontements. « Deux collectifs viennent de naître, précise pour CharlieHenri Mora, opposant de toujours. L’un sur place, l’autre à Grenoble. Ce n’est pas un secret : il y a parmi eux des illégalistes ».

Il faut dire que Pierre et Vacances s’assoit avec bonhomie sur l’enquête publique, en général sous contrôle, mais qui a tourné à l’horreur pour les amoureux des palmiers et poissons violets. Organisée du 14 avril au 28 mai, elle a recueilli 727 observations – ce qui est beaucoup – dont 60 % défavorables. Comble de tout, la commission d’enquête chargée de statuer sur le projet a publié en juillet un rapport de 25 pages dévastateur. Non contente de donner à l’unanimité un avis défavorable, elle détaille en 12 points les raisons de son opposition.

Charlie ne peut insister, et c’est dommage, car pour une fois, c’est beau (1). L’étude préalable, à la charge de l’aménageur, aura été brillantissime, car dit le texte, « la commission relève des affirmations régulières d’absences présumées d’impact avant tout inventaire ». Le principe est connu : qui ne cherche pas ne trouve rien. Autre point admirable, celui du destin des flots tropicaux. Car n’oublions jamais qu’il faut vider les chiottes, un jour ou l’autre. Or pour remplir tout AquaMundo, il faut entre 3100 et 3700 mètres cubes d’eau. Dans une région qui connaît, soit dit en passant, des sécheresses saisonnières récurrentes.

Où vidanger ? Pour des raisons sanitaires, il faut tout évacuer au moins deux fois par an. Quels produits chimiques contiendra la bouillie ? Nul ne le sait, mais en tout cas, on bazardera le tout dans un plan d’eau voisin, après avoir attendu que la température tahitienne baisse à un niveau jugé convenable. De là, le vomi gagnera un cours d’eau, puis sans doute, beaucoup plus loin, le Rhône. Et où pompera-t-on les centaines de mètres cubes – entre 613 et 1200 – nécessaires chaque jour pour abreuver les taulards des vacances ? En bref, estime la commission, « la multitude d’incertitudes, d’incohérences, voire d’incorrections, que comporte le dossier d’enquête au titre de la « loi sur l’eau » (…) confère un caractère rédhibitoire au projet en l’état ».

Malgré tout cela et tant d’autres choses, passage en force, soutenu par deux secrétaires d’État socialistes de la région : André Vallini, qui a failli devenir Garde des Sceaux, et Geneviève Fioraso, scientiste hors concours. Sivens le retour ?

(1) Le texte complet : http://www.isere.gouv.fr/content/download/20051/136634/file/Conclusions

ENCADRÉ

Les Center Parcs poussent comme des champignons

Pierre et Vacances, la transnationale derrière le projet de Roybon, pèse près d’1 milliard 500 millions d’euros de chiffre d’affaires. Ce mastodonte emploie 7500 salariés et « gère » au total 231 000 « lits ». La Côte d’Azur doit beaucoup à Pierre et Vacances, l’un des plus grands bétonneurs des côtes françaises.

Créé en 1968 par le néerlandais  Sporthuis Centrum, le « concept » des Center Parcs et les villages existants ont été rachetés par Pierre et Vacances en 2001. Il existe à ce jour, en Europe, 25 Center Parcs. En France, quatre sont ouverts, deux sont plus ou moins commencés, dont celui de Roybon, et trois sont en projet dans le Jura, dans le Lot-et-Garonne et en Saône-et-Loire.

Dans ce dernier département, la bagarre a dé jà commencé autour du collectif du Geai du Rousset (http://centerparc-le-rousset.org), qui proteste contre les 80 millions d’argent public qui pourraient être engloutis dans ce projet privé. Et réclame comme tous ceux qui vomissent les Center Parcs, « l’abandon de ces projets inutiles et coûteux ». Dans le Jura, la mobilisation a elle aussi commencé, et certains pensent déjà à une coordination nationale des opposants aux Center Parcs.

Sauf grosse surprise, Pierre et Vacances commence un long chemin de croix.

Source:
http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1836

Publié dans Actualités, Dans les sites et les blogs | Pas de Commentaires »

- PROJET CENTER PARCS LE ROUSSET : UN COLLECTIF D’OPPOSANTS, « LE GEAI DU ROUSSET », INFORME HONNETEMENT LES CONTRIBUABLES

Posté par admin le 1 novembre 2014

PROJET CENTER PARCS LE ROUSSET : UN COLLECTIF D’OPPOSANTS, « LE GEAI DU ROUSSET », INFORME HONNETEMENT LES CONTRIBUABLES

- PROJET CENTER PARCS LE ROUSSET : UN COLLECTIF D'OPPOSANTS, Un collectif départemental s’oppose à ce projet pour son impact global sur l’environnement mais aussi pour des considérations économiques, sociales, d’aménagement du territoire rural et d’eco-développement du tourisme. Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Autres oppositions à Pierre et Vacances, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaires »

- Communiqué Collectif «Le geai du Rousset»: NON au passage en force du Center-Parc de Roybon cautionné par les pouvoirs publics !

Posté par admin le 22 octobre 2014

 

NON au passage en force du Center-Parc de Roybon cautionné par les pouvoirs publics !

22 oct 2014 – Collectif le Le geai du Rousset Lire la suite… »

Publié dans Actualités, Les partis, les associations et Center Parcs | Pas de Commentaires »

- Une opposition virulente au Center parcs (Le Rousset)

Posté par admin le 8 août 2014

Une opposition virulente au Center parcs

Notez cet article :

le 28/07/2014 à 05:00 | M.-M.Remoleur Vu 5902 fois

À droite, l’intervention de Sylviane Bonnot, maire de Rousset, favorable au projet, a suscité de nombreuses réactions du côté des opposants.  Photo M.-M.R- Une opposition virulente au Center parcs (Le Rousset) dans Actualités zoom_in_magnifierÀ droite, l’intervention de Sylviane Bonnot, maire de Rousset, favorable au projet, a suscité de nombreuses réactions du côté des opposants. Photo M.-M.R

Dimanche, une soixantaine de militants opposés à l’ouverture du Center Parcs se sont réunis au Rousset.

Organiser l’opposition contre l’ouverture du Center Parcs, voilà le but de l’échange mené hier par le collectif « Le Geai du Rousset » sur la place de la mairie. Une soixantaine de militants du collectif départemental et d’un mouvement de chômeurs étaient présents, hier, pour pointer les risques de l’ouverture du centre de loisir mais aussi pour appeler au rassemblement.

Des élus, membres du collectif et habitants du Rousset se sont exprimés tour à tour, énonçant les raisons économiques, environnementales et sociales de leur opposition au projet. Rappelons que cette initiative menée par le groupe Pierre & Vacances prévoit la construction d’un centre de loisir dans la forêt du Rousset vers Joncy, projet censé créer 300 emplois.

Le collectif a dénoncé le manque de transparence mais aussi l’exploitation abusive de la biodiversité que sous-tend l’implantation du parc, notamment dans la consommation excessive des ressources d’eau. « Nous ne voulons pas d’un projet qui détruise la nature et l’humain, déclare Nicole Eschmann, vice-présidente du conseil régional. Il ne va faire qu’entretenir des emplois précaires ».« Un projet destructeur »

Un parallèle avec la situation des autres Center Parcs a été dressé pour montrer les conséquences néfastes en terme d’emploi.

Faire émerger un mouvement local

« Le projet manque de transparence démocratique. On voudrait des réunions publiques pour que les populations concernées puissent réagir et poser leurs questions », exprime Denis Cherlel, membre du collectif. Le but serait à terme de créer une association locale pour mettre en valeur le tourisme rural.

Dans les revendications des opposants, le gaspillage de l’argent public a été abordé. « On voudrait voir une conception du tourisme plus humaine, locale, rurale et environnementale, atteste Nicole Eschmann. Beaucoup de projets locaux attendent d’être financés ».

Source:
http://www.lejsl.com/edition-charolais-brionnais/2014/07/28/une-opposition-virulente-avec-le-geai-du-rousset

Publié dans Actualités, Autres oppositions à Pierre et Vacances, Presse, sites et blogs | Pas de Commentaires »

 

BARAKA |
Les Moniteurs d'Ateliers e... |
Les professionnels du negoc... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | immobilierachat
| jechangetout
| SIVOS - Mondreville / Tilly